15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 07:00

 

 

 

 

Résumé : « Ce matin, je suis mort. J’ai mis un point final à cette vie. » Dans leur maison, une mère de famille et ses deux enfants viennent d’apprendre la mort accidentelle de leur mari et père. Tout à leur souffrance, comment pourraient-ils se douter qu’ils sont épiés jour et nuit, que des caméras et des micros enregistrent chacun de leurs gestes et chacune de leurs paroles ? Que celui qui les observe n’est autre que leur cher disparu ? Bien vivant, à quelques rues de là, il tient froidement un journal dont les mots se nourrissent de leurs larmes. Voyeur de la douleur des siens, manipulateur de leur détresse, celui dont l’existence se limite aux pages qu’il noircit jour après jour invite le lecteur à devenir complice de son jeu littéraire…

 

 

Je suis régulièrement les publications sur Twitter & Facebook de Monsieur Le Prof dont j'aime beaucoup l'humour, alors forcément, je n'ai pas résisté au pitch de son roman.

 

L'avant-propos nous explique comment est née cette histoire, sur un blog en 2010, où le narrateur, après avoir simulé sa propre mort, racontait au jour le jour à ses lecteurs comment il observait les réactions de Patricia, sa femme et de Thomas/Sophie, ses 2 enfants, à l'aide de caméras/micros déposées par ses soins dans toute sa maison.

 

Derrière cette mise en scène un peu morbide et cruelle, l'ensemble offre une réflexion sur la solitude de l'être humain, sur la vacuité du quotidien et sur le néant qui s'insinue partout. Chaque chapitre est très court et correspond à un billet de blog entre le 13 janvier et le 28 février 2010 : ça se lit d'une seule traite grâce à ce rythme très "2.0"

 

Mais pour que je sois convaincue, il m'a manqué une étincelle, et un ton réellement mordant ou cynique plutôt qu'un peu tiède. Je pense également que le format "papier" a fait perdre en tension dramatique par rapport à la parution en "épisodes" sur le blog, car EXIT l'attente et le suspense initiaux.

 

Sans être transcendant, le dernier chapitre "Rideau" est plaisant, comme un dernier pied de nez. Idem pour les dernières pages où l'auteur nous retranscrit quelques commentaires postés sur son blog, des plus naïfs aux plus agressifs.

 

De façon générale, même si l'idée de départ est très sympa, c'est trop gentiment philosophico-réflexico-introspectif ; pas assez caustique ; et le passage blog/papier est contreproductif.

 

En bref, la moyenne.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : un vrai coup de coeur pour AurélieBouquine ICI, BookPlaisir n'a pas du tout aimé ICI, 20/20 pour Des plumes et des livres ICI, et UnChocolatDansMonROman est plutôt mitigée ICI.

 

Partager cet article

14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 07:00
 
 

 

 

Hier, sitôt ma lecture et mon billet terminés (ICI), je me suis jetée sur l'adaptation cinématographique de "Vengeance Haute Couture", sortie en 2015 (par contre, ça n'a pas l'air d'être sorti en France, car je ne l'ai trouvé qu'en VOSTFR).

 

Alors, que dire sinon .... ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Tout ce que j'espérais trouver dans le roman, était présent dans ce film qui a donc répondu à toutes mes attentes.

 

La réalisation a notamment très bien remédié aux problèmes de construction du début du roman en nous présentant les personnages dans des scènes de leur vie quotidienne, ce qui aide à l'immersion immédiate dans le bourg de Dugatar, petit bled d'Australie. Il y a également des changements dans le scénario, effaçant les quelques passages moins crédibles et mêlant l'humour et le burlesque à l'histoire de façon plus homogène.

 

Mais surtout, j'ai enfin ressenti une multitude d'émotions et une intensité dramatique qui faisait cruellement défaut à la traduction du roman de Rosalie Ham : j'ai beaucoup souri, j'ai rêvé devant les beaux paysages d'Australie, j'ai ri plus d'une fois, j'ai eu des papillons dans le ventre devant Teddy McSwiney essayant de séduire Tilly Dunnage, et j'ai même eu la gorge serrée et les larmes aux yeux. Bref, tout y était !

 

Et du côté des acteursLiam Hemsworth (Gale!) est un très bon choix pour interpréter le rôle de Teddy : je l'ai trouvé touchant et irrésistible. Quant à Kate Winslet, elle est juste gorgeous et parfaite d'un bout à l'autre. Elle incarne à merveille Tilly, lui fait prendre de l'épaisseur et j'ai beaucoup aimé la scène d'ouverture et son "I am back, bastards" qui donne le ton et nous offre une héroïne plus effrontée, plus forte et plus pétillante que celle de papier (qui était pourtant déjà très bien!). Et les autres acteurs ne sont pas en reste : Molly, jouée par Judy Davis, est très convaincante également.

 

Alors certes, ce n'est pas du grand cinéma d'auteur, mais qu'est-ce que ça fait du bien ! En bref, j'ai passé un très très bon moment :)

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 18:08

 

 

 

 

Résumé : 1951. Tilly Dunnage est de retour. La petite bâtarde autrefois chassée de chez elle par les préjugés et l’hostilité des bien-pensants est devenue une jeune femme incroyablement élégante et provocante, pour qui le style et le chic de Paris n’ont plus aucun secret. Elle affole les hommes et suscite l’envie des femmes. Sa revanche, elle la tient : toutes celles qui aujourd’hui encore la méprisent veulent à tout prix ses conseils, et ses robes. Tilly coud. Tilly coupe. Mais, en fait, Tilly prépare en secret le grand finale qui vengera son enfance blessée et lui rendra sa dignité.

 

 

Ce roman a reçu "Le Prix du Meilleur Livre" en Australie l'année de sa parution, et le résumé m'a tout de suite charmée, tout comme le fait de trouver Kate Winslet sur la couverture.

 

Ça aurait pu être un roman parfait pour l'été, mais au bout du compte, je ressors de cette lecture tout à fait déçue, et j'ai vraiment du mal à croire que ce roman ait été élu "meilleur roman de l'année", arf. Alors, certes, le pitch est vraiment réussi, et la trame de l'histoire est très belle. Sauf que j'ai trouvé que ce roman était mal construit, empêchant ainsi la naissance de toute intensité dramatique et émotionnelle.

 

On peut parler par exemple des 30 premières pages où l'on nous présente à toute vitesse une trentaine de personnages, et où le lecteur a vraiment du mal à suivre qui est qui, tant tout est brouillon. Et justement, du côté de ces personnages, ils ne sont aucunement développés, ce sont souvent juste des stéréotypes du méchant, de la garce, de la gentille, de la prétentieuse, de l'idiote, etc. Sympas mais pas assez convaincants.

 

Au niveau du rythme, même problème de construction : ça traine parfois en longueur durant des pages pour pas grand chose et quand il se passe un événement intéressant, c'est survolé, comme l'histoire de Teddy et Tilly. Quant à la fin, euh, ça part dans tous les sens, et de la comédie de moeurs du début, on tombe dans une espèce de comédie burlesque (et WTF).

 

Heureusement, le fait de m'imaginer l'héroïne sous les traits de Kate Winslet et de visualiser toutes ces robes plus somptueuses les unes que les autres a sauvé ma lecture du fiasco.

 

En bref, j'ai hâte de regarder l'adaptation "The Dressmaker" (2015) qui a d'excellentes critiques, et en ce qui concerne ce roman, pas grand chose à en retenir.

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : J'attends impatiemment que d'autres lectrices (PrettyBooks!) le lisent pour pouvoir échanger avec elles !

 

 

Partager cet article

8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 18:06

 

 

 

 

 

Résumé : Il était une fois deux soeurs, un frère et leurs parents qui vivaient heureux tous ensemble. Rosemary était une petite fille très bavarde, si bavarde que ses parents lui disaient de commencer au milieu lorsqu'elle racontait une histoire. Puis sa soeur disparut. Et son frère partit. Alors, elle cessa de parler... jusqu'à aujourd'hui. C'est l'histoire de cette famille hors normes que Rosemary va vous conter, et en particulier celle de Fern, sa soeur pas tout à fait comme nous...

 

 

Les avis sont très tranchés sur ce roman, certains passionnés et d'autres très négatifs, et je le comprends tout à fait tant "Nos années sauvages" est particulier.

 

Pour ma part, si j'ai apprécié l'idée originale de ce roman, et le retournement de situation complètement déroutant qu'il offre à la page 99, je n'ai pas du tout été convaincue par la narration. En effet, si l'on comprend bien les raisons de l'aspect faussement décousu de la première partie, j'ai ensuite trouvé les digressions philosophiques et les références aux grands maîtres de la psychologie longues, peu passionnantes et surtout, nuisibles au rythme du roman. A tel point que je me suis souvent ennuyée en tournant les pages.

 

Et c'est dommage parce que j'aurais voulu être totalement emportée par le récit de Rosemary, ce personnage touchant, dont la vie a souffert des décisions prises par ses parents et de leurs non-dits.

 

Il n'en demeure pas moins que l'histoire de Rosemary, Fern et Lowell est émouvante et unique, et que les thèmes abordés sont intéressants. On y parle de notre humanité et de ce qui nous définit en tant qu'être humain ; de la famille, avec les différences et les jalousies au sein d'une fratrie ; et on trouve également une réflexion intelligente sur la recherche scientifique et l'expérimention animale.

 

En bref, même si la narration ne m'a pas plu, et que je n'ai pas ressenti grand chose à la lecture, je suis tout de même satisfaite d'avoir découvert ce roman atypique.

 

Et un WARNING pour terminer : soyez vigilants si vous lisez des avis de lecteurs, car les spoils sont nombreux et ce serait dommage de vous gâcher la surprise.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : un coup de coeur pour PrettyBooks ICI, "lourd et indigeste" pour MyaRosa ICI, Léa a adoré ICI, une énorme déception pour LibertyMaman ICI, et un avis un peu mitigé pour Stephanie-Plaisir-de-Lire ICI.

Partager cet article

5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 19:22

 

 

 

 

Comme chaque année, je ne peux m'empêcher de fouiner sur les sites des éditeurs et les sites de ventes en ligne pour lire les résumés des romans de la rentrée littéraire. Et comme chaque année, j'en ressors avec une multitude d'envies de lecture.

 

Et je vous présente donc 56 romans (soit seulement 10 %) qui ont retenu mon attention parmi les 560 titres de cette rentrée 2016.

 

Vous trouverez d'autres listes plus complètes chez Jostein ICI , ou chez Bricabook ICI, ou chez Pretty Books ICI, ou chez Adepte du livre ICI, ICI, ICI, ICI, ICI et ICI.

 

 

 

 

Là où elle repose - Kimberly McCreight

Éditions du Cherche-Midi - Sortie : 18 août 2016 (560 pages)

Résumé :  À Ridgedale, petite ville aisée du New Jersey, le corps d’un bébé est retrouvé dans les bois voisins de l’université. Malgré toutes les rumeurs et les hypothèses que ne manque pas de susciter le drame, personne ne connaît l’identité de la fillette et encore moins les raisons de sa mort. Molly Anderson, journaliste indépendante récemment arrivée avec son mari et sa fille, est recrutée par le journal local pour couvrir le fait divers. Une affaire, pour la jeune femme, qui réveille un tourment douloureux. En effet, elle a perdu un bébé et ne s’est jamais vraiment remise de cette épreuve… Or, ses investigations vont mettre à jour certains secrets bien enfouis de cette petite communauté aux apparences si convenables. « Non seulement Kimberly McCreight nous donne un thriller d’une rare intensité, mais elle crée un véritable monde dans lequel nous nous laissons totalement engloutir. C’est un roman captivant et magnifique. » Gillian Flynn

 

 

 

Avant que tout se brise - Megan Abbott

Éditions Du Masque - Sortie : 24 août 2016 (416 pages)

Résumé : Elle a les épaules élancées, les hanches étroites et des yeux sombres qui transpirent une détermination presque glaçante. À quinze ans, Devon est le jeune espoir du club de gymnastique Belstars, l'étoile montante sur qui se posent tous les regards, celle qui suscite tour à tour l'admiration et l'envie. Quand on est les parents d'une enfant hors norme, impossible de glisser sur les rails d'une vie ordinaire. C'est du moins ce que pense Katie, la mère de Devon, qui se dévoue corps et âme à la réussite de sa fille, même si cela demande des sacrifices. Lorsqu'un incident tragique au sein de leur communauté réveille les pires rumeurs et jalousies, Katie flaire le danger s approcher de sa fille et sort les griffes. Rien ni personne ne doit déconcentrer sa fille ou entraver la route toute tracée pour elle. Mais les rumeurs ne sont pas toujours infondées... et les enfants rarement conscients des montagnes qu on déplace pour eux. Reste à déterminer quel prix Katie est  prête à payer pour voir Devon atteindre le sommet.

 

 

 

Une mort qui en vaut la peine - Donald Ray Pollock

Éditions Albin Michel - Sortie : 28 septembre 2016 (? pages)

Résumé (traduit par mes soins à partir de Goodreads) : Un roman noir, électrifiant, perturbant, et étonnament drôle. Nous sommes en 1917 à la frontière qui sépare la Géorgie de l'Alabama. Fermier ruiné, Pearl Jewett mène une misérable existence avec ses 3 jeunes fils : Cane (l'aîné, beau, intelligent) , Cob (court sur pattes, massif, un peu lent), et Chimney (le benjamin, souffreteux et colérique). A plusieurs centaines de kilomètres dans le Sud de l'Ohio, un fermier du nom d'Ellsworth Fiddler vit avec son fils, Eddie, et sa femme, Eula. Après avoir dilapidé toute la fortune de sa famille, sa vie prend un tour surprenant, inoubliable et violent qui l'amènera à croiser la route des Jewetts. Rien de bon ne peut naître de cette rencontre. Ou alors peut-être que si ? Dans la tradition gothique de Flannery O'Connor et Cormac McCarthy, avec une bonne dose de violence cinématographique digne de Sam Peckinpah, Quentin Tarantino et des Frères Coen, les destins des Jewetts et des Fiddlers vont se percuter d'une façon aussi sombre que terrifiante.

 

 

 

Je m'appelle Leon - Kit de Waal

Éditions Kero - Sortie : 25 août 2016 (352 pages)

Résumé : Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l’action… Émouvant, dramatique mais aussi jubilatoire, Je m’appelle Leon évoque de façon éloquente la force de l’amour, le lien indéchirable entre frères, et ce qui, en fin de compte, fait une famille.

 

 

 

Le sang du monstre - Ali Land

Éditions Sonatine - Sortie : 29 septembre 2016 (192 pages)

Résumé : J’ai raconté l’histoire, encore. Et encore. Je leur ai tout raconté. Enfin. Presque tout. Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, 15 ans, a été placée dans une famille d’accueil aisée, les Thomas-Blythe. Elle vit aujourd’hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de mener une existence normale et d’être quelqu’un de bien. Elle a néanmoins beaucoup de difficultés à communiquer avec les ados de son âge et préfère les enfants plus jeunes, plus particulièrement une petite fille vulnérable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille des Thomas-Blythe, qui ignore tout de sa véritable identité. À l’ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d’un cran pour la jeune fille dont le comportement va bientôt se faire de plus en plus inquiétant. Le Sang du monstre est un thriller obsédant : la voix de Milly se fait hypnotique, dérangeante, addictive. Elle est, dans tous les cas, suffisamment singulière pour tenir le lecteur en haleine constamment, et soulever des interrogations aussi terribles que passionnantes.

 

 

 

Station Eleven - Emily St. John Mandel

Éditions Rivages - Sortie : 24 août 2016 (480 pages)

Résumé : Une pandémie foudroyante a décimé la civilisation. Une troupe d’acteurs et de musiciens nomadise entre de petites communautés de survivants pour leur jouer du Shakespeare. Ce répertoire classique en est venu à représenter l’espoir et l’humanité au milieu des étendues dépeuplées de l’Amérique du Nord. Centré sur la pandémie mais s’étendant sur plusieurs décennies avant et après, Station Eleven entrelace les destinées de plusieurs personnages dont les existences ont été liées à celle d’un acteur connu, décédé sur scène la veille du cataclysme en jouant Le Roi Lear. Un mystérieux illustré, Station Eleven, étrangement prémonitoire, apparaît comme un fil conducteur entre eux…

 

 

 

Les Petites Chaises rouges - Edna O'Brien

Éditions Sabine Wespieser - Sortie : 8 septembre 2016 (376 pages)

Résumé : Dès qu’il franchit le seuil de l’unique pub ouvert dans ce trou perdu d’Irlande, l’étranger suscite la fascination. Vladimir Dragan est originaire du Monténégro. Il entend s’établir comme guérisseur. On lui trouve un logement, un cabinet médical, et sa première cliente, une des quatre nonnes du lieu, sort de sa séance totalement régénérée. Rien d’étonnant à ce que Fidelma, très belle et mariée à un homme bien plus âgé qu’elle, tombe sous le charme. L’idylle s’interrompt quand Dragan est arrêté. Recherché par toutes les polices, il a vécu à Cloonoila sous un faux nom. Inculpé pour génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, il est emmené à La Haye, où il rendra compte de ses crimes. Le titre choisi par Edna O’Brien s’éclaire alors, ainsi que l’introduction rappelant que 11 541 petites chaises rouges avaient été installées à Sarajevo en 2012 pour commémorer la mémoire des victimes du siège. Le vrai sujet de cet extraordinaire roman n’est pourtant pas la guerre civile de Bosnie, ni la figure de Radovan Karadzic, dont il s’inspire. Avec une infinie tendresse et une infinie compassion, la grande romancière irlandaise se penche sur le destin d’une femme ordinaire, que sa naïveté a rendue audacieuse, et dont l’existence a été ravagée pour avoir vécu, sans savoir à qui elle avait affaire, une brève histoire d’amour avec l’un des monstres les plus sanguinaires du XXe siècle.

 

 

 

The Girls - Emma Cline

Éditions de la Table Ronde - Sortie : 25 août 2016 (336 pages)

Résumé : Le Nord de la Californie, à l’époque tourmentée de la fin des années 1960. Evie Boyd a quatorze ans, elle vit seule avec sa mère, que son père vient de quitter. Fille unique et mal dans sa peau, elle n’a que Connie, son amie d’enfance. Mais les deux amies se disputent dès le début de l’été qui précède le départ en pension d’Evie. Un après-midi, elle aperçoit dans le parc où elle est venue traîner, un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Très vite, Evie tombe sous la coupe de Suzanne, l’aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d’une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais aux yeux d’Evie, il est exotique, excitant, électrique, et elle veut à tout prix s’y faire accepter. Tandis qu’elle passe de moins en moins de temps chez sa mère, et tandis que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche à grands pas d’une violence impensable, et de ce moment dans la vie d’une adolescente où tout peut basculer. Dense et rythmé, le remarquable premier roman d’Emma Cline est saisissant de perspicacité psychologique. Raconté par une Evie adulte mais toujours cabossée, comme jamais remise de son expérience sectaire ni de son enfanceballotée, il est un portrait indélébile des filles comme des femmes qu’elles deviennent.

 

 

 

Je sais pas - Barbara Abel

Éditions Belfond - Sortie : 6 octobre 2016 (? pages)

Résumé : Une belle journée de sortie des classes qui vire au cauchemar. Une enfant de 5 ans a disparu. Que s'est-il passé dans la forêt ? A 5 ans, on est innocent, dans tous les sens du terme. Pourtant, ne dit-on pas qu'une figure d'ange peut cacher un coeur de démon ?

 

 

 

Une nuit, Markovitch - Ayelet Gundar-Goshen

Presses de la Cité - Sortie : 25 août 2016 (480 pages)

Résumé : 1939. Zeev Feinberg et Yacoov Markovitch quittent leur petit village de Palestine, direction l'Allemagne, où ils ont pour mission d'épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l'intention de retrouver la femme qu'il aime et son enivrant parfum d'orange, Yacoov, lui, ne tient pas à laisser partir Bella, « la plus belle femme qu'il ait vue de sa vie ». Cette dernière est pourtant déterminée à s'en séparer... À travers le destin de personnages inoubliables, Ayelet Gundar-Goshen signe une fresque tour à tour drôle, tendre et déchirante, avec pour toile de fond la création de l'État d'Israël.

 

 

 

 

Anna - Niccolo Ammaniti

Éditions Grasset - Sortie : 31 août (320 pages)

Résumé : Sicile, 2020. Un virus mortel, « la Rouge », a déferlé sur l’Europe quatre ans auparavant et décimé la population adulte ; les jeunes, eux, sont protégés jusqu'à l'âge de la puberté. Anna se retrouve seule avec Astor, son petit frère de quatre ans. Elle doit affronter le monde extérieur avec ses cadavres, ses charognards, ses chiens errants et affamés, l’odeur pestilentielle, pour trouver, quand il en reste, des médicaments, des bougies, des piles, des boîtes de conserve, avec comme unique guide dans cette lutte pour la survie, le cahier d’instructions que lui a légué leur mère avant d’être emportée par la maladie. Lorsqu’Astor disparaît, Anna part à sa recherche, prête à défier les bandes d’enfants sauvages qui errent à travers les rues désertes, les centres commerciaux et les bois. Mais l'ordre appartient au passé et les règles d'autrefois ont été oubliées. Pour réussir à sauver Astor, Anna va devoir en inventer de nouvelles, parcourant ce monde à l'abandon où la nature a repris ses droits, ne laissant que les vestiges d'une civilisation qui a couru à sa propre perte. Une véritable odyssée des temps modernes où s'entremêlent lumière et ténèbres, un duel permanent entre la vie et la mort.

 

 

 

Nos âmes la nuit - Kent Haruf

Éditions Robert Laffont - Sortie : 1 septembre 2016 (180 pages)

Résumé : Dans la petite ville de Holt, Colorado, dans une Amérique profonde et isolée, Addie, une septuagénaire, veuve depuis des décennies, fait une étrange proposition à son voisin, Louis, également veuf : voudrait-il bien passer de temps à autre la nuit avec elle, simplement pour parler, pour se tenir compagnie ? La solitude est parfois si dure... Bravant les cancans, Louis se rend donc régulièrement chez Addie. Ainsi commence une très belle histoire d'amour, lente et paisible, faite de confidences chuchotées dans la nuit, de mots de réconfort et d'encouragement. Une nouvelle jeunesse apaisée, toute teintée du bonheur de vieillir ensemble. Mais voilà, les choses ne vont pas se passer si simplement, les cancans vont bon train, et les familles s'en mêlent... Que va-t-il advenir de cette bulle de douceur si précieuse qu'Addie et Louis avaient réussi à construire ?

 

 

 

Lux - Maud Mayeras

Éditions Anne Carrière - Sortie : 6 octobre 2016 (380 pages)

Résumé : C’est l’histoire d’un retour, d’une sentence et d’une vague qui monte à l’horizon. 2016. Antoine Harelde débarque à Ceduna, dans les terres arides du sud de l’Australie. Vingt ans auparavant, il a passé un été dans cette petite ville perdue et, en l’espace de trois mois qui l’ont vu quitter l’adolescence, il a connu la joie, l’amitié, l’amour et l’horreur. Aujourd’hui il est un homme. Il n’a pas oublié, il n’a rien pardonné. Mais la justice prend d’étranges et inquiétantes couleurs à la lumière de l’apocalypse. Ballade meurtrière sur fond de fin des temps, Lux est le roman de la confirmation d’une jeune auteure au sommet de son art.

 

 

 

Petits secrets, grands mensonges - Liane Moriarty

Éditions Albin Michel - Sortie : 31 août 2016 (500 pages)

Résumé : Les secrets finissent toujours par être dévoilés. Et toujours quelqu un doit payer... Jane, mère célibataire, vient d emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter (elle se souvient de tout et ne pardonne jamais) et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l' aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l'école, les choses s'enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu'au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

 

 

 

Phare 23 - Hugh Howey

Éditions Actes Sud - Sortie : 07 septembre 2016 (256 pages)

Résumé : Pendant des siècles, des hommes et des femmes ont été gardiens de phare et ont assuré la sécurité des bateaux. C’est un boulot solitaire et ingrat. Jusqu’à ce que quelque chose se passe. Qu’un bateau soit en détresse. Au XXIIIe siècle, on pratique toujours ce métier, mais dans l’espace. Un réseau de phares guide dans la Voie lactée des vaisseaux qui voyagent à plusieurs fois la vitesse de la lumière. Ces phares sont d’une solidité à toute épreuve. Ils sont construits pour être extrêmement robustes. Ils ne connaissent jamais d’avaries. En théorie... Après la trilogie Silo, Hugh Howey revient avec une fable spatiale haletante et profonde, déjà en cours d’adaptation en série télévisée, et confirme son talent de conteur.

 

 

 

Je suis une fille de l'hiver - Laurie Halse Anderson

Éditions La Belle Colère - Sortie : 6 octobre 2016 (278 pages)

Résumé : Lia et Cassie étaient meilleures amies depuis l’école primaire. Chacune a développé son propre trouble alimentaire qui ne les mène nulle part si ce n’est au désastre. Les « filles de l’hiver », prisonnières de glace dans des corps fragiles, et concurrentes dans la course mortelle à la minceur.

 

 

 

Un Coeur sombre - R.J. Ellory

Éditions Sonatine - Sortie : 6 octobre 2016 (560 pages)

Résumé : Combien de temps peut-on échapper à sa conscience ? Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd’hui, il a touché le fond, et la grosse somme d’argent qu’il doit à Sandià, le roi de la pègre d’East Harlem, risque de compromettre son identité officielle, voire de lui coûter la vie. Il n’a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune et monter un gros coup pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent très mal, il doit se débarrasser de ses complices, et un enfant est blessé lors d’échanges de tirs. Comble de malchance, le NYPD confie l’enquête à la dernière personne qu’il aurait souhaité. Rongé par l’angoisse et la culpabilité, Madigan va s’engager sur la dernière voie qu’il lui reste : celle d’une impossible rédemption...Jamais l’expression d’anti-héros n’aura été aussi pertinente. Avec ce portrait passionnant et sans concession, R. J. Ellory creuse au plus profond de la conscience d’un homme au cœur sombre pris dans une spirale de violence, pour tenter d’en faire resurgir toute l’humanité enfouie.

 

 

 

Je suis Adèle Wolfe - Ryan Graudin

Éditions MSK - Sortie : 7 septembre 2016 (250 pages)

Résumé : 1956. Le IIIe Reich et l’Empire du Japon gouvernent le monde. Afin de commémorer la victoire des forces de l’Axe sur le Royaume-Uni et la Russie, Hitler et l’empereur Hirohito organisent chaque année une grande course de moto entre leurs deux continents. Le gagnant remporte une entrevue privée avec le Führer lors du bal de la Victoire. Yael, une survivante des camps, n’a qu’un but dans la vie : gagner cette course et tuer Hitler. Pour parvenir à ses fins, elle décide de se faire passer pour la gagnante de l’année précédente, Adèle Wolfe. L’affaire se corse lorsque le frère et l’ancien petit-ami de cette dernière décident eux aussi de participer à la course…

 

 

 

Un paquebot dans les arbres - Valentine Goby

Éditions Actes Sud - Sortie : 17 août 2016 (272 pages)

Résumé : Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le coeur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris. Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine. À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres.

 

 

 

Watership Down - Richard Adams

Monsieur Toussaint Louverture Éditions - Sortie : 15 septembre 2016 (544 pages)

Résumé :  C'est parfois dans les collines verdoyantes et idylliques que se terrent les plus terrifiantes menaces. C'est là aussi que va se dérouler cette vibrante épopée de courage, de loyauté et de survie. Menés par le valeureux Hazel, une poignée de braves choisit de fuir l'inéluctable destruction de leur foyer. Prémonitions, ruses, légendes vont aider ces héros face à mille ennemis et les guider jusqu'à leur terre promise, Watership Down. Mais l'aventure s'arrêtera-t-elle là ? Aimé par des millions de lecteurs, l'envoûtant roman de Richard Adams fait partie de ces odyssées sombres néanmoins parcourues d'espoir et de poésie. Vous sentirez le sang versé. Vous tremblerez face aux dangers. Vous craindrez la mort. Et plus que tout, vous ressentirez l'irrépressible désir de savoir ce qui va se passer.

 

 

 

Le Verger de Marbre - Alex Taylor

Éditions Gallmeister - Sortie : 18 août 2016 (288 pages)

Résumé : En plein Kentucky rural, la Gasping River déploie son cours au milieu des falaises de calcaire et des collines couvertes de champs de maïs et de soja. Un soir où il remplace son père, qui conduit le ferry parcourant la rivière dans les deux sens, le jeune Beam Sheetmire tue un passager qui tente de le dévaliser. Mais sa victime est le fils de Loat Duncan, puissant homme d’affaires local et assassin sans pitié. Toujours accompagné de ses chiens menaçants, Loat est lui-même porteur d’un lourd secret concernant le passé de Beam. Aidé par son père, le jeune homme prend la fuite, tandis que Loat et Elvis, le shérif, se lancent à ses trousses.

 

 

 


Ainsi fleurit le mal - Julia HEABERLIN

Éditions Presses de la Cité - Sortie : 8 septembre 2016 (560 pages)

Résumé : À seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des « Marguerite » – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série –, elle a contribué, en témoignant, à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane. Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerite qui n’ont pas eu la même chance qu’elle –, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale et à échapper à la curiosité malsaine de la presse. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs planté devant sa fenêtre, le doute l’assaille… Son « monstre » serait-il toujours en cavale ? La narguerait-il ?

 

 

 

Aquarium - David Vann

Éditions Gallmeister - Sortie : 3 octobre 2016 (280 pages)

Résumé : Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

 

 

Riquet à la houppe - Amélie Nothomb

Éditions Albin Michel - Sortie : 17 août 2016 (198 pages)

Résumé : « L’art a une tendance naturelle à privilégier l’extraordinaire. »

 

 

 

La fille dans le brouillard - Donato Carrisi

Éditions Calmann-Lévy - Sortie : 31 août (350 pages)

Résumé : Carrisi se réinvente dans un thriller unique sur le pouvoir des médias. Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu’il ne parviendra pas à résoudre l’affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d’école adoré de tous. L’homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

 

 

 

Pour faire l'amour - Howard Jacobson

Éditions Camann-Lévy - Sortie : 17 août 2016 (400 pages)

Résumé : Et si choisir un amant à sa femme était le meilleur moyen de ne pas la perdre ?De son propre aveu, Felix Quinn est un homme parfaitement heureux. Il détient l’une des plus anciennes boutiques de livres rares de Londres et prend un plaisir infini à se plonger dans des textes oubliés. Marié à la divine Marisa, il en est éperdument amoureux, mais une crainte grandit en lui : la perdre. L’enfance de Felix lui a appris que l’amour ne va pas sans la perte, il choisit donc de la devancer en orchestrant la propre trahison de son épouse. Ainsi Marius, minutieusement choisi par Felix, entre-t-il dans la vie intime de Marisa. Felix pense alors embrasser une nouvelle forme de sérénité, or il se trouve aussitôt en prise avec un autre démon : la jalousie. Pour faire l’amour est un roman corrosif sur le sentiment d’amour et son contraire, la masculinité de l’émoi, l’obsession charnelle et la nature polymorphe de la jalousie. L’écriture ciselée de Howard Jacobson, à l’humour piquant impérieux, n’aura jamais été aussi animée. Elle nous sert de guide malicieux pour explorer ici la topologie du mariage, entre honnêteté et provocation pure.

 

 

 

Là où les lumières se perdent - David Joy

Éditions Sonatine - Sortie : 25 août 2016 (320 pages)

Résumé : Caroline du Nord. Dans cette région perdue des Appalaches, McNeely est un nom qui ne laisse pas indifférent, un nom qui fait peur, un nom qui fait baisser les yeux. Plus qu’un nom, c’est presque une malédiction pour Jacob, dix-huit ans, fils de Charly McNeely, baron de la drogue local, narcissique, violent et impitoyable. Amoureux de son amie d’enfance, Maggie Jenkins, Jacob n’a guère l’occasion de se montrer romantique. Il est le dauphin, il doit se faire craindre et respecter, régler les affaires de son père de la façon la plus expéditive qui soit. Après un passage à tabac qui tourne mal, Jacob se trouve confronté à un dilemme : doit-il prendre ses responsabilités et payer pour ses actes afin d’aller vers la lumière, ou bien s’enfoncer encore dans les ténèbres en suivant la voie paternelle ? Alors que le filet judiciaire se resserre autour de lui, Jacob a encore l’espoir de sauver son âme pour mener une vie normale avec Maggie. Mais cela ne pourra se faire sans qu’il affronte son père, bien décidé à le retenir près de lui. Avec ce premier roman aussi sombre que déchirant, qui évoque tout autant la série Top of the Lake que Seul le silence de R.J. Ellory, David Joy nous conte l’histoire d’un jeune homme qui tente par tous les moyens d’échapper à l’héritage de la violence et aux péchés de sa famille.

 

 

 

Un enfant plein d'angoisse et très sage - Stéphane Hoffmann

Éditions Albin Michel - Sortie : 17 août 2016 (272 pages)

Résumé :  Dans ce portrait de famille peu banal, on croise une ex-vedette de music-hall, un dandy londonien qui soigne son ennui au champagne, un petit chien bien imprudent, des virées à Londres et Monaco, une traversée du Lac Majeur, des blessures d'amour mal guéries et un enfant qui cherche la liberté. Antoine n'a que 13 ans, mais déjà la maturité d'un vieux sage. Délaissé par ses richissimes parents, il tente vainement de réunir ces deux monstres d'égoïsmes. Entre le clafoutis et la Rolls Royce, le jeune adolescent raconte les mensonges des adultes dans une comédie sophistiquée pleine de cynisme et d'humour. Stéphane Hoffmann sait rire des choses graves et nous émouvoir du spectacle souvent pitoyable des grandes personnes.

 

 

 

New York, esquisses nocturnes - Molly Prentiss

Éditions Camann-Lévy - Sortie : 17 août (416 pages)

Résumé : Au début des années 80, le downtown de New York est le centre de l’univers, un terrain de jeu revêche, encore hermétique à la menace de l’embourgeoisement. Artistes et écrivains s’y mêlent dans des squats  insalubres où leurs rêves de reconnaissance prennent des formes multiples. Parmi eux, Raul Engales, un peintre argentin en exil, fuyant son passé et la « guerre sale » qui a enflammé son pays. S’affamant pour payer son matériel, il peint le jour d’immenses toiles mettant en scène les spectres qu’il croise la nuit. Un soir, il attire l’attention de James Bennett, critique d’art en vogue du New York Times, proche de Basquiat, Warhol et Keith Haring. Tandis que l’ascension fulgurante de l’un entraîne l’autre sous les projecteurs, une double tragédie les frappe. Dans ce chaos, Lucy, l’amante enjouée de Raul, échappée d’une obscure banlieue de l’Idaho, tente de les extraire de leur détresse. Entre peintre, critique et muse se dessine alors un triptyque amoureux étourdissant.

 

 

 

Le rouge vif de la rhubarbe - Audur Ava Olafsdottir

Éditions Zulma - Sortie : 1er septembre 2016 (160 pages)

Résumé : Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s’allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C’est là, dit-on, qu’elle fut conçue, avant d’être confiée aux bons soins de la chère Nína, experte en confiture de rhubarbe, boudin de mouton et autres délices. Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie, collectionne les lettres de sa mère partie aux antipodes à la poursuite des oiseaux migrateurs, chante en solo dans un groupe de rock et se découvre ange ou sirène sous le regard amoureux de Salómon. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l’ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d’en haut…

 

 

 


Beaux rivages - Nina Bouraoui

Éditions JC Lattès - Sortie : 24 août 2016 (250 pages)

Résumé : C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour Adrian quitte A. pour une autre femme. Beaux Rivages est la radiographie de leur séparation. Mon roman (comme pris dans un segment) débute avec les attentats de janvier 2015 et s’achève avec ceux de novembre. J’y voyais une forme d’écho et de lien. En dépit de l’âge, du sexe, de la nationalité, de la condition sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour, comme si la tristesse formait, à elle seule, une communauté. Nous passons tous par les mêmes phases, d’abattement, de désespoir, de colère, de manque, de haine, d’apaisement enfin. Nous développons tous les mêmes défenses et les mêmes stratégies. Faisant ce constat, j’ai écrit Beaux rivages pour tous les « quittés » du monde. Pour tous ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour tous ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer un autre. Pour comprendre aussi comment un abandon en ressuscite d’autres. Pourquoi ne plus être aimé nous rend si nu, être trahi, si désarmé. Et pour savoir enfin que l’amour triomphera toujours.

 

 

 

La mésange et l'ogresse - Harold Cobert

Éditions PLON - Sortie : 18 août 2016 (350 pages)

Résumé : 26 juin 2003. « L'ogre des Ardennes », Michel Fourniret, est arrêté en Belgique.
22 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, son épouse Monique Olivier – qu'il surnomme sa « mésange » – révèle une partie du parcours criminel de son mari, au moment où, faute de preuves, la justice belge s’apprête à le libérer. Il finira par être condamné à la perpétuité incompressible ; Monique Olivier, accusée de complicité et de non-dénonciation de meurtres, écopera elle aussi de la perpétuité, assortie de vingt-huit ans de sûreté. Plongée au cœur du mal absolu pendant cette année traque, cette enquête romanesque fait alterner les points de vue du commissaire chargé de l'affaire et de Monique Olivier elle-même, pour s'intéresser pour la première fois à celle qui reste une énigme : victime ou complice? instrument ou cerveau diabolique? Mésange ou ogresse?

 

 

 

Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés - Jami Attenberg

Éditions Les Escales - Sortie : 18 août 2016 (448 pages)

Résumé : Personnage haut en couleur, Mazie Phillips tient la billetterie du Venice, cinéma new-yorkais du Bowery, quartier populaire du sud de Manhattan où l’on croise diseuse de bonne aventure, mafieux, ouvriers, etc. Le jazz vit son âge d’or, les idylles et la consommation d’alcool – malgré la Prohibition – vont bon train. Mazie aime la vie, et ne se fait jamais prier pour quitter sa « cage » et faire la fête, notamment avec son amant « le capitaine ». Avec l’arrivée de la Grande Dépression, les sans-abri affluent dans le quartier et la vie de Mazie bascule. Elle aide sans relâche les plus démunis et décide d’ouvrir les portes du Venice à ceux qui ont tout perdu. Surnommée « la reine du Bowery », elle devient alors une personnalité incontournable de New York. Dans ce roman polyphonique, Jami Attenberg nous fait découvrir Mazie – dont on entend la gouaille à travers les lignes de son journal intime –, mais aussi Sœur Ti, son unique amie, sa sœur Jeanie, l’agent Mack Walters, porté sur la bibine et qui aime flirter avec elle… Le lecteur découvre, fasciné, une personnalité hors du commun et tout un monde bigarré et terriblement attachant.

 

 

 

Soyez imprudents les enfants - Véronique Ovaldé

Éditions Flammarion - Sortie : 17 août 2016 (400 pages)

Résumé : « Soyez imprudents les enfants », c’est le curieux conseil qu’on a donné à tous les Bartolome lorsqu’ils n’étaient encore que de jeunes rêveurs – et qui explique peut-être qu’ils se soient aventurés à changer le monde. « Soyez imprudents les enfants », c’est ce qu’aimerait entendre Atanasia, la dernière des Bartolome, qui du haut de ses 13 ans espère ardemment qu’un événement vienne bousculer sa trop tranquille adolescence. Ce sera la peinture de Roberto Diaz Uribe, découverte un matin de juin au musée de Bilbao. Que veut lui dire ce peintre, qui a disparu un beau jour et que l’on dit retiré sur une île inconnue ? Atanasia va partir à sa recherche, abandonner son pays basque natal et se frotter au monde. Quitte à s’inventer en chemin.Dans ce singulier roman de formation, Véronique Ovaldé est comme l’Espagne qui lui sert de décor : inspirée, affranchie et désireuse de mettre le monde en mouvement. Alors qu'elle a 13 ans, Atanasia Bartolome a comme une révélation devant une toile du peintre Roberto Diaz Uribe. Elle découvre qu'il est un cousin de son père et souhaite savoir ce que cherche à lui dire ce peintre, qui a disparu un jour comme tous les ancêtres Bartolome. La jeune fille décide de partir elle aussi explorer le vaste monde.

 

 

 

Lithium - Aurélien Gougaud

Éditions Albin Michel - Sortie : 18 août (192 pages)

Résumé : Elle, vingt-trois ans, enfant de la consommation et des réseaux sociaux, noie ses craintes dans l’alcool, le sexe et la fête, sans se préoccuper du lendemain, un principe de vie. Il vient de terminer ses études et travaille sans passion dans une société où l’argent est roi. Pour eux, ni passé ni avenir. Perdus et désenchantés, deux jeunes d’aujourd’hui qui cherchent à se réinventer. Dans un texte crépusculaire, Aurélien Gougaud entremêle leurs voix, leurs errances, leur soif de vivre, touchant au plus près la vérité d’une génération en quête de repères. Un premier roman d’une surprenante maturité, qui révèle le talent d’un jeune auteur de vingt-cinq ans.

 

 

 

Le Pactole - Cynthia d'Aprix Sweeney

Fleuve Éditions - Sortie : 8 septembre 2016 (426 pages)

Résumé : Bea, Melody, Jack et Leo n’ont pas grand-chose en commun si ce n’est le joli héritage laissé par leur père, qui doit leur être distribué le jour des quarante ans de la benjamine. Mais le jour J, c’est la soupe à la grimace. Les trois « petits » découvrent que leur aîné, Leo, séducteur et égoïste, a dilapidé le magot. Les hostilités sont lancées ; la fratrie exige que Leo la rembourse. C’est le début d’une guerre des tranchées qui va réveiller de vieilles rancunes, briser d’anciens tabous, mais aussi leur permettre de renouer des liens qu’ils croyaient rompus pour toujours...

 

 

 

Amour Monstre - Katherine Dunn

Éditions Gallmeister - Sortie : 18 août (472 pages)

Résumé : La joyeuse famille Binewski est tout sauf banale. Ivres d’amour et nourrissant de grands projets pour leur spectacle itinérant, Al et Lil décident d’engendrer à coup d’amphétamines et de radiations la plus belle brochette de phénomènes de foire au monde. Alors, bienvenue chez les monstres : il y a Arturo l’Aquaboy, doté de nageoires et d’une ambition digne de Genghis Khan; Iphy et Elly, sœurs siamoises et musiciennes talentueuses; Oly, naine bossue et albinos. Seul détonne l’étonnamment normal Chick… jusqu’à ce qu’il révèle des qualités bien particulières. Pour autant, cette famille est habitée de passions bien humaines, et une terrible rivalité entre frères et sœurs ne tarde pas à menacer le bonheur des Binewski.

 

 

 

Les Élus - Steve Sem-Sandberg

Éditions Robert Laffont - Sortie : 18 août 2016 (558 pages)

Résumé : Ce roman polyphonique rend leur voix aux enfants victimes de la politique d'euthanasie des nazis. En 1941, le Spiegelgrund, ancien hospice et hôpital psychiatrique de Vienne, est devenu un centre pour enfants handicapés et une maison de redressement pour jeunes délinquants. C'est là qu'en janvier arrive Adrian Ziegler. Il a une dizaine d'années et vient d'une famille d'origine tzigane socialement stigmatisée. Hannes Neubauer, un petit gars blond aux yeux bleus, atterrit lui aussi à la maison de redressement, probablement abandonné par son père. Julius Becker a été condamné car ses parents se sont opposés au nazisme. Quant au jeune Jockerl, on ne sait rien de son passé. Dans un époustouflant ballet de voix tour à tour intérieures et extérieures, Adrian, Hannes, Julius et Jockerl témoignent de leur vie quotidienne dans cet enfer ou ils sont pensionnaires. Ils évoquent leur impuissance, leur repli dans des zones très obscures d'eux-mêmes pour survivre, leur naufrage mental. Ils parlent du pavillon 9 ou eux, les « asociaux », sont victimes d'abus tant physiques que moraux. Du pavillon 17, ou de temps à autre l'un d'entre eux est envoyé. Là, les « inéducables » sont soumis à des conditions d'existence proches de la torture avant d'être éventuellement supprimés. Du pavillon 15, enfin, ou l'on extermine les « indésirables » après leur avoir fait subir de terribles examens médicaux.
Ils parlent aussi de ces adultes qui les maltraitent et les assassinent : les médecins, meurtriers prétendant agir pour la science et pour le bien général, les infirmières, des perverses obéissant aux ordres les plus inhumains. Les voix de ces tortionnaires s'ajoutent à leurs voix d'enfant, les emprisonnant d'une gangue maléfique contre laquelle la raison se brise. Après la guerre, Adrian, Hannes et les quelques survivants du Spiegelgrund témoigneront, sans toujours être écoutés. En 2002, l'Autriche exhumera enfin ce sinistre passé, enterrera les restes des petites victimes retrouvés au sous-sol de l'hôpital et leur élèvera un mémorial.

 

 

 

Yaak Valley, Montana - Smith Henderson

Éditions Belfond - Sortie : 18 août 2016 (500 pages)

Résumé : Dans le Montana, en 1980. Autour de Pete, assistant social dévoué, gravite tout un monde d'écorchés vifs et d'âmes déséquilibrées. Il y a Beth, son ex infidèle et alcoolique, Rachel, leur fille de treize ans, en fugue dans les bas-fonds de Tacoma, Luke, son frère, recherché par la police. Et puis il y a Cecil l'adolescent violent et sa mère droguée et hystérique, et ce jeune Benjamin, qui vit dans les bois environnants, avec son père, Jeremiah Pearl, un illuminé persuadé que l'apocalypse est proche, que la civilisation n'est que perversion et que le salut réside dans la survie et l'anarchie. Pearl qui s'est exclu de la société, peut-être par paranoïa, peut-être aussi pour cacher qu'il aurait tué son épouse et leurs cinq enfants. Au milieu de cette cour des miracles, Pete pourrait être l'ange rédempteur, s'il n'était pas lui-même complètement perdu...

 

 

 

Écoutez nos défaites - Laurent Gaudé

Éditions Actes Sud - Sortie : 17 août 2016 (256 pages)

Résumé : Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles.

 

 

 

Les Fabuleuses Tribulations d'Arthur Pepper - Phaedra Patrick

Éditions Milady - Sortie : 23 septembre 2016 (320 pages)

Résumé : « Tendre, spirituel et surprenant, un roman qui vous ira droit au cœur ! ». Un an après la mort de Miriam, Arthur consent enfin à se séparer des affaires de sa défunte épouse. Il découvre alors un bracelet qu’il n’avait jamais vu, et les breloques suspendues à ce bijou constituent autant d’énigmes qui lui donnent envie de mener l’enquête. Que sait-il vraiment de celle qui a partagé sa vie pendant plus de quarante ans ?

 

 

 

Les règles d'usage - Joyce Maynard

Éditions Philippe Rey - Sortie : 1er septembre 2016 (480 pages)

Résumé : Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre. Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine – et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le coeur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres : une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays. Wendy lit beaucoup, découvre Le Journal d’Anne Frank et Frankie Addams, apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec sa belle-mère éleveuse de cactus, comprend peu à peu le couple que formaient ses parents – et les raisons de leur séparation. Ces semaines californiennes la prépareront-elles à aborder la nouvelle étape de sa vie ? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de ceux qui l’ont vue grandir ?

 

 

 

La Soledad - Natalio Grueso

Éditions Presses de la Cité - Sortie : 1er septembre (320 pages)

Résumé :  Une aventure débordant d'imagination où se rejoignent le désir, la gratitude, la justice et les rêves. Bruno Labastide est venu s'installer à Venise, dans le quartier de Dorsoduro, au terme d'une vie bien remplie durant laquelle il n'a cessé de voyager. Cela fait bien un an qu'il y réside lorsque, un jour, il voit une jeune Japonaise d'une beauté stupéfiante passer devant le café où il a ses habitudes. C'est le coup de foudre. Mais cette dernière, Keiko, ne lui concédera une nuit d'amour que s'il parvient à l'émouvoir avec un poème ou une histoire... Mais par laquelle commencer ? Natalio Grueso signe un superbe roman mosaïque aux récits enchâssés et nous entraîne avec poésie aux quatre coins du monde.

 

 

 

Comment tu parles de ton père ? - Joann Sfar

Éditions Albin Michel - Sortie : 17 août 2016 (160 pages)

Résumé : « Papa est né l'année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C'est l'année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C'est l'année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c'est pas rien. »Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir et un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

 

 

 

Nora Webster - Colm Toibin

Éditions Robert Laffont - Sortie : 18 août 2016 (414 pages)

Résumé : Irlande, fin des années 1960. Nora vient de perdre son mari. Entre hébétude et chagrin, elle fait face à la nécessité en reprenant un emploi, vend la maison de vacances sur la côte, tente d'aider ses quatre enfants qui se débattent avec leur deuil. Puis, très lentement, elle se laisse gagner par un sentiment nouveau : être veuve, c'est goûter à la liberté. Sous les regards critiques de la petite ville ou elle a toujours vécu, elle prend des cours de chant, s'achète une chaîne stéréo et passe ses rares moments de liberté à écouter des disques. La profondeur des émotions que soulèvent en elle la musique s'accorde au lent réveil de sa sensibilité et de sa personnalité. Au début, ce sont de toutes petites choses, mais sous cette apparente inertie, que de bouleversements ! Elle se découvre des forces qu'elle ignorait, se rapproche de ses enfants et s'impose tant au travail qu'auprès des commères qui l'observent. Pas à pas et sans éclat, elle conquiert son autonomie, tandis qu'autour d'elle la société irlandaise ébauche sa mutation : le mouvement pour les droits civiques en Irlande du Nord se développe dans la violence, et le rôle que devrait adopter la république irlandaise face au conflit est sévèrement débattu dans les familles.

 

 

 

 

Zigzag - Ross Thomas

Éditions Sonatine+ - Sortie : 13 octobre 2016 (? pages)

Résumé : Artie Wu et Quincy Durant se sont rencontrés enfants dans un orphelinat. Depuis, Artie le rusé et Quincy le colérique forment un duo de choc, passé maître dans les jeux de dupes, auquel le gouvernement américain fait parfois appel pour des missions loin d’être officielles.Installés dans une luxueuse maison sur la côte californienne, nos deux hommes auraient peut-être pu prétendre à une existence tranquille si Artie ne s’était pas vautré un beau matin sur un pélican mort. Secouru par leur voisin, « l’homme aux six lévriers », un richissime homme d’affaires, Artie en profite pour lui faire une étonnante proposition qui pourrait leur permettre à tous de gagner beaucoup d’argent. Bien sûr, avec Artie et Quincy, le hasard n’en est jamais vraiment un. Et ce qui commençait comme une escroquerie savamment élaborée va bientôt prendre un tournant totalement inattendu et devenir une enquête entêtante sur le meurtre d’un sénateur américain. Zigzag est un pur plaisir de lecture : des dialogues désopilants, une intrigue palpitante et aussi tordue que ses protagonistes, des héros férocement attachants et une ambiance délicieusement 70’s.
 

 

 

Les Bottes suédoises - Henning Mankell

Éditions du Seuil - Sortie : 18 août (368 pages)

Résumé : Fredrik Welin, médecin à la retraite, vit reclus sur son île de la Baltique. Une nuit, une lumière aveuglante le tire du sommeil. Au matin, la maison héritée de ses grands-parents n’est plus qu’une ruine fumante. Réfugié dans la vieille caravane de son jardin, il s’interroge : à soixante-dix ans, seul, dépossédé de tout, a-t-il encore une raison de vivre ? Mais c’est compter sans les révélations de sa fille Louise et, surtout, l’apparition d’une femme, Lisa Modin, journaliste de la presse locale. Tandis que l’hiver prend possession de l’archipel, tout va basculer de façon insensible jusqu’à l’inimaginable dénouement.

 

 

 

La nuit avec ma femme - Samuel Benchetrit

Éditions PLON - Sortie : 25 août 2016 (200 pages)

Résumé :« J’ai passé plus de temps que toi sur cette Terre. Et notre différence, c’est que moi, je t’ai perdue. C’est parce que j’ai continué à vivre que je le sais. J’ai voulu être seul souvent pour être avec toi. Il faut bien donner son temps aux amours invisibles. S’en occuper un peu. Encore maintenant je me demande comment tu vas. Ce que tu fais. Je cherche de tes nouvelles. J’invoque la colère pour que tu la calmes. Quelques rires où tu me rejoindrais. Et le soleil a changé, puisqu’il manque une ombre. Mais je suis heureux. Et c’est à ton absence que je dois de le savoir. »

 

 

 

Felix Funicello et le miracle des nichons - Wally Lamb

Éditions Belfond - Sortie : 1er septembre 2016 (256 pages)

Résumé : 1964, dans la petite ville de Three Rivers, Connecticut. Felix, 10 ans, fréquente l'école catholique St Aloysius, où sévissent entre autres la très psychorigide soeur Dymphna et Rosalie Twerskie, première de classe et du poil aux pattes : le genre de pimbêche à lever le doigt avant la sonnerie pour s'assurer qu'il n'y a pas de devoirs, juste au cas où. Le soir, après la classe, Felix retrouve le diner famililal et tente tant bien que mal de faire ses devoirs, tout en admirant, crayon à la bouche, le poster de la star de cinéma Annette Funicello, qui, pour la plus grande fierté de ses parents, est une cousine éloignée... Mais un jour, tout dérape. À cause d'une sombre histoire de paille, de boulettes de papier et de chauve-souris, soeur Dymphna finit délirante sous un bureau et se voit envoyée en maison de repos. Débarque alors l'incroyable Madame Marguerite, québécoise, pull-over rouge moulant, talons hauts et jupes fendues : le genre exotique pour les environs. Et comme les bonnes nouvelles n'arrivent pas seules, elle est suivie de près par Zenhya, jeune fille russe au caractère bien trempé, un franc-parler saisissant, déjà du monde au balcon, et une éducation sexuelle très avancée.

 

 

 

Un travail comme les autres - Virginia Reeves

Éditions Stock - Sortie : 24 août 2016 (344 pages)

Résumé : Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout, plus grande que lui, qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit. Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie.. « L’univers de ce roman exquis – les années 1920, en Alabama – ne m’a pas quittée depuis que je l’ai refermé. C’est magnifique, douloureux, original, et si juste dans ses moindres détails. Touffu, plein de terreur et de beauté. » Fiona McFarlane.

 

 

 

Images fantômes - Elizabeth Hand

Éditions Super8 - Sortie : 25 oût 2016 (408 pages)

Résumé : Photographe punk expérimentale, Cass Neary a connu son quart d’heure de gloire warholien dans le New York des années 1970. Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’elle y survive. Vingt ans plus tard, c’est une quadragénaire has been ayant gardé de sa folle jeunesse, outre un penchant prononcé pour les paradis artificiels, une profonde et incurable nostalgie. Aussi, quand son vieil ami Phil lui propose d’aller interviewer Aphrodite Kamestos, artiste culte des années 1960 vivant désormais recluse sur une petite île perdue au large du Maine, Cass n’hésite pas très longtemps ; d’autant que Kamestos, dont l’œuvre a inspiré son propre travail, a apparemment demandé à la voir personnellement. Mais le Maine en novembre est un monde en soi : grise, glacée, peuplée de figures inquiétantes, la région baigne dans une atmosphère quasi onirique, et l’esprit embrumé de la visiteuse n’arrange rien à l’affaire. Avant de s’embarquer pour Paswegas Island, Cass apprend que des disparitions ont été signalées dans le secteur. L’accueil glacial que lui réserve Aphrodite, et l’étrange comportement du fils de cette dernière, ne font rien pour dissiper ses angoisses. Et si l’expression « artiste maudite » était à prendre au sens littéral ? Cass est-elle prête à affronter ses propres démons ?

 

 

 

Les mots entre mes mains - Guinevere Glasfurd

Éditions Préludes - Sortie : 24 août 2016 (448 pages)

Résumé : Quand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l'esprit du philosophe René Descartes. mais dans ce XVIIe siècle d'ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n'ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut-être leur avenir ? A partir d'une histoire d'amoure avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d'une femme lumineuse en avance sur sont temps. Un roman de passion et de liberté sur fond de fresque envoûtante des Pays-Bas au "siècle d'or". Un excellent premier roman... Une histoire d'amour qui ne tombe jamais dans le sentimental, avec un héroïne attachante et inoubliable. The Times

 

 

 

Poussières d'os - Karin Salvalaggio

Éditions Bragelonne - Sortie : 17 août 2016 (336 pages)

Résumé : Quelqu'un frappe à la porte de la maison de Grace Adams. Grace est certaine de savoir de qui il s’agit pourtant lorsqu’elle regarde par la fenêtre de sa chambre, elle voit une inconnue marcher sur le sentier derrière sa maison. Soudain, un homme émerge de l'obscurité des bois environnants et la poignarde, puis s’enfuit dans l'ombre, la laissant mourir dans la neige. Choquée, Grace appelle la police, sachant bien qu'ils ne pourront arriver à temps. Alors elle se décide à secourir elle-même la femme et constate qu'elle ne lui est pas étrangère... Traumatisée, Grace est emmené à l'hôpital, pendant que le détective Macy Greeley est rappelée dans la petite ville de Collier – Montana - où elle a autrefois enquêtée. Elle va devoir traquer le tueur et comprendre ce que l'assassin a à voir avec Grace, une jeune femme troublée que son passé a peut-être brusquement rattrapé. Mais la ville de Collier est toujours aussi secrète et Macy devra rouvrir de vieilles blessures pour résoudre un crime qui a semble-t-il mis plus de 11 ans à apparaître.

 

 

 

Les Contes défaits - Oscar Lalo

Éditions Belfond Sortie : 8 août (224 pages)

Résumé :Un enfant – des enfants sont emmenés dans des wagons. Une main les a lâchés sur un quai de gare. Sans savoir, sans pouvoir voir l'impensable, leurs parents les envoient vers ce camp de vacances rythmé par un irréel quotidien, fait d'ordres absurdes et de caresses violentes. L'histoire est celle de cet enfant et de l'adulte qu'il ne pourra pas devenir, à moins d'être en capacité de rouvrir l'enquête. Longtemps après les faits. Comme une vieille plaie. Intime. Inconcevable. Je suis sans fondations. Ils m'ont bâti sur du néant. Je suis un locataire du vide, insondable et sans nom, qui m'empêche de mettre le mien. J'endosse à l'envi n'importe quelle identité. La mienne, je l'ignore. Je ne la sais ni ne la veux. La page reste blanche car tout ce qui s'y inscrit s'évapore. C'est pourquoi le narrateur de cette histoire a pris la plume. Sans rien dire jamais de ce qui ne se montre pas, loin de la honte et de la négation, Oscar Lalo convoque avec ses propres mots, pourtant universels, la langue sublime du silence... Et c'est en écrivant l'indicible avec ce premier roman qu'il est entré de façon magistrale en littérature.

 

 

 

Les vies de papier - Rabih Alameddine

Éditions Les Escales - Sortie : 25 août 2016 (304 pages)

Résumé : Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, est inclassable. Mariée à 16 ans à « un insecte impuissant », elle a été répudiée au bout de quatre ans. Pas de mari, pas d'enfant, pas de religion… Non conventionnelle et un brin obsessionnelle, elle a toujours lutté à sa manière contre le carcan imposé par la société libanaise. Une seule passion l'anime: la littérature. Elle a en effet pour les mots un désir inextinguible. À tel point que, chaque année, le 1er janvier, elle commence à traduire en arabe l’un de ses romans préférés. Un travail ambitieux qui finit toujours par échouer dans un tiroir. Car les quelque trente-sept livres traduits par Aaliya au cours de sa vie n'ont jamais été lus par qui que ce soit. Ce portrait d’une femme solitaire en pleine crise existentielle oscille sans cesse entre passé et présent dans un Beyrouth en constante mutation. Tandis qu’elle essaye de maîtriser son corps vieillissant et la spontanéité de ses émotions, Aaliya doit faire face à une catastrophe inimaginable qui menace de faire voler sa vie en éclats. Son ton mordant ne nous laisse pas indemne.

 

 

 

Le Poison - Charles Jackson

Édiitons Belfond Vintage - Sortie : 1er septembre 2016 (384 pages)

Résumé : Le temps d'un week-end d'euphorie et de cauchemar, la descente aux enfers de Don Birnam, un écrivain raté dévoré par l'alcoolisme. Chef-d'oeuvre de lucidité et de poésie, best-seller surprise lors de sa sortie aux Etats-Unis et inexplicablement oublié en France depuis sa parution en 1946, Le Poison est un roman culte, un morceau d'anthologie à redécouvrir au plus vite.

 

 

 

Une braise sous la cendre - Tome 2 - Sabaa Tahir

Éditions Pocket Jeunesse - Sortie : 6 octobre 2016 (? pages)

Résumé : /

 

 

 

 

Pfiiouuu, voilà un article qui m'aura demandé un travail patient de petite fourmi alors j'espère qu'il vous plaira :) Et dites-moi en commentaire si certains titres vous font envie, ceux que vous voulez absolument lire ou encore ceux à côté desquels vous pensez que je suis passée !

 

 

Cajou

 

 

Partager cet article

2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 11:02

 

 

 

 

Résumé : Sur le point d’épouser celui que n’importe quel magazine féminin désignerait comme l’homme idéal, Ani, jeune et jolie journaliste, est tenaillée par le doute. Obsédée par son image, elle peaufine compulsivement les moindres détails de sa vie glamour pour incarner aux yeux de tous l’héroïne infaillible qu’elle rêve de devenir. Celle dont la réussite, incontestable, laissera tout le monde sur le carreau. Derrière ce besoin éperdu d’invulnérabilité, derrière ce désir implacable d’être la New-Yorkaise branchée sous tous rapports, un terrible saccage intime, qu’elle refoule depuis l’adolescence. Et une lutte de tous les instants – contre ses souvenirs, contre le regard des autres, contre d’insoutenables accusations, contre la réputation qui lui colle à la peau depuis que sa vie a basculé dans la terreur. Une terreur entière, souveraine. Plus forte que la honte, que le désir de vengeance, que la souffrance – plus forte que tout.

 

 

Quelle réussite que ce premier roman !

 

L'écriture est vive, et on ne s'ennuie jamais grâce à ces aller-retour entre l'enfer des années lycée d'Ani à 14 ans et celles de sa vie dorée de future mariée à 28 ans. Car si au début, l'atmosphère semble assez "chick-lit" avec les préparatifs de mariage, le fiancé de bonne famille plein aux as et le boulot chic à New York,  la superficialité apparente s'efface petit à petit dès que l'on découvre le passé trouble d'Ani, et là, le récit s'obsurcit de plus en plus intensément.

 

Ce roman ne pouvait d'ailleurs porter meilleur titre. D'une part, parce qu'il repose entièrement sur son héroïne, Ani, cette American Girl jusqu'au bout des ongles. C'est un personnage que j'ai trouvé très riche, et attachant en raison de ses failles et de ses mauvaises prises de décisions. En effet, elle est plutôt difficile à aimer car ses blessures la rendent parfois capricieuse, hautaine, superficielle, voire imbuvable, et continuellement obsédée par l'image qu'elle renvoit d'elle-même, désirant plus que tout effacer toute trace de ses origines provinciales.

 

D'autre part, l'Amérique suinte par tous les pores de cette histoire : tant dans le monde impitoyable et cruel du Lycée (fêtes, alcool, sexe, clans, capitaine adulé, etc.) -un véritable nid de vipères et un panier de crabes-  que dans celui d'un grand magazine de mode féminin, tant dans les relations entre ados que dans les préparatifs de mariage, tant dans la recherche à tout prix de la popularité que dans celle de la réussite sociale et des apparences. Peut-être un peu stéréotypé mais plutôt réaliste tout de même, me semble-t-il.

 

Sachez également que certaines scènes sont assez dures à lire mais ce serait vous spoiler que de vous en parler.

 

En bref, vraiment, rien à redire sur ce premier (!) roman, sauf peut-être quelques petites approximations dans la traduction (quelques concordances des temps bancales, notamment).

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : Audrey a failli abandonner et est donc mitigée ICI, et La Fée lit a adoré ICI.

 

Partager cet article

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 17:52

 

 

 

Résumé : Un frère et une soeur vont devoir trouver le moyen de protéger le garçon qu’ils aiment tous les deux. Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-soeur Ashlin décident de prendre une année sabbatique et d’emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l’enfance. Si le jeune homme les a toujours fascinés, Ashlin et Hunter éprouvent bientôt pour lui de tout autres sentiments. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire…

 

 

J'avais envie de lire un Young-Adult, et je suis bien contente d'avoir opté pour celui-ci, qui fut une jolie découverte.

 

J'ai tout d'abord beaucoup apprécié le talent de conteuse de Kelley York qui, grâce à son écriture très visuelle, nous propulse dès les premières pages dans le Maine, en faisant de nous le 4ème ami de ce trio.

 

Mais ce qui m'a conquise, ce sont les personnages, tous très forts et auxquels on ne peut que s'attacher. Il y a Ashlin et Hunter, qui ont une relation de frère et soeur tout à fait unique, pleine de complicité et d'amour : magnifique ! Puis, il y a ce personnage hors du commun, cet insaisissable Chance, qui m'a séduite par sa différence et par son charisme. Un très beau trio d'adolescents qui nous offre une très belle leçon d'amitié (et avouons-le, je suis un peu tombée amoureuse de Hunter ).

 

Quant à l'histoire narrée tour à tour par ces 3 héros, je l'ai trouvé pleine de poésie, tragi-comique aussi, parfois intense et parfois drôle : de quoi vivre un moment de lecture plein d'émotions.

 

Seul bémol en ce qui me concerne : la fin. Je l'ai trouvée très déroutante, et un peu décalée par rapport au reste du ton et de l'atmosphère du roman, mais il est vrai qu'elle a le mérite d'emprunter d'autres sentiers que ceux attendus.

 

 

En bref, un très joli Young-Adult.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : Justine a beaucoup aimé ICI, un livre magnifique pour Simi ICI, et Carole n'a pas aimé ICI.

Partager cet article

19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 14:50

 

 

 

 

Hello Hello,

 

C'est dimanche, et je vous montre donc ce qui est arrivé dans ma boîte aux lettres ces 15 derniers jours. Un peu de tout, comme d'habitude !

 

 

Tout d'abord, j'ai complété des sagas, qui ont toutes en commun.... que je n'ai encore lu aucun des premiers tomes  J'aurai donc de quoi faire pendant les vacances, période on ne peut plus propice à la lecture de séries !

 

 

 

 

Et ensuite, voici les autres réceptions, avec notamment du contemporain ("Idaho" me fait vraiment très envie, il devrait très vite être lu ; et "American Girl" qui est ma (bonne) lecture en cours), de l'historique avec le nouvel opus de Madame Kate Quinn, du thriller avec le nouveau Thilliez (une de mes toutes prochaines lectures) ou "Ce que tu veux" sur lequel j'ai lu tant de billets positifs, ou encore du vintage avec un titre de chez Belfond qui s'annonce drôle et très très bon, comme tous ceux que j'ai lus jusque là !

 

 

 

 

Et vous, quoi de neuf sur vos étagères  ?

 

 

Belle fin de dimanche,

Et courage à toutes/tous les collègues qui corrigent 

 

Cajou

 

Partager cet article

15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 16:18

 

 

 

 

 

Résumé : Qui est Pierre ? Et d'ailleurs, se nomme-t-il vraiment Pierre? Un rêveur ? Un affabulateur ? Un assassin ? Une chose est certaine, on meurt beaucoup autour de lui. Et rarement de mort naturelle. Rebondissements incessants, métamorphoses, humour grinçant... un livre aussi fascinant que dérangeant, en quête d'une vérité des personnages qui se dérobe sans cesse.

 

 

Le résumé était diablement tentant et pourtant je n'ai pas apprécié le voyage en compagnie de Pierre. Certains m'ont dit que c'était parce que j'attendais un thriller ou un roman noir et que de là était née ma déception. Mais pas du tout, je n'en attendais rien, je l'ai juste laissé venir à moi, prête à me laisser séduire. Sauf que ça n'a pas du tout pris, et que je me suis ennuyée presque tout du long, espérant -en vain- que ça démarre.

 

Alors qu'est-ce qui ne m'a pas plu ?

 

Tout d'abord, j'ai parfois eu l'impression de lire un délire un peu personnel et égoïste de l'auteur, qui s'essaye à l'humour et au décalé, de façon fort peu convaincante à mon goût. On ne peut pas dire que ça soit mauvais, non, mais puisqu'il s'agit d'humour (noir), je dirais juste que personnellement, je n'y ai pas (du tout) été sensible.

 

Ajoutons ensuite que je ne suis pas adepte du "too much" et que là, entre le psy psychopathe, une scène de cul dans un cimetière, un ramasseur de crottes du zoo (satanés pandas!), la collectionneuse de suicides, le gardien de l'insécurité, une Youtubeuse du vide, la liste des numéros de téléphone oubliés, ou la vétérinaire nymphomane et zoophile (si, si!), ... c'était vraiment "Te veel is te veel". Pffff.

 

J'ai également eu trop souvent l'impression de lire un recueil de brèves philosophiques de comptoir où Pierre/l'auteur partage son savoir sur la vie, les psy, l'amour, la dépression, la fidélité, la mort, les relations, la religion, le bonheur, le bien et le mal, etc. Bref, le narrateur/auteur a un avis sur tout. Et d'un bout à l'autre, je suis restée dubitative devant ce melting-pot informe et décousu (mal fichu ?), entre ces allers-retours dans le passé, la crise existentielle de Pierre, ses élucubrations, les meurtres et les histoires d'amour. J'ai également trouvé le narrateur et le style trop bavards, dans une langue parfois à la limite du pompeux (voire pompante).

 

Quant au final, le narrateur nous offre un petit jeu de piste original (où il faut revenir en arrière dans sa lecture) afin de trouver la vérité. Mouais.

 

Pour moi, Maxime Chattam pèche par excès : excès d'originalité, excès de style, excès d'élucubrations en tout genre, et excès de personnages loufoques.

 

Si je voulais être cruelle, je dirais que j'ai eu l'impression de lire un délire intello-philosophico-mégalo-chiant. Mais comme je suis gentille (et que je continue d'aimer Chattam), je dirais qu'il y avait tout simplement  incompatiblité d'humour.

 

 

En bref, une rencontre tout à fait ratée.

 

 

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : "génial, jouissif, excellent, un orgasme littéraire" pour Lord Arsenik ICI, une magnifique expérience de lecture pour Yvan ICI, Stéphanie-Plaisir-de-Lire pas vraiment convaincue ICI, et Kassie a adoré ICI.

 

Partager cet article

13 juin 2016 1 13 /06 /juin /2016 15:11

 

 

 

Résumé : Imaginez un monde où personne ne s’éteint. Imaginez un service de soins palliatifs où personne ne succombe. Imaginez un univers où la mort en a ras la faux et fait un burn out. Emm n’en peut plus. Un matin, elle s’arrête et s’assoit. Ses bras sont de plomb, elle pèse une tonne, elle est incapable de se lever. En se laissant aller à son spleen, elle rencontre Suzie, une jeune femme dont la gentillesse va l’émouvoir. Commence alors un périple extraordinaire au cours duquel Emm va découvrir la richesse de la nature humaine...

 

 

J'ai ouvert ce roman un peu par hasard et avant que je ne m'en rende compte, je n'en avais fait qu'une seule bouchée.

 

Dès la toute première page, l'épigraphe donne le ton :

 

"Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! levons l'ancre !"

                                                                   Charles Baudelaire

"On dit "vieille", "vieille" capitaine, connard..."

                                                 Emm

 

Et le reste du roman est sur le même ton : c'est frais, drôle, plein d'humour et même parfois carrément loufoque-barré-burlesque (peut-être trop tiré par les cheveux pour certains mais pas pour moi).

 

100.000 humains à faucher quotidiennement, tout en devant écouter pleurnicher ces sacs à merde : la Mort n'en peut plus. La Mort fait un burn-out, elle cesse donc son activité et la Terre se met donc à tourner carré. Sa Faux, caustique et susceptible, devient hystérique devant l'apathie de sa maîtresse : menaces, insultes, diversions... mais rien à faire, la Mort a rendu son tablier. Et elle décide de voir le monde. Vêtue de son short et de ses tongues, elle se promène, plutôt grincheuse, parmi les (désormais im-)mortels, comme une cinglée, en jurant comme une charretière, en fredonnant la Chevauchée des Walkyries et en maniant sa faux comme Bruce Lee.

 

Emm est une héroïne qui m'a immédiatement séduite, et qui plus est, derrière la légereté et l'humour se cache également une réflexion sur la vie et la mort, ce qui en fait un roman original et attachant.

 

 

En bref, une lecture rayon de soleil.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : un roman grotesque pour Stéphanie-Plaisir-de-Lire ICI, un coup de coeur pour AllTimeReading ICI, un roman pas drôle du tout pour Eniaa ICI, LadyChoux a adoré ICI, et une histoire assez banale pour Maud ICI.

Partager cet article

6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 06:30

 

 

 

 

 

 

Un petit billet pour vous proposer un petit challenge qui n’en est pas vraiment un (puisqu'il suffit de rédiger son billet pour l'avoir réussi ! ) :

 

Le Challenge de la Cupe d'Europe des Livres

 

 

Il y a 2 ans, devant l'omniprésence du football à la télévision les jours précédents la Coupe du Monde, j'avais eu l'idée de créer le Challenge-le-plus-facile-à-réussir-du-Monde (ICI), et pour ma plus grande joie, vous aviez été une centaine de lecteurs à m'accompagner ! Quoi de plus logique que de relancer ce challenge à l'occasion de la Coupe d'Europe ?

 

 

 

Ce vendredi 10 juin, le fOOtball va envahir nos télévisions, nos maisons, nos radios, nos fils d’actualité, nos cafés, nos rues, et que sais-je encore, pour une durée d’1 mois. Et même si je jetterai un œil attentif aux matchs de nos Diables Rouges, c’est surtout la lecture qui va remplir ce début d’été en ce qui me concerne  Alors, j’ai décidé de construire ma propre équipe en vue du Mondial. Et je vous invite à vous joindre à moi si le cœur vous en dit !


 

 

Ils sont 11 joueurs par équipe alors ce « challenge-qui-n’en-est-pas-vraiment-un » consiste tout simplement à créer votre équipe parfaite de 11 livres pour ce mois de Coupe d'Europe :

 

  • Le gardien de but : THE roman que vous voulez à tout prix lire, celui qui n'a pas le droit de passer à travers les mailles du filet des profondeurs de votre PAL.
  • Les attaquants : les 4 romans de votre PAL que vous voulez ABSOLUMENT lire.
  • Les milieux de terrain : les 3 romans de votre PAL qu'il serait temps de sortir de là.
  • Les défenseurs : les 3 romans que vous n’avez pas encore dans votre PAL mais que vous voudriez vous offrir -sans attendre le Mercato- pour parfaire votre équipe.

 

  • Les réservistes : pour celles/ceux qui pensent que 11 ce ne sera pas assez (coucou Mylène ), voici encore 4 places sur le banc, pour porter votre équipe à 15.

 

Remarque : les livres, du monde entier (pas seulement d'Europe) peuvent intégrer votre équipe. Je sais que c'est la Coupe d'Europe, mais puisque le monde du foot importe/exporte/achète/naturalise à tour de bras, nous allons nous aussi garder toutes les frontières bien ouvertes

 

 

 

Mon équipe

Voici donc les 11 romans que je voudrais lire durant ce mois rythmé par la testostérone, les klaxons et les chants patriotiques.

 

 

Mon gardien de but

 

Mes 4 attaquants

     

 

 

Mes 3 milieux de terrain

   

 

Mes 3 défenseurs

       

 

 

Et mes 4 réservistes

 

 

 

 

 

Pour participer

 

  • Il vous suffit de dresser dans un BILLET la liste des 11 romans (ou 15) que vous souhaiteriez lire durant ce premier mois d’été (dans la formation 1-4-3-3) (zavez vu comme je maîtrise le vocabulaire footeux) et de l'accompagner d'un des 2 logos (celui qui vous plait le plus) (bah oui j'en ai fait 2 puis je n'arrivais pas à choisir) (ils sont à la fin du billet ^^). Et vous n’êtes même pas obligé(e) de réussir à les lire tous, puisque le seul et unique but est de partager nos envies du moment et de vous prévoir une petite PAL (Pile à Lire) pour l’été dans laquelle piocher (ou pas) !

 

 

 

  • Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez faire votre liste sur votre chaine BookTube, Facebook, Twitter (ça va être chaud en 130 caractères haha), Instagram, ou même simplement en commentaire de ce billet.

 

  • A la fin de la Coupe d'Europe, le 10 juillet, je compterai les goals que nous avons chacun(e) marqués. C'est-à-dire que sur les 11 occasions de but (les 11 romans de votre équipe) que nous avons chacune, je compterai combien d'occasions vous avez transformées en goals (en lecture effective).

 

 

 

Alors, si je ne me retrouve pas toute seule abandonnée (ohé ohé), venez-me mettre le lien de vos billets ci-dessous en commentaire, afin que je puisse aller vous lire et faire une liste de nos billets ici même.

 

Bons matchs à vos maris, pères, amis, frères, voisins, ou à vous-même !

 

Cajou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RECAP des sportives/sportifs de salon

Cliquez sur les "ICI" pour découvrir les 11 romans qu'elles/ils ont choisi d'aligner !

 

 

- Ferilou Read and Escape : son équipe ICI. A marqué 1 but.

- Systia (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 2 buts.

- Elizewyn (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 4 buts.

- Fanny Mes Pages Versicolores : son équipe ICI. A marqué 4 buts.

- Frankie : son équipe ICI. A marqué 5 buts.

- Nanounette : son équipe ICI. A marqué 5 buts.

- Christine (dans les commentaires) : son équipe ICI. A marqué 5 buts.

- Anisswolf (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 5 buts.

- Cajou : son équipe ICI. A marqué 6 buts.

- Book and teas (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 6 buts.

- Marguerite Lit : son équipe ICI. A marqué 7 buts.

- Lord Arsenik : son équipe ICI. A marqué 7 buts.

- Sandrine Promenades et Méditations : son équipe ICI. A marqué 7 buts.

- Virginie Miscellanées : son équipe ICI. A marqué 9 buts.

- Neelhann (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 11 buts !

- Sweet Meli (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 11 buts !

- Fred21 (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 11 buts !
- Fan2Polar (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué 12 buts !!

- Chani : son équipe ICI. A marqué 12 buts !!

 

- Sevylivres : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Les lectures de Martine : son équipe ICI. A marqué X buts.

- La Fée Lit : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Jérôme Dunebergealautre : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Noukette : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Layti Canari : son équipe en vidéo ICI. A marqué X buts.

- Maliciabooks : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Denis Bonheur de Lire : son équipe ICI. A marqué X buts.

- NovaBaby De la Plume au Clic : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Manika Keskonfe : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Format Famille : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Chardonette : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Seth (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Blandine Vivrelivre : son équipe ICI. A marqué X buts.

- L'Ourse bibliophile : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Cleophis : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Mylène (championne du monde en titre!) : son équipe  ICI. A marqué X buts.

- Les lectures du Professeur Dan : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Le coin lecture de Nath : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Abeille Mots et Maux d'Isa : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Avalon of Rose and Tea : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Zohra051 (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Rose-87 (sur Livraddict) : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Julie D (Lecteurs belges compulsifs) : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Granny Seb. (Lecteurs belges compulsifs) : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Genevieve Dur.: son équipe ICI. A marqué X buts.

- Sylvie Er. : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Tachas Marmelade de Livres : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Sophie Defr. : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Les passions de Flo : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Natacha Livres Libres 03 : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Virginie L.M. : son équipe ICI. A marqué X buts.

- EdytaLectures : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Mon évasion littéraire : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Nathalie Délivrer des Livres : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Shelunaita Chronicles : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Élise et Laëti lisent : son équipe ICI. A marqué X buts.
- The Cannibal Lecteur: son équipe ICI. A marqué X buts.

- Charabistouilles : son équipe ICI. A marqué X buts.
- FairyStelphique: son équipe ICI. A marqué X buts.

- Martine Ecriturbulente : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Simi : son équipe en vidéo ICI. A marqué X buts.
- Titine : son équipe ICI. A marqué X buts.

- A touch of Blue Marine : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Linelo Ocalypso : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Céline Spondy: son équipe ICI. A marqué X buts.
- Ariane Tant qu'il y aura des livres : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Emilivres : son équipe ICI. A marqué X buts.

- Le scrap de Stephanie : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Cupinours : son équipe ICI. A marqué X buts.
- Sarah Mes petites récrés : son équipe ICI. A marqué X buts.


- xxx : son équipe ICI. A marqué X buts.

- xxx : son équipe ICI. A marqué X buts.
- xxx : son équipe ICI. A marqué X buts.
- xxx : son équipe ICI. A marqué X buts.
- xxx : son équipe ICI. A marqué X buts.

 

 

 

Partager cet article

3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 18:56

 

 

 

 

RésuméTout commence par un coup de fil. Une voix métallique qui menace tour à tour le père Gildas, cloîtré dans son abbaye de Kerascouët, le maire d’une petite ville de Bretagne, effrayé au point de renoncer à un mandat de député, et un médecin du Perche, qui prend la fuite. Trois notables aux vies transparentes, qui avaient fait leurs études de médecine ensemble. Avec le chirurgien Alain Vénoret, revenu à Brest après de nombreuses années d’absence, ils formaient un joyeux quatuor : « la petite bande ». Pourquoi se sont-ils séparés brusquement ? Que leur a chuchoté cette mystérieuse voix pour les troubler à ce point ? Et pourquoi Alain a-t-il été épargné ?
 

 


Et bien allons-y tout de go, malgré un résumé alléchant et une couverture très attirante, Jean-François Coatmeur n'a pas du tout réussi à me convaincre.

 

Ce n'est pas très gentil à dire, mais rien n'a trouvé grâce à mes yeux dans ce roman , que j'ai lu sans aucun plaisir, que j'ai trouvé inintéressant et tout sauf palpitant (ça craint pour un thriller, non ?).

 

L'écriture m'a semblé maladroite dans sa gestion de l'explicite et de l'implicite puisqu'en gros, toutes les pièces du puzzle nous sont données dès les premiers chapitres et que le lecteur n'a plus aucun travail d'enquête à mener en tournant les pages étant donné qu'il sait déjà tout : le drame est exposé dans le prologue, l'héroïne apprend assez rapidement les faits, et on n'a même pas à essayer de se demander qui est ce mystérieux maître-chanteur à la voix métallique, puisqu'on devine aisément son identité. Quant au clou final du plan inventé par ce vengeur masqué, et bien on dirait qu'il ne surprend que lui-même

 

Ajoutons encore à cela beaucoup de facilités dans la pseudo-résolution du pseudo-mystère. Notamment grâce à un vieux cousin étonnamment très bavard (et justement au courant de tout ce qu'il faut) et à ses confessions spontanées aussi providentielles que peu crédibles , à un gibier qui traverse la route au moment opportun, ou encore à une bonne et un voisin curieux tout aussi étonnamment bavards face à un inconnu

 

Pour terminer, une dernière incohérence : comment une personne sur son lit de mort le 21 mars 2011 peut-elle avoir ajouté à une mystérieuse enveloppe secrète une coupure de presse datant du 22 mars et un communiqué datant de 2012 (p. 53)

 

 

En bref, pour ma part, un roman sans aucun intérêt 

 

 

Ma note : 1 b pn1 b pn

 

 

D'autres avis : "un des meilleurs livres que j'aie jamais lu" pour Roman-sur-Canapé ICI, pour Le Télégramme ICI, "impossible de refermer ce roman", "un grand moment de plaisir" pour Action-Suspense ICI, et A-propos-de-livres est mitigée ICI.

Partager cet article

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Plume de Cajou on Facebook

Ce que Cajou lit...

 

Challenge GoodReads

2016 Reading Challenge

2016 Reading Challenge
Cajou has read 1 book toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs