25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:44

 

 

 

 

Résumé : C'est l'histoire d'une fille livrée à la fureur destructrice d'une mère infantile et sadique. La fille se défend comme elle peut contre cette femme instable, mais aussi contre le monde extérieur : les adultes qui la jugent, ses camarades de classe qui l'évitent. Elle tourmente son petit frère, vole dans les magasins, partout elle se distingue par son comportement asocial. Jamais elle ne demande d'aide. A qui, d'ailleurs, pourrait-elle s'adresser ? Elle est seule et doit se construire seule. C'est la trajectoire bouleversante d'une fille mal aimée qui, malgré tout, possède une force et un appétit de vivre qui lui permettent d'avancer.


 

"La fille sans nom" est une des dernières parutions des Presses de la Cité : le résumé laissait présager de la noirceur et une lecture riche en émotions... ce qui fut sans conteste le cas.

 

Malgré l'histoire dramatique de cette jeune fille mal aimée (voire pas aimée du tout) et maltraitée, j'ai trouvé ce roman très sobre, tant dans les évéments choisis de la (triste) vie de l'héroïne que dans la plume de l'auteur, et ça m'a beaucoup plu.

 

Du côté des personnages, Dieu que j'ai haï cette mère. Irritable et irritante. Méprisante et méprisable. Et Dieu que ça m'a énervée de voir que malgré toutes les bassesses, les brimades, les vexations quotidiennes, les coups, les moqueries cruelles, les sévices, les insultes, et surtout les mots (on prend conscience que la violence verbale fait bien davantage de dégats que celle des coups), sa fille ne pouvait s'empêcher de revenir vers elle. Les liens du sang, certainement. Et même si ça m'a dérangée, humainement parlant, c'est bien ce qui fait toute l'intelligence de cette histoire : tout n'est pas blanc ni noir. La mère n'est pas que démon (quoique...) et la jeune fille n'est pas qu'innocence. Loin de là. Et c'est de nouveau un aspect de ce roman qui m'a séduite.

 

La fin m'a laissée un peu ... orpheline et désemparée... ne pas savoir ce qu'il advenait de cette fille sans nom, mais surtout de son petit frère ou d'Elvis... rien de très bon certainement mais en refermant le livre, j'ai eu l'impression que l'auteur me forçait à les abandonner à leur sort. Dur dur pour mon petit coeur.

 

En bref, un roman sombre, un roman émotionnellement pesant, mais surtout un premier roman que j'ai trouvé vraiment réussi.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : Nessa a été totalement séduite ICI, et Clédesol a adoré ICI. Par contre Stephanie a été déçue et n'a pas réussi à être touchée ICI ; et chez Même les Sorcières Lisent, on a trouvé l'écriture froide et on s'est ennuyé ICI.

 

24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:28

 

Comme souvent, je me dis que suivre de près l'actualité livresque n'est pas du tout bon pour la santé de ma gargantuesque PAL et comme toujours, je sais que je vais craquer pour nombreuses de ces sorties. Et je suis gentille avec vous, je ne mets qu'un seul titre par maison d'édition pour limiter les tentations.

 

 

 

Chez Mirobole Éditions, il y a "Gretel and the dark" d'Eliza Granville, qui sortira le 05 mars 2015, qui a l'air sombre et mystérieux à souhait, et qui a de très beaux billets sur la blogosphère anglophone. Vous pouvez lire les premières pages (qui me plaisent vraiment beaucoup) ici : clic.

 

 

Résumé : Voici la sombre et fascinante histoire de deux mondes parallèles. Vienne, à la fin du XIXe siècle. Josef Breuer – célèbre psychanalyste – est sur le point d’être confronté au cas le plus énigmatique de sa carrière. Trouvée près d’un asile d'aliénés, maigre, la tête rasée, la jeune fille prétend n’avoir pas de nom, pas de sentiments – d’être, en fait, une machine revenue pour tuer le Monstre. Intrigué, Breuer est déterminé à comprendre les racines de ses maux. Quelque part en Allemagne, bien des années plus tard. Krysta est une petite fille dont la mère a mis fin à ses jours et qui tyrannise ses gouvernantes et son père, médecin dans un étrange dispensaire... Plongée dans le souvenir des contes de fées que lui racontait sa nounou d’antan, elle lutte pour trouver sa place quand, un matin, on découvre son père mort étranglé dans son lit. Désormais, la petite fille est véritablement seule au monde, sans rien ni personne pour la protéger.

 

_______________________________________

 

 

Aux Éditions Kero, le 09 avril 2015, on trouvera "Parfaite", de Caroline Kepnes, un thriller dont le résumé est alléchant. "Un page turner, aussi intelligent que glaçant" (Elle UK) : miam miam !

 

 

 

Résumé : Est-ce de l’amour ? De l’obsession ? Glissez-vous dans la peau d’un psychopathe pour qui la différence entre les deux est si infime… Lorsque Beck pousse la porte de sa librairie, Joe est immédiatement sous le charme. Ravissante, effrontée, sexy, elle est tout simplement tout ce qu’il cherche chez une femme. Et quand Joe aime, c’est d’un amour total, inconditionnel. Obsessionnel. Dangereux ? Il commence par infiltrer la vie de Beck par tous les moyens. Il se procure accès à ses mails, la suit virtuellement sur les réseaux sociaux et physiquement dans les rues de New York. Comme il sait tout d’elle, il devance ses moindres désirs. Il est sensible, romantique, toujours au bon moment au bon endroit. Mais si Beck ignore l’ampleur de l’obsession de son nouveau petit ami, Joe ne connaît pas non plus toutes les facettes de sa proie…
 

 

_______________________________________

 

 

Chez Belfond, c'est le 07 mai 2015 que sortira le tout nouveau Barbara Abel, "L'innocence des bourreaux". Un huis-clos au pitch est ultra prometteur !

 

 

 

 

Résumé : Dans une supérette de quartier, quelques clients font leurs courses, un jour comme tant d'autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé son petit garçon de 3 ans seul à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes, le temps d'acheter des couches pour la nuit. Parmi eux un couple adultère. Parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s'il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent. Des gens normaux, dans histoires, ou presque. Et puis un junkie, qui à cause du manque pousse la porte du magasin, armé et cagoulé. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s'inversent, la vie de ces hommes et femmes ordinaires bascule dans l'horreur. Dès lors, entre victimes et bourreaux, le frontière est mince. Si mince...

 

 

_______________________________________

 

 

Chez Fleuve Éditions, "L'histoire épatante de M. Fikry" sortira ce 09 avril 2015 et le résumé enchantera tous les amoureux des livres...

 

 

Résumé (source : Babelio) : L’enseigne décolorée de la Libraire de L’île, abritée sous le proche d’un cottage victorien, annonce cette devise "Aucun homme n’est une île ; Chaque livre est un univers". A. J. Fikry, son irascible propriétaire, ne le sait pas encore, mais il est sur le point de découvrir ce que cela signifie réellement. La vie de A. J. Fikry n’est pas exactement ce qu’il en espérait ou attendait. Sa femme est morte, sa librairie connait une chute de ses ventes comme jamais elle n’en avait connue, et de plus sa pièce la plus rare et la plus onéreuse, une collection rare de poèmes d’Edgar Poe, a été volée. C’est dans cet état d’esprit, qu’il reçoit un mystérieux colis à la librairie. Un petit colis, mais qui pèse très lourd. Cet envoi inattendu va donner à A. J. Fikry l’opportunité de reconsidérer d’un oeil nouveau ce qu’était sa vie jusqu’alors. Au fur et à mesure que nous progressons dans ce roman, nous allons de surprise en surprise, l'histoire raconte de façon extraordinaire la transformation d’un être qui obtient, et la saisit, une deuxième chance de la vie ; ce récit nous fait comprendre de façon irrésistible pourquoi nous aimons lire et aussi pourquoi nous aimons tout court.

 

 

_______________________________________

 

 

Aux Presses de la Cité, du western dans un roman contemporain. Je ne peux pas résister. "La Promesse de l'Ouest", ce sera pour le 19 mars 2015.

 

 

Résumé : 1837. Tom Walker est un jeune garçon de douze ans qui traverse la Pennsylvanie avec son père, commis voyageur et représentant en armes à feu. Au cours d’un de leurs périples, ils croisent un groupe de bandits mené par un certain Thomas Heywood, qui menace de les dévaliser. Au cours d’une altercation, le père de Tom est tué. Rescapé, mais seul, le jeune garçon rencontre alors en chemin Henry Stands, un cowboy taciturne avec lequel il continuera sa route.

 

 

_______________________________________

 

 

 

Chez Sonatine, ce premier thriller d'Elizabeth Little, "Les Réponses" est vraiment une des sorties 2015 que j'attends le plus (je vous en avais d'ailleurs déjà parlé). J'espère du coup ne pas être déçue. Rendez-vous le 12 mars 2015.
 

 

 

Résumé : Après un procès qui a passionné l'Amérique, la jeune Janie Jenkins est reconnue coupable de l'assassinat de sa mère, la très fortunée et très mystérieuse Marion Dressner. Dix ans plus tard, le procès est révisé en appel, la libération de Janie scandalise le pays, convaincu de la culpabilité de la riche héritière. Janie est-elle coupable ou innocente ? Elle-même n'en a pas la moindre idée. Trop ivre la nuit du meurtre, elle n'a plus aucun souvenir de ses faits et gestes. Ne lui reste en mémoire que les deux derniers mots prononcés par sa mère, deux mots mystérieux qui vont la conduire à aller chercher les réponses à toutes les questions qu'elle se pose dans une petite ville du Middle West. Rares sont les auteurs de thrillers qui dès les premières pages capturent à ce point l'attention du lecteur pour ne plus la lâcher...

 

 

_______________________________________

 

 

 

Chez Lumen Éditions, on nous gâte avec des histoires de genres très variés, aux couvertures soignées et aux pitchs alléchants. J'ai déjà succombé au roman Steampunk "Le secret de l'inventeur". Mais j'attends également impatiemment les sorties de la suite (et fin!) de "In The After", intitulée "In the End", qui sortira le 02 avril 2015, ainsi que de "The Book of Ivy" qui sortira le 05 mars 2015 et qui est un coup de coeur éditorial chez Lumen.

 

 

Le Secret de l'inventeur : Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique… Dans ce 19e siècle alternatif, Charlotte, 16 ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New York. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace…  Rébellion est le premier tome du Secret de l’inventeur, la nouvelle trilogie steampunk d’Andrea Cremer.

 

The book of Ivy : Voilà 50 ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes s’est choisi un président. Mais des 2 familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. J’ai 16 ans cette année, et mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche… Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

 

 

_______________________________________

 

 

Chez Bragelonne, "Les Pirates de l'Escroc-griffe", de Jean-Sébastien Guillermou, que nous pourrons découvrir le 18 mars 2015.

 

 

Résumé : Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu'aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites...

 

 

_______________________________________

 

 

Chez 10/18 sort en poche "Dieu me déteste", un roman que j'avais adoré (mon billet ICI). C'est l'occasion de découvrir le délicieux King Richard ! Il faudra juste patienter jusqu'au 07 mai 2015.

 

 

Résumé : New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux… La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.

 

 

_______________________________________

 

 

Et enfin, chez Pocket et au Livre de Poche, plusieurs romans nous sont/seront désormais accessibles à petit prix.

 

 

           

      05 février                  12 février                   19 février                    05 mars                   

 

         

             05 mars                    12 mars                         12 mars                      02 avril

 

 

 

 

      

 04 février                 04 février                 25 février                  04 mars

 

            

11 mars                   18 mars                    01 avril                       08 avril

 

 

 

Alors, y a-t-il des titres qui vous font envie ?

 

A bientôt,

Cajou

 

22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 08:00

 

 

Hello Hello

 

Quelques jolies arrivées dans ma PAL ces 2 dernières semaines : je vous montre tout cela en images

 

 

 

 

- "Le Secret de l'inventeur" : un roman Steampunk, et une couverture enchanteresse , je n'ai pas pu résister.

- "Deux gouttes d'eau", de Jacques Expert : déjà lu, un roman où tout ne m'a pas convaincue mais sur un thème passionnant, mon billet ICI.

- "Appelez la sage-femme" : il vient de sortir au Livre de Poche et c'est ma lecture en cours.

- "Les Temps Sauvages" : une de mes lectures prioritaires à venir mais je commencerai d'abord par le premier tome, "Yeruldelgger" pour ensuite enchainer sur celui-ci.

- "Secret assumé" : le troisème (et dernier je crois) opus de la saga érotique SECRET dont j'avais beaucoup aimé le premier tome.

- "La faiseuse d'anges" : un cadeau de Monsieur Cajou

- "22/11/63", un Stephen King que m'a maman m'a offert

 

 

Et vous, quoi de neuf dans vos bibliothèques  ?

 

Beau dimanche et bonne rentrée à mes collègues !

 

Cajou

20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 11:29

 

 

 

 

Résumé : Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache. Elle s’appelle Élodie et son ami, Antoine Deloye, est identifié sur l’enregistrement d’une caméra de vidéosurveillance de la ville, sortant de chez elle, l’arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s’obstine à nier malgré les évidences. Il accuse son frère jumeau, Franck, d’avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d’eau… Le divisionnaire de la PJ en charge de l’enquête, Robert Laforge, un homme réputé pour sa compétence mais aussi son intransigeance et ses éclats incontrôlés, va devoir tirer au clair avec son équipe ce véritable casse-tête. Lequel des deux jumeaux ment, lequel est le bourreau, lequel la victime ?

 

 

Un nouveau roman chez Sonatine, un auteur français, une machination... je n'ai pas pu résister. Et ce qu'on peut constater, c'est qu'on saute à pieds joints dans ce polar, au coeur d'une scène de crime sanglante et particulièrement sordide.

 

L'enquête semble immédiatement pliée puisque le coupable est filmé par une caméra sortant du lieu du crime avec une hache. Sauf que. Il s'avère que ce présumé coupable a un frère jumeau, avec le même ADN, et qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau. Les enquêteurs, complètement perdus entre ces deux clones, vont alors échaufauder plusieurs scénarios plausibles... tout comme le lecteur qui ne peut s'empêcher de tourner les pages toujours plus vite et qui voit ses certitudes sans cesse mises à mal : vengeance ? jalousie ? complicité ? complot ? haine ? soumission ?

 

Pourtant, j'ai trouvé la trame un peu répétitive, avec ces interrogatoires en série, ou encore les travers des enquêteurs/des suspects plusieurs fois évoqués. Heureusement, Jacques Expert ne se concentre pas uniquement sur les flics et le meurtre, mais il nous permet de découvrir au fil des pages le passé de ces jumeaux, en remontant jusque leur conception. Et je dois vous dire que c'est sans aucun doute cette partie la plus stressante tant ce que l'on apprend sur eux, dès leur petite enfance, est flippant. De quoi faire passer l'envie de maternité à n'importe quel parent !

 

J'ai également été quelque peu désarçonnée par les protagonistes de cette histoire, que j'ai tous, sans exception, trouvés détestables : le coupable, l'enquêteur principal Laforge, son second, mais aussi les parents des jumeaux... un pari risqué de l'auteur.

 

Quant à la fin, ... elle est à la fois plausible et peu crédible, et je ne sais toujours pas qu'en penser... En tout cas, elle ne m'a pas rassasiée.

 

En bref, un roman qui m'a entièrement tenue en haleine d'un bout à l'autre mais dont certains aspects ne m'ont pas tout à fait convaincue.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis 100 % convaincus : Lisalor lui met 20/20 (ici), Stephanie a adoré et attribue 5/5 à ce polar (ici), Dupinette a beaucoup aimé (ici) et Léa a trouvé que c'était un excellent thriller (ici).

 

 

 

13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 17:53

 

 

 

 

Je n'avais pas lu les livres mais j'ai eu très envie de voir le film tant je trouvais la bande-annonce sensuelle et belle. Je suis donc allée au cinéma avec Monsieur Cajou. Et nous en ressortons tous les deux plutôt dubitatifs.

 

En effet, il y a 2-3 scènes très sensuelles, et très belles visuellement. Aussi belles que Dakota Johnson que j'ai trouvée sublime.

 

Et étonnement, avec tout ce que j'avais entendu sur le livre et le côté horripilant de l'héroïne, j'en ai pensé tout le contraire. J'ai trouvé cette Ana irrésistible : rafraichissante, drôle, délicieusement innocente et touchante de naïveté



Pour le reste, tout ce que je peux dire c'est que je ne comprends pas cette histoire. Mr Grey est sexy. Oui. Mais c'est surtout un type... bizarre. Mais genre vraiment bizarre. Et je ne veux même pas parler de ce contrat. Proposé à une vierge qu'il connait depuis une semaine. Lol. Puis on sent venir à 20000 km le "J'ai été battu quand j'étais enfant et frapper est désormais la seule façon que j'ai de vivre l'amour et d'exprimer mes sentiments." (allez, dites-moi, celles qui l'ont lu, c'est ça qu'il va avouer à Ana dans les autres volets ?).

 

J'ai été plutôt mal à l'aise avec ce côté BDSM. Pour moi, le BDSM, c'est frapper/faire mal/fouetter/gifler/secouer/cravacher/attacher/retourner/mordre/griffer...

       

 

(pardon je m'emporte ) dans le partage avec son partenaire et dans l'unique but d'atteindre le plaisir à deux (ou à + ). Et ce n'est pas ça que j'ai trouvé dans le film. Surtout avec la scène des 6 coups de ceinture. Mettre la femme qu'on aime à 4 pattes et la faire chialer ... ça m'a fendu le coeur... j'ai pas compris. Quant à Monsieur Cajou, il m'a confié en sortant que ça lui avait presque été INSOUTENABLE tant cette scène était glauque et qu'il ne conçoit pas qu'on puisse ainsi avoir envie de faire pleurer/mal à la femme qu'on aime.

 

Par contre, tous les articles que je lis sur "ce film est une incitation à la violence conjugale" : n'importe quoi. Ce film est juste une romance érotico-BDSM qui plaira ou ne plaira pas (chacun ses gouts hein), mais il faut arrêter de faire de la philosophie de comptoir au sujet de ce film.

 

Je suis bien incapable de mettre une note à ce film tant j'ai changé d'avis mille fois lors de la projection, oscillant entre des scènes qui m'ont vraiment fait sourire et rire de bon coeur (Ana <3), de l'incompréhension ("A plus, Bébé" alors qu'il la connait depuis si peu ? Really ? Seriously ?), des scènes sensuelles, belles et émoustillantes, des looooongs passages creux et vides, des scènes trop mignonnes et craquantes ("Regardez-moi" "Mais je vous regarde"), des yeux levés au ciel ("Si vous étiez à moi, vous auriez du mal à vous asseoir pendant 8 jours"), de l'ennui (des longueurs inutiles), de l'émotion devant la naissance du sentiment amoureux des 2 héros, et du malaise.

 

 

Par contre, pour Monsieur Cajou : y a rien à garder, il a trouvé le tout (très) mauvais, (très) creux, glauque et insupportable (je me rattrape demain en l'emmenant voir Interstellar, cette fois ).

 

 

Un dernier mot : les gars du CSA ou de je-ne-sais-qui qui décide du public des films, ça va pas la tête ou quoi ?? 12 ans ? Seriously ? WTF ? Ce film devrait être interdit aux moins de 16 ans. Sans aucun doute.

 

 

12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 11:58

 

 

 

 

Résumé : Dans une société traumatisée par la Seconde Guerre civile, la charte de la vie vient d'être signée. Elle stipule que l'on peut " fragmenter " un adolescent âgé de treize à dix-huit ans. La fragmentation consiste à " résilier " un enfant rétroactivement sans mettre fin à sa vie. Connor, Risa et Lev se retrouvent tous les trois sur la liste fatale. Leur seule échappatoire : fuir, se cacher, survivre alors qu'ils sont traqués par les Frags, la police des fragmentés...

 

 

Voici une dystopie young adult dont j'avais toujours entendu le plus grand bien et en refermant la dernière page, je comprends tout à fait pourquoi. Comme l'annonce la quatrième de couverture, Neal Shusterman nous offre en effet un thriller d'anticipation original et rythmé, doublé d'une réflexion intelligente sur le caractère sacré de la vie.

 

C'est une dystopie que je conseillerais les yeux fermés aux adolescents, mais également aux adultes friands du genre, car ses qualités sont nombreuses : une narration très rythmée grâce à l'alternance des points de vue des 3 héros (et d'autres), et un thème qui fait froid dans le dos et qui est surtout très bien traité.

 

La "fragmentation", pratique au coeur de l'intrigue, est née pour régler les oppositions (violentes) entre les "pro-avortement" et les "contre-avortement" : ils ont ainsi décidé que désormais il serait interdit d'avorter durant la grossesse, mais qu'on pourrait le faire rétroactivement, uniquement entre les 13 et 18 ans de ses enfants. Et cette fragmentation consiste à... découper votre enfant en autant de parties possibles qui seront distribuées à des banques d'organes. Quelle horreur ! Une pratique déjà monstrueuse uniquement quand elle est formulée ainsi, mais quand vous êtes en pleine lecture, et que vous voyez tant de parents signer la demande de fragmentation de leur enfant, sans sourciller, et pour des raisons... tellement injustes... ça vous glace le sang. De plus, pour compléter le tableau, l'auteur nous offre une scène de fragmentation qui ne pourra que vous laisser pantois. Ajoutez à cela 3 héros très attachants, et vous obtenez un livre que vous n'avez plus envie de poser.

 

En bref, une dystopie de qualité, vraiment réussie, et je suis déjà plongée dans le second tome !

 

Ma note : 4 b pn

 

 

9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 20:35

 

Hello Hello

 

C'est avec plaisir que je vous propose aujourd'hui un concours à l'occasion de la Saint-Valentin , afin de tenter de gagner 1 exemplaire dédicacé de ...

 

 

 

 

"Une page plus loin" est une romance écrite par Amparo Seith (Rebelles Éditions), et elle vous offre donc la chance de remporter un exemplaire dédicacé.

 

Le résumé : Quand tout s'écroule autour de Lissie, dont la vie vient d'être cruellement brisée, fuir à l'autre bout du monde pourrait être la meilleure solution. Entamer un périple au Venezuela en compagnie de sa meilleure amie s'impose à elle sans qu'elle puisse changer quoi que ce soit, mais la rencontre avec Hugo, son guide mystérieux, risque de tout faire basculer Parviendra-t-il à lui faire lâcher prise ? Une histoire entre romance et aventure.

 

 

Des billets positifs un peu partout : pour Cocomilady "un roman époustouflant, frais, drôle et émouvant, un vrai coup de coeur !" (ici), pour Karline "un bon moment de lecture pleine de couleur et de chaleur idéale en cette période morose" (ici), pour Lireunepassion, "une excellente découverte" (ici) ou encore Au Boudoir Écarlate "Une belle romance rafraîchissante et émouvante qui nous offre un merveilleux voyage au Venezuela rempli d'aventure, d'intenses réflexions et d'amour" (ici).

 

 

Pour participer

 

  • Répondez à cette question, en commentaire :

"Qu'évoque pour vous le Venezuela ?"

 

  • Ce n'est pas une condition de participation mais ce serait gentil de liker les pages Facebook d'Amparo Seith (ici) ainsi que celle de Rebelles Éditions (ici).

 

  • Concours ouvert du 09 février au 14 février 2015.

 

  • Participation ouverte à toute l'Europe.

 

  • J'annoncerai les résultats du tirage au sort sur la page Facebook du blog (ici) le 15 février au matin (comme ça si vous n'avez pas passé une belle soirée de Saint Valentin, vous serez consolé(e) avec une jolie romance !)



Résultat
 

Merci à toutes et tous pour vos participations et j'espère que vous aurez quand même envie d'acheter ce roman et de découvrir la plume d'Amparo Seith même si vous n'avez pas gagné !

Le tirage au sort a désigné  ....

 

Scarlett Julie

 

Bravo à toi. J'attends ton adresse en MP sur FB ou ici pour la faire parvenir à Amparo, et surtout, je me réjouis de lire ce que tu en auras pensé.

Encore merci à Rebelle Éditions et à Amparo Seith !
 

 

7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 15:22

 

 

 

Résumé : Après plusieurs années d’errance, d’addiction et l’échec de son couple, Cheryl Strayed prend une décision radicale : elle tourne le dos à son passé et, sans aucune expérience, se lance dans un périple en solitaire de 1700 kilomètres, à pied, avec pour seule compagnie le souvenir de sa mère disparue… Cheryl va affronter ses plus grandes peurs, approcher ses limites, frôler la folie et découvrir sa force.Une femme qui essaye de se reconstruire décide de faire une longue randonnée sur la côte ouest des Etats-Unis.

 

 

J’avais tant savouré et adoré  le voyage en compagnie de Cheryl à travers son roman (mon billet ICI) que j’étais impatiente de découvrir le film. Et il m’a fallu faire le voyage jusque la frontière française pour le voir, sans attendre sa sortie en Belgique le 04 mars 2015 (oui oui, j’étais vraiment impatiente ).

 

L’adaptation n'a rien de transcendant mais elle est plutôt réussie. Elle est accompagnée d’une sublime BO (Simon & Garfunkel ou Leonard Cohen, entre autres) qui s'entremêle magnifiquement bien à l'histoire. Quant à Reese Witherspoon, c'est un bon choix pour incarner l’héroïne : elle est tout à fait crédible, talentueuse et habitée par le rôle. Elle est d'ailleurs nommée aux Oscars pour son interprétation.

 

Mais, selon moi, cette adaptation cinématographique risque de perdre en cours de route quelques spectateurs. En effet, dans le film, on alterne le récit de la randonnée sur le PCT (Pacific Crest Trail) et les souvenirs de Cheryl de son enfance, du décès de sa maman, de sa relation avec son ex-mari Paul, ou encore de son addiction à la drogue (et au sexe). Et si dans le livre tous ces allers-retours passé/présent sont très fluides et très clairs, dans le film j’ai trouvé cela assez « brouillon » et « décousu », et à plusieurs reprises, je me suis demandée si les spectateurs (ceux qui n’auraient pas lu le roman) comprendraient vraiment tous ce que le réalisateur essaye de faire passer avec cette accumulation de flash-backs ?

 

Les magnifiques paysages et les émotions sont certes au rendez-vous, mais n’arrivent pas à la cheville du roman de Cheryl Strayed, qui parvient à nous faire visualiser et ressentir bien plus de choses, et avec bien plus de force, uniquement avec ses mots.

 

Néanmoins, je ne peux que vous conseiller ce film (et surtout ce roman) tant l'histoire est belle et vivifiante.

 

Ma note :

 

 

Par ICI, la fiche Allociné du film, sur laquelle, les critiques sont très variées, des plus négatives aux plus passionnées, tant dans la Presse que chez les spectateurs.

 

 

 

4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 13:48

 

 

 

 

Résumé : Convertie à l'islam, Mélanie rencontre sur Facebook le chef français d'une brigade islamiste. Très vite, il l'appelle nuit et jour, et la presse de venir faire son djihad en Syrie, lui faisant miroiter une vie paradisiaque... De « chat » Facebook en conversation Skype, Mélanie se prend au jeu et commence à préparer secrètement son départ. Des jeunes Européennes comme Mélanie, chaque semaine plus nombreuses à se laisser embrigader via Internet, l'auteur de ce livre en connaît des dizaines : c'est elle, Anna Erelle, qui se cache en réalité derrière le profil de « Mélanie ». Jeune reporter, elle travaille sur les réseaux de l'État islamique (EI) – dont la propagande numérique, le « djihad 2.0 », constitue l'une des armes les plus redoutables. Pendant un mois, Anna se glisse ainsi dans la peau de Mélanie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son « prétendant » – proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EI – livre le soir derrière un écran d'ordinateur à sa « future épouse ». Dans une impatience grandissante que celleci le rejoigne. Ce voyage est l'ultime étape, la plus dangereuse, de son reportage, et Anna l'a planifié dans les moindres détails. Elle part, comme prévu. Mais tout va déraper...

 

 

"Dans la peau d'une Djihadiste" est donc une enquête journalistique au coeur des filières de recrutement de l'État islamique. Ce qui m'a surtout donné envie de lire ce livre sur un sujet qui m'intéresse beaucoup, c'est qu'il a été vécu/écrit au printemps 2014, bien avant les attentats de Paris et la vague de reportages télé sur le sujet, et que le hasard du calendrier a voulu qu'il sorte chez Robert Laffont ce 08 janvier 2015, lendemain de ce désormais tristement et dramatiquement célèbre 07 janvier.

 

 

Cette enquête est vraiment très intéressante car l'auteur nous y parle de ces djihadistes français et belges très présents en Syrie et qui n'ont de cesse de faire de la propagande pour amener leurs compatriotes à les rejoindre à force de vidéos postées sur Youtube et de statuts Facebook (vidéos, profils Facebook et blogs que je suis régulièrement allée consulter sur le Net durant ma lecture). Mais on découvre également sa vie de journaliste, les questions déontologiques suscitées par cette enquête et les (lourdes) conséquences sur sa vie professionnelle et privée.

 

La première partie du roman est surtout consacrée à la rencontre de Bilel (selon ses propres dires, l'un des proches d'al-Baghdadi, le chef de Daesh) et Mélanie, se concentrant surtout sur leurs échanges via Skype/Facebook et sur la stupéfaction de cette dernière face à la personnalité et aux méthodes de recrutement du Djihadiste. Endoctrinement, lobotomie, mensonges, formatage, culpabilisation... des méthodes très similaires à celles des gourous et des sectes.

 

A travers Bilel, la journaliste nous offre un témoignage édifiant sur ces Moudjahidines de pacotille qui n'ont pas peur des contradictions, se comportent parfois comme des beaufs,  portent des Nike, ont des téléphones dernier cri, et rêvent de femmes "ouvertes et en lingerie sexy", tout en diabolisant le monde consumériste occidental. En outre, Anna Erelle aborde plusieurs aspects du phénomène : djihad "colonisateur", djihad "matrimonial", djihad "numérique" ou encore djihad "pétrolier", tout en nous rendant plus clairs ces termes si souvent entendus de charia, kouffar, hijra, haram, Sham, Daesh, fatwa, etc.

 

Le dernier tiers du livre est quant à lui hautement stressant et oppressant car les événements se précipitent, on découvre Bilel sous un jour (encore plus) effrayant et on ne peut s'empêcher de trembler pour Anna. Et surtout, on se dit que la journaliste a du être encore plus traumatisée que nous par les attentats de Charlie Hebdo, dont le point de départ étaient une fatwa contre Charb... fatwa dont elle-même est victime...

 

Un seul regret pour moi : l'écriture. J'ai notamment trouvé l'alternance entre récit/dialogue/pensée parfois maladroite. Certes, cela reste avant tout une enquête mais le style m'a tout de même parfois un peu chiffonnée.

 

En bref, un livre qui se lit d'une seule traite et que je vous conseille, si vous avez envie de comprendre comment ces jeunes femmes, et ces jeunes hommes également, succombent très facilement à cette propagande numérique.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

Sur BFMTV, on peut voir quelques scènes filmées des échanges entre Mélanie et Bilel, ICI.

Une interview de l'auteur par ICI.

Anna Erelle dans "Salut les Terriens" ICI.
La page Facebook de l'auteur
ICI.

 

Anna/Mélanie



Bilel

 

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:56

 

 

Hello Hello

 

Voici les derniers romans qui sont arrivés dans ma PAL

 

 

 

 

- J'ai déjà lu "Nos Faces cachées" qui pour ma plus grande surprise et mon plus grand bonheur, fut un coup de coeur  (mon billet ICI).

 

- Et je suis en train de lire "Dans la peau d'une Djihadiste", une enquête très intéressante  parue le 08 janvier chez Robert Laffont (enquête qui fut donc menée bien avant les attentats de Paris).

 

 

Je vous souhaite un beau dimanche,

 

Cajou

 

 

31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 08:00

 

 

 

Résumé : Un serial-killer sévit sur New York et il fait endurer un véritable calvaire à ses victimes avant de les mettre à mort. Sur la première scène de crime, la police retrouve une clé usb contenant un message qui leur est adressé. Les inspecteurs Brigde, Alves et Morgans se mettent alors à la recherche de celui qu'ils nomment " le cyclope " mais le tueur les observe...

 

 

[âmes sensibles, ne regardez pas les GIFs ci-dessous]

 

Pour commencer, sachez que quand vous découvrirez le psychopathe de Franck Parisot, vous finirez par vous dire que :

 

ceci

ou ceci

ou ceci

ou encore ceci ...

 

... sont des façons bien douces de mourir.

 

 

« Play » est donc un thriller qui contient plusieurs scènes ULTRA-VIOLENTES. Un roman qui m'a à plusieurs reprises mise dans un état (que j'ai apprécié ) très intense de malaise et d'écoeurement. J’ai d'ailleurs parfois du arrêter de lire et fermer les yeux pour stopper ces images insoutenables qui naissaient dans mon esprit. En effet, l’auteur ne se gêne pas (et il fait bien ! ) pour nous décrire tout dans le moindre détail afin qu’on n’en rate pas une seule miette. Fans de scènes bien dures, bien sanguinolentes, et bien gores, ce roman est pour vous ! Pince, aiguilles à tricoter (mes préférées je crois ), fil de pêche, scalpel, tisonnier, chaussures d’escalade, chat (si, si !), scie… il y en a pour tous les goûts.

 

Du côté des qualités, on notera le côté page-turner du roman qui, grâce à son alternance de points de vue, sait vous tenir en haleine. C’est bien mené et efficace. En outre, les flics sont vraiment réussis, et très attachants chacun à leur façon : Smarties pour son caractère bourru, Alves pour son côté amoureux, Bridge pour son jusqu’auboutisme ou encore Tsuki pour son caractère explosif.

 

Par contre, un défaut dérangeant pour moi : la fin. Pas le dénouement en tant que tel (que j’ai apprécié) mais plutôt le moment M, celui des révélations où l’on comprend les motivations du tueur. Mais WTF, quoi. Toute cette barbarie à cause de ça ? OK, la folie peut expliquer bien des obsessions, c'est vrai, mais là, c’était vraiment too much pour moi. Et donc le roman y a perdu en crédibilité à mes yeux. Dommage.

 

On notera aussi que moi-la-lectrice-toujours-si-naïve-en-matière-de-thriller, j’avais visé juste au cœur du roman en me disant « Je parie que c’est lui, ce n’est pas normal que l’auteur passe autant de temps sur un figurant » (et BINGO ! ).

 

 

En bref, tout ne m’a pas convaincue mais j’ai beaucoup aimé ce thriller qui m’a offert un moment de lecture palpitant.

 

 

Ma note :

 

 

D’autres avis : « un roman haletant » pour Chani (ici), le billet très enthousiaste et très juste de Joyeux Drille (ici), ou encore Paco « pour un premier roman, c’est de la bombe » (ici) et Motàmot « un premier roman excellent » (ici). Puis des déceptions chez Abutterflyofairytale, trop dérangée par l’ultra sadisme (ici) et chez Lara « pas mal mais rien de nouveau sous le soleil » (ici).

 

 

 

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:00

 

 

 

 

Hier, sur la page Facebook de Cécile Duquenne (l'auteur des Foulards Rouges), j'ai découvert une couverture, un titre, un résumé, un auteur et un univers qui m'ont terriblement et dramatiquement alléchée (terriblement et dramatiquement, oui, parce qu'une fois de plus, je vais devoir PA-TIEN-TER) (et je déteste ça ha ha).

 

Alors j'ai décidé de ne pas me morfondre toute seule dans mon attente jusque la date de sortie du premier tome, le 18 mars 2015 chez Bragelonne (en e-book et en papier), en y consacrant un petit billet qui vous tentera peut-être autant que moi.

 

Il s'agit d'une trilogie, écrite par Jean-Sébastien Guillermou, qui s'intitule "Les Pirates de l'Escroc-Griffe".

 

Résumé : Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu'aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites...

 

Et ci-dessous, un extrait du magazine "Neverland" n°23 :

 

 

 

Sur le blog consacré à la trilogie, vous trouverez une mine d'informations sur l'univers de cette histoire, et notamment sur cet équipage haut en couleur (ICI).

 

Je sens déjà le goût du sel sur ma bouche, le vent dans mes cheveux et l'odeur des vieux loups de mer ha ha ! Des aventures de pirates, ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu/lu/regardé. I Can't Wait !

 

 

 

 

Le petit grain de sel de Cajou

 

 

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre, j'attribue une "note de plaisir/déplaisir"



1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !!  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

 

http://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.png= Coup de coeur

Trouver Un Billet

Plume de Cajou on Facebook

Ce que Cajou lit...

 

 

Challenge GoodReads

2015 Reading Challenge

2015 Reading Challenge
Cajou has read 1 book toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs