23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 14:40

 

Hello Hello ^^

 

Je ne vais pas vous répéter ce que je pense de la catastrophe graphique made in Nathan pour la saga "Divergente" (mon billet ICI). Mais je viens partager avec vous mes hésitations : je voudrais m'acheter les 3 tomes en VO et plusieurs coffrets existent... Je n'arrive pas à me décider entre ces deux-ci...

 

 

 

Et vous, quelle box préférez-vous ?

 

           

 

21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 13:08

 

.

.

Résumé : Plongez avec Lara dans l’enfer de Bagne, planète-prison où le danger se cache partout, au cœur de chacun de ses sinistres habitants, et même derrière chaque goutte d’eau, chaque ressource naturelle de cette terre irradiée. À bord du Hubb, Lara reconduit vers la Hacienda ses nouveaux compagnons de route – Scar et Anthony – tandis que Renaud reste en arrière pour régler une dernière affaire... Mais il se pourrait bien que le véhicule et son très précieux chargement se dirigent en réalité tout droit dans un beau traquenard !

 

Fidèle au poste, je viens de lire ce nouvel opus de la première saison de la saga "Les Foulards Rouges".

 

De nouveau, Cécile Duquenne nous offre un épisode plutôt mouvementé et j'ai retrouvé avec plaisir les protagonistes du dernier épisode. Puis surtout, j'ai eu le bonheur de voir le retour de l'ami Will, le petit crâne bavard qui était devenu muet depuis (trop) longtemps. Et bien plus que son retour, c'est à la révélation sur sa vraie nature que nous avons eu droit dans ce quatrième épisode. Bon, ce n'est pas ce que j'avais espéré mais cela amène encore une dimension supplémentaire (et intéressante) aux liens qui unissent les uns et les autres !

 

De manière générale, bien que toujours complètement sous le charme de Bagne et de son univers, j'ai eu l'impression de lire un épisode charnière entre deux épisodes, un tome qui conclut le précédent et qui amorce le suivant, et donc je reste un peu sur ma faim (surtout que, sur ma liseuse, en tournant la dernière page, on atteignait péniblement les... 50 pages) car nos héros n'ont pas vraiment progressé. En outre, la fin se termine sur un cliffhanger.... quelle cruauté de l'auteure de nous laisser ainsi pendant 1 long mois en attendant la sortie de "Mastermind" ! Vite vite vite la suite !!

 

Ma note :

 

Je vous rappelle que le premier tome est diponible gratuitement ! Et par ICI mon billet sur les 2 premiers volets, et ICI mon billet sur l'épisode 3.

 

 

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 15:21

 

.

.

Résumé : Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse, la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle est désormais considérée comme l’une des voleuses les plus intrépides... Mais ses talents suffiront-ils à la sauver de la ténébreuse conspiration qui ronge inexorablement les entrailles de la cité de Davillon ? Découvrez Widdershins, l’aristocrate devenue voleuse, qui connaît mille façons de couper une bourse et autant de charmer ducs et barons dans les salons de la noblesse !

 

Avec ce nouveau titre, les Éditions Lumen nous offrent un récit d'aventures truffé d’action, et tout à fait dépaysant, dans un univers d’inspiration moyennageuse teinté de magie et de cultes religieux ancestraux, dans lequel on se plait à évoluer. Puis surtout, le point fort du roman : une très très belle brochette de personnages, où la part belle est faite aux femmes fortes, à l’image de l’héroïne. Ainsi, au cœur des ruelles de Davillon, vous croiserez un charmant major de la Garde, une brute sanguinaire rivée à son marteau, une aubergiste très attachante, une Capitaine de Guilde peu commode ou encore, et surtout, Ogun, ce dieu nain invisible (mais point muet !), compagnon fidèle de Widdershins, et mon chouchou incontestable !

 

.

La première scène (sanglante) de ce roman vous projette violement au cœur de la Cité de Davillon et vous n’en ressortez qu’une fois la dernière page tournée. Certes, l’intrigue met un peu (trop) de temps à se mettre en place mais une fois fait, le rythme s’accélère et l’auteur nous offre nombreux rebondissements et révélations, ainsi que de nombreuses scènes épiques de combats où dagues, rapières et espingoles sont monnaie courante.

 

L’auteur a en outre une façon très habile de nous faire vivre les aventures de la fougueuse héroïne dans le présent, et  puis, le temps d’un chapitre, de nous plonger dans son passé proche ou lointain. Ces allers-retours dans le passé nous permettent de comprendre comment l’aristocrate Adrienne est devenue la voleuse Widdershins, et comment la vie l’a endurcie à force d’épreuves (terribles).

 

En plus de l’action, le roman n’est pas dépourvu d’humour, notamment grâce à la personnalité de l’héroïne. Elle a un sacré esprit de répartie et j’ai beaucoup aimé sa façon de répondre aux hommes, tant aux bandits, à son ami dieu, qu’aux nobles, entre sarcasmes, espièglerie, ironie et causticité. Très savoureux !

 

Un très bon moment de lecture donc (et on en a pour son argent avec ses 420 pages !) et que dire d’autre sinon « Vivement la suite ! »

 

Ma note :

 

Par ici, l’avis tout aussi positif de Mylène

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 18:23

 

.

 

Résumé : Takanori Andô, graphiste spécialiste de l'analyse d'image, reçoit une vidéo amateur montrant un suicide à l'intérieur d'un appartement banal. Son client souhaite déterminer s'il s'agit d'un véritable suicide ou d'une mise en scène de génie. À chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l'image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu'au visage du suicidé : Seiji Kashiwada. Ce dernier est un serial killer condamné à la peine de mort pour le meurtre de quatre fillettes, douze ans plus tôt, et dont l'exécution a eu lieu peu de temps auparavant... Takanori se lance dans une enquête effrayante tandis que d'étranges phénomènes envahissent sa vie et celle de sa compagne.

Ce résumé avait attisé ma curiosité et c’est donc certaine de passer un très bon moment entre angoisse, suspense et terreur, que j’ai ouvert « Sadako » de Kôji Suzuki (Fleuve Editions), cet auteur considéré comme le « Stephen King japonais ». Malheureusement, cette rencontre n’a pas fonctionné, l’auteur m’a perdue en cours de route avec son histoire improbable, qui n’a pas réussi à me convaincre.

 

Le roman commence pourtant sur les chapeaux de roue, l’intérêt du lecteur est de suite happé par un prologue intrigant (et très réussi)  et par un premier chapitre tout aussi rondement mené (mention spéciale à ce petit garçon hautement inquiétant). J'ai d'ailleurs trouvé la première partie plutôt addictive, prenant plaisir à découvrir tous ces mystères et très curieuse de découvrir les réponses à toutes les questions suscitées par les divers événements présentés.

 

Mais dans la seconde partie, une fois que les réponses commencent à arriver, je suis allée de déconvenues en déconvenues. Selon moi, l’auteur a réuni dans son histoire de trop nombreux ingrédients : des blessures d’enfance, un tueur en série, des pans du passé qui refont surface, de l’analyse vidéo, des enfants assassinées selon un rituel, des résurrections, du voyage entre les dimensions de l’univers, une prise de position sur la peine de mort qui tombe comme un cheveu sur la soupe (avec la métaphore, des plus originales, de la pomme pourrie dans un panier) (lol), une bonne grosse dose de paranormal doublé d’un aspect scientifique qui m’a laissée pour le moins dubitative. Le tout en 360 pages.

 

Ainsi, si au début, le mystère, l’angoisse et l’ambiance malsaine m’ont séduite, c’est très vite retombé, notamment à cause des nombreuses manifestations paranormales qui m’ont semblées tirées par les cheveux et invraisemblables : un programme GPS « hanté » qui vous envoie là où il le désire, un virus qui se transmet par vidéo (ahum), une femme qui peut être fécondée rien qu’en regardant un film (ahum ahum) et donner naissance à une espèce de double d'âme errante (ahum ahum ahum), etc., etc., etc.

 

Mais surtout, dans toute la seconde moitié du roman, l’auteur reprend l’intrigue de son roman « Ring », nous en offre un résumé d’une douzaine de pages et en fait un des éléments centraux de cette nouvelle histoire, conférant à ce livre des pouvoirs similaires à ceux de la vidéo VHS qui était au cœur de « Ring ». J’ai trouvé ce procédé pour le moins curieux, non seulement parce qu’il spoile terriblement ce premier roman, ruinant ainsi toute envie de le lire (alors que je viens d’acheter la trilogie récemment parue chez Pocket. Merci bien donc !), mais également parce que j’ai trouvé ce choix assez narcissique, surtout quand l’auteur nous offre dans le détail les chiffres des ventes/impressions/ ré-impressions de son best-seller.

 

En outre, des passages sont répétés plusieurs fois dans le roman et je n’ai pas bien compris l’intérêt sauf celui de me faire froncer du sourcil (mais c’est peut-être une particularité de la littérature japonaise, car Haruki Murakami m’avait déjà bien fatiguée en usant du même procédé).

 

Le style est plutôt pauvre (un revenant qui dit « s’incruster » sur terre, on a vu mieux) et la narration n’est pas efficace : toutes les révélations nous sont racontées lors de conversations au lieu d’être devinées et/ou comprises grâce à des rebondissements.

 

Enfin, le dénouement m’a laissé complètement dubitative, ne comprenant pas bien (voire pas du tout) où l’auteur voulait en venir. Et c’est vraiment dommage parce que je m’étais vraiment attachée aux très beaux personnages de Takanori et Akané dans la première moitié du roman.

 

En bref, une belle déception. Mais peut-être que je ne suis juste pas faite pour la littérature japonaise, vu le fiasco qu’avait également été ma rencontre avec « 1Q84 ».

 

Ma note :

 

Par ICI, l’avis de Madoka, qui s'est régalée avec ce roman : « Un livre au suspense oppressant, [...] très bien écrit, avec une intrigue parfaitement ficelée jusqu’au final… étonnant ! A découvrir sans attendre pour une bonne dose de frissons ! »

8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 15:32

 

Congé de Pâques + enfants partis à la Mer = un petit ciné en tête à tête avec Monsieur Cajou en ce lundi soir et c’est évidemment sur « Divergent » que j’ai jeté mon dévolu. J’aurais voulu le voir en VO, mais il aurait fallu faire 80 km de plus alors ce fut la VF.

 

 

Alors alors alors ?

 

Du côté des bonnes surprises

 

  • Une adaptation que j’ai personnellement trouvée très fidèle du roman (j’en ai rarement vu de si fidèle en fait !)
  • Une utilisation intelligente de la voix OFF pour faire découvrir l’univers de façon astucieuse.
  • Un décor à la hauteur de ce que j’espérais : de très beaux plans sur Chicago dévastée par la guerre, une immense barrière digne de ce nom, et une Grande Roue telle que je l’imaginais.
  • Un casting bien choisi, autant pour les héros que pour les personnages secondaires. Quelques mentions spéciales : Quatre qui est incroyablement sexy (ggraaoouuhh) d’un bout à l’autre du film, et la chef des Erudits, incarnée par ma chouchou, Kate Winslet, qui est vilaine à souhait (c’était d’ailleurs un sentiment très bizarre que d’être ravie de voir son actrice fétiche se prendre un gros coup de poing dans sa face de méchante).
  • Une bande-son pleine de peps, qui donne du rythme et qui colle à merveille à l’univers.
  • Quelques scènes magnifiées par rapport au roman. Et ça, vraiment je ne m’y attendais pas. Mention toute spéciale à la scène du DeathRail que j’avais adorée dans le roman mais qui m’a juste époustouflée à l’écran. Une merveille ! Vraiment le moment fort du film, selon moi.

 

Du côté des petits bémols

 

  • Le film m’a parfois semblé un peu mou du genou. Mais en fait, je pense que c’est dû au fait que je me rappelais des moindres détails du scénario. Parce que Monsieur Cajou a vraiment trouvé le film très bon, lui qui n’a pas lu le roman.
  • Je ne suis pas tout à fait convaincue par le choix de Shailene Woodley pour incarner Tris… elle était bien, jouait bien et tout et tout… mais elle a quelque chose de trop « enfantin/potelée du visage » pour la Tris que j’ai imaginée à la lecture (par contre, elle sera juste parfaite pour Hazel Grace, dans « Nos étoiles contraires »).

 

En bref, je suis vraiment contente de cette adaptation ! Chapeau bas au réalisateur pour avoir autant respecté l’imagination de Veronica Roth.

 

Puis vu les excellents chiffres de ce premier volet aux USA, Lionsgate a annoncé qu’il y aurait bien un deuxième film (« Insurgent »). Le tournage commencera en mai 2014, et la sortie est prévue pour le 20 mars 2015. Le troisième volet est lui prévu pour mars 2016.

.


 

24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 21:10

 

.

Résumé : Peut-on trouver une épouse sur mesure ?
Le professeur de génétique Don Tillman, génie des sciences mais absolument inapte à vivre en société, en est persuadé. Pour mener à bien son « Projet Épouse », Don met au point un questionnaire extrêmement détaillé lui permettant d'éliminer toutes les candidates qui ne répondraient pas à ses exigences.
Et celles-ci sont nombreuses car pour Don, la femme idéale NE DOIT PAS :
1. Fumer et boire.
2. Être végétarienne et aimer la glace à l'abricot.
3. Se lever après 6 heures.
Mais elle DOIT :
1. Faire du sport.
2. Être ponctuelle.
3. Accepter le Système de Repas Normalisé qui prévoit du homard au dîner le mardi.

 

S'il y a bien une personne qui ne remplit aucun des critères établis, c'est Rosie Jarman, étudiante le jour et barmaid la nuit, dont la vie est aussi désordonnée que celle de Don est méthodiquement organisée...

 

 

Le printemps vient de s'offrir à nous et voici la lecture parfaite pour accompagner les premiers rayons de soleil ! Et, en guise de billet, voici un petit questionnaire que je vous invite à remplir (oui, Don a déteint sur moi ^^)

 

  • Vous avez envie d'un roman qui vous fasse parfois rire, beaucoup sourire, et de temps en temps éclater de rire ? Vous avez également envie d'émotions et de jolies scènes qui touchent votre corde sensible ?

 

  • Vous avez envie de rencontrer un héros hors du commun et maladroit (la maladresse sociale incarnée, en fait), un véritable inadapté social (un spécimen de collection, hein !), qui s'impose un nombre impressionnant de règles (316 minutes hebdomadaires de ménage, jamais de café après 15h48, du Homard tous les mardis, etc. etc. etc. etc.) et de principes qui règlent sa vie au millimètre (au nano-millimètre, en fait) afin d'affronter comme il le peut les interactions avec ses semblables et d'éviter (sans succès) de commettre des impairs ?

 

  • Vous avez envie de découvrir des situations embarrassantes, des quiproquos amusants, et parfois désopilants, causés notamment par l'incapacité du héros à comprendre l'humour, le second degré et encore moins l'ironie ?

 

  • Vous avez envie de lire des scènes d'anthologie comme une conférence complètement barrée sur les Asperger (Je ne suis toujours pas remise de mon fou rire suite au "Tuez le bébé"), une soirée cocktail mémorable, les anniversaire de la délicieuse Daphné, ou encore la position du cowboy inversé ?

 

  • Vous avez envie d'une comédie romantique originale, intelligente, pleine de fraîcheur, qui dépoussière les stéréotypes du genre ?

 

  • Vous voulez découvrir comment Rosie, la barmaid exaltée, va entrer comme une tornade dans la vie de Don, le généticien cérébral rempli de TOC, et mettre sa vie sans dessus dessous ? Vous aimez rencontrer des personnages secondaires variés qui enrichissent l'histoire, comme une vieille dame charmante, un sale con malhonnête, ou une danseuse avec un balai dans le cul ?

 

Vous avez obtenu une majorité de OUI ?

Alors, vous devez lire "Le Théorème du Homard" (NiL Éditions), un roman que j'ai trouvé vraiment réussi (malgré parfois quelques petites facilités dans  le scénario) et j'espère que, comme moi, vous passerez un très bon moment de lecture entre rires et émotions, aux côtés de Don, et ses petits airs de Sheldon Cooper (The Big Bang Theory)
.

 

Ma note :

 

 

J'ai lu ce roman avec mon petit groupe de lectrices communes préféré, le WhatsApp Muqueuses Club, et voici (à venir, jeudi) les avis de Cess, CaroBleueViolette, Blackwatch, Julia-copine-de-Cess, et Bérengère-copine-de-Cess.

 

Enfin, voici également les avis très très enthousiastes de Caroline du Boudoir Écarlate (un ovni littéraire, Je n’ai pas aimé chaque page, chaque mot de ce roman, non, je les ai adorés), Sylvie (coup de coeur!), Clédesol (19/20), Nina, et Martine (un livre hautement sympathique).

 

 

                       

 

 

19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 11:05

 

 

Comme vous le savez, j'ai été conquise par l'univers (heureux mélange d'Uchronie, Steampunk, Space Opera, Western, SF) développé par Cécile Duquenne dans les 2 premiers épisodes de sa saga "Les Foulards Rouges" (Lady Bang and the Jack & Six Feet Under) : mon billet ICI.

 

Vraiment, je ne peux que vous conseiller de vous lancer, de ne pas vous cacher derrière d'improbables "Ce n'est pas mon genre de lecture" et de découvrir cette saga dont le premier épisode est gratuit : vous ne risquez rien d'autre qu'un agréable dépaysement !

 

J'attendais donc avec impatience la sortie de l'épisode 3 "Paint It Black" et sitôt sorti en ce 19 mars à 00.01, sitôt acheté et sitôt lu, avec cette chanson dans les oreilles, bien évidemment  (incroyable comme ça colle à merveille à l'atmosphère étouffante et au rythme de cet épisode!) :

.

 

Résumé : Plongez avec Lara dans l’enfer de Bagne, planète-prison où le danger se cache partout, au cœur de chacun de ses sinistres habitants, et même derrière chaque goutte d’eau, chaque ressource naturelle de cette terre irradiée.

Une sombre menace pèse sur l’Hacienda, le bastion du Capitan – de retour de sa mission en tandem avec Lara, Renaud arrivera-t-il à temps pour la contrecarrer ? Car il se pourrait bien que les Foulards Rouges se trouvent pour la première fois confrontés à une véritable bande ennemie organisée, bien décidée à remettre en cause la Fédération et l’autorité du Capitan... Mais quel secret cachent ces mystérieux Foulards Noirs ?

 

 

Ce troisième épisode est rempli d'action, il y du danger, du sang qui coule à flot sur le sable du désert, une menace qui plane, une chaleur toujours aussi suffocante, et ça tire dans tous les sens ! En effet, les Foulards Noirs sortent de l'ombre et nous avons droit à un affrontement pour le moins.... mouvementé.

 

Même si j'ai tourné la dernière page avec des dizaines de questions en suspens, j'ai trouvé dans ce volet des aventures des Foulards Rouges des nouvelles informations sur de nombreux aspects : le passé de Lara sur Terre, avec Fraan (dont on continue de lire le journal) ; les Evorians, cette autre planète habitée de l'univers et le commerce avec eux (génial cette plateforme de télétransport, je suis fan!) ; et surtout, on en apprend pas mal sur Renaud, sur son passé, ses talents, ses motivations... et ça ne fait qu'amener encore plus d'intérêt à l'histoire. Quant à Lady Bang, elle reste fidèle à elle-même et je suis toujours aussi fan de sa personnalité.

 

Seul bémol ? C'est vraiment trop court ! (Appel à l'équipe Bragelonne : et si vous sortiez chaque mois 2 épisodes... le 4 et le 5 en avril et le 6 et le 7 en mai ?  ). Anyway, vivement le 16 avril pour retrouver Lady Bang et mon chouchou, Will (Cécile, il sera bien de retour, n'est-ce pas ? *yeuxdechienbattu*).

 

 

En bref, un 1er épisode qui plantait parfaitement le décor d'un univers original, un second plus intimiste, et un 3ème épisode riche en action. Cécile Duquenne sait comment ne pas laisser s'installer la lassitude !

 

Ma note :

 

 

    

    

    

  

 

16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 14:03

.

 

J’en avais parlé dans un précédent billet : une nouvelle maison d’édition Young Adult vient de voir le jour, Lumen Editions (leur page Facebook très active par ici). Et je vous parle aujourd’hui d’un des 2 premiers romans de leur catalogue : Dualed, d’Elsie Chapman.

 

Résumé : Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son 20ème anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Double, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a 30 petits jours pour affronter son autre moi. West Grayer est fin prête. Elle a 15 ans, et s’entraîne depuis des mois pour affronter son alter ego. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de faire des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient griper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir... son Double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.

.

 

Même si j'aurais voulu adorer ce roman qui me faisait tellement envie, c'est un avis mi-figue mi-raisin que je vais vous présenter...

 

La quatrième de couverture promettait un roman « Bourré de style, déchaîné et furieux.... L'équivalent en roman d'un film de Quentin Tarantino ». Et j'ai également lu il y a quelques jours sur Facebook un lecteur qui disait « "Dualed" est un livre intense porté par le style ravageur et brillant d'Elise Chapman, qui a une plume riche et soignée ».

Excusez du peu.

 

Alors là, je suis désolée, je veux bien qu'on aime/adore ce roman, qui est plutôt efficace, et qui devrait séduire pas mal d'ados, mais vraiment au sujet du style : je ne partage pas du tout ce point de vue. La plume n'a, selon moi, rien d'intense ni de ravageur, elle est juste... ok. Correcte syntaxiquement mais sans style, plutôt scolaire et très mécanique (d'ailleurs ce n'est pas un défaut puisque la plupart des YA sont écrits ainsi!), comme tout droit sortie d'un cours pour "Comment devenir un bon auteur de Young Adult". Je dirais même que j'ai trouvé ce style très froid et qu'il m'a certainement empêché de ressentir des émotions durant cette lecture (même si l'héroïne y est aussi pour beaucoup!). Quant à la comparaison avec Tarantino, euh. Non, vraiment on en est (très) (très très) loin.

 

Le thème du roman (les Alts, les inactifs, les activés et les accomplis, etc.) est plutôt original, intéressant et m’a plu dans l’ensemble. Cependant, j’ai trouvé (très) peu de cohérence aux explications des origines de ce fonctionnement (un vaccin universel contre la grippe qui cause une stérilité totale sur terre, le monde ravagé par les Guerres et une Communauté qui survit dans une ville fortifiée où ils mettent en place un système de jumeaux fécondés in vitro, dont un devra exterminer l'autre, dans le but de construire une armée en mesure de résister au reste du Monde... mouais mouais mouais), et même si on a l’habitude de trouver dans les dystopies des systèmes de pouvoir complètement liberticides, et violents, je n’y ai ici jamais vraiment cru tant j’ai trouvé cela exagéré et très peu cohérent.

 

En outre, j'ai trouvé pas mal de scènes trop artificielles, peu crédibles ou trop prévisibles. « Si je meurs, je veux que tu… » et hop évidemment il meurt. Ou encore les parents de l’Alt ennemie qui viennent (justement) discuter d’éléments cruciaux (justement) dans la pièce où se cache (justement) quelqu’un qui les espionne. Ou encore un instructeur qui sort de nulle part et qui vient subitement en aide à l'héroïne de façon tout à fait tirée par les cheveux, avec une proposition tout aussi peu crédible.

 

Et je vous fais grâce de mes réflexions sur l'héroïne que j'ai trouvée pénible, tout sauf attachante, et sur son manque de crédibilité risible : « Je deviens une Chasseusse, je tue des adolescents presque sans sourciller mais je me lance dans une pseudo réflexion sur le sens de l'éventuelle mort de mon propre Alt et je ne peux me résoudre à la tuer ». Huh ? Je ne l'ai jamais aimée ni comprise dans ses choix et décisions.

 

Cependant, même si moi je n'y ai pas trouvé mon compte, "Dualed" est loin d'être un roman raté et malgré tous ces bémols, j'ai tout de même apprécié certains moments, avec une préférence pour la seconde moitié. Du côté des atouts de ce roman : un rythme fort grâce aux aventures qui s’enchainent assez rapidement, et donc un roman qu'on ne pose que très rarement, un personnage secondaire attachant et bien construit (Chord), beaucoup d'action et une fin nette, sans cliffhanger artificiel alors qu’il y a pourtant un tome 2 de prévu, ("Divided") et qui promettra donc de réelles nouvelles aventures, sans faire trainer en longueur celles du premier opus ! Puis un petit mot également pour les innovations technologiques qui m'ont plu, comme la flexi-liseuse ou le lecteur MP3 implanté directement dans le tympan (dommage qu'ils étaient plus cités qu'utilisés).

 

Bref, c’est un Young Adult pas mal ficelé mais avec trop de défauts à mon goût et loin d’être incontournable, selon moi. Cependant, je pense que ce roman ravira tous les fans de la Collection R car on est vraiment dans une histoire de la même veine que leurs parutions.

 

Ma note : (11/20)

 

D'autres avis très enthousiastes chez Thibaut (Un livre intense), Léa (Ce livre est immanquable !) et Orbe (5/5). Puis l'avis totalement déçu de Galleane (1/5) et enfin celui de Grenouille (3/5) qui a un avis très similaire au mien.

 

15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 09:00

 

http://i1.ytimg.com/vi/0hOC21Z6wUI/maxresdefault.jpg

 

Il y a 15 jours, Nathan a publié sur sa page Facebook les couvertures d'une nouvelle réédition d'une de ses sagas. Je n'ai pu m'empêcher de grommeler dans mon coin et même de rédiger ce billet que j'ai programmé pour aujourd'hui, le 15 mars, pile 2 mois avant la sortie du 3ème tome. Entre-temps, j'ai d'ailleurs vu sur Facebook que j'étais loin d'être la seule à pestouiller dans mon coin, comme en atteste le statut du blog Lune et Plume, par ICI.

 

Il s'agit donc de la saga « Divergent(e) » qui est une série très chère à mon cœur mais depuis la sortie du tome 2 en France, je m’interroge sur les choix graphiques de Nathan qui, selon moi, offrent une bien piètre visibilité à leur saga. Et je ne parle pas du tout ici de couvertures belles/laides ou réussies/ratées, ce qui est tellement subjectif.

 

Non, je parle de l’esprit visuel d’une saga, d’une charte graphique qui aide à la reconnaitre entre toutes. Et vu le nombre de dystopie en YA, c’est sympa d’avoir une identité visuelle forte, non ?

 

Petit tour d’horizon de quelques autres sagas dystopiques YA (parmi tant d'autres) pour voir comment s’y prennent les éditeurs pour créer une unité, que l’on puisse reconnaitre au premier coup d’œil quand on arrive dans une librairie.

.

couvertures-dystopies.jpg

 

 

Mais chez Nathan, pour "Divergent(e)", on a choisi aute chose. La fantaisie. Le Patchwork. La diversité. Ou alors, chez Nathan, on a peut-être juste oublié de réfléchir AVANT de sortir cette saga.

 

Vous trouvez que j'exagère ? Que je suis vilaine ? Eh bien, regardez-moi ce beau gâchis en images.


     http://auto.img.v4.skyrock.net/1656/71661656/pics/3106333295_1_3_oIZWgWpu.jpg http://takeabook.files.wordpress.com/2012/11/divergente-2.jpg http://riwadanslalaine.r.i.pic.centerblog.net/o/55075a75.jpg      

 

 

Pourtant, voici la matière première dont disposait Nathan pour travailler sur son édition française : les 3 couvertures VO.

 

http://4.bp.blogspot.com/-PmvkKg09Bno/UY4mdrvFeRI/AAAAAAAAHto/s8XLNLbmBNM/s1600/Untitled-1.jpg

 

 

 

Chez Nathan, on a donc eu les 3 versions successives du Tome 1 (l'original en 2011) (la réédition en 2012 à l'occasion de la sortie du tome 2) (la réédition en 2014 à l'occasion de la sortie du film)

 

              http://auto.img.v4.skyrock.net/1656/71661656/pics/3106333295_1_3_oIZWgWpu.jpg http://media.melty.fr/article-1199992-ajust_930/le-tome-1-de-divergente-publie-en-2011.jpg http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092546604.jpg

 

Puis les 2 versions successives du Tome 2 (l'original en 2012) (la réédition en 2014 à l'occasion de la sortie du film)  (à mon avis, ils ont peur que les libraires ne puissent pas trouver le tome 2 quand tous les fans sortiront du cinéma et se rueront à la librairie pour connaitre la suite des aventures de Tris, et donc ils ont fait une version où c'est écrit dessus, ça doit être ça ^^)

 

                           http://takeabook.files.wordpress.com/2012/11/divergente-2.jpg http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/340/P3/9782092552995.jpg

 

Et enfin le tome 3, qui sortira donc le 15 mai 2014.

 

http://riwadanslalaine.r.i.pic.centerblog.net/o/55075a75.jpg

 

Bref, je dois manquer d'intelligence, de subtilité, de goût, d'esprit d'ouverture, ou d’informations pour comprendre, parce que pour moi, c’est juste un gros WTF. Parce que pour la plupart des fans de Tris & Four (dont je fais partie), qui ont acheté les romans et leurs suites à leur sortie, vous avez vu ci-dessus ce que ça donne dans leur biblio : magnifique, n'est-ce pas ?

 

Et j’insiste sur le fait que je ne parle pas du fait que je trouve ces couvertures belles ou laides, ce n’est vraiment pas le problème (chacun ses goûts et les miens de valent pas plus que ceux des autres) (d'ailleurs les toutes nouvelles versions des tomes 2 et 3 ont un côté graphique qui me plait), je parle uniquement du fait qu’il n’y ait plus d’unité graphique et que toutes ces rééditions différentes se côtoient sur les étals des librairies, bibliothèques, écoles, etc. Puis surtout, qu'après 6 éditions aux couvertures différentes, il soit toujours impossible à ce jour d'avoir 3 couvertures soeurs pour les 3 tomes.

 

Mais ça ne m’empêchera quand même pas de me ruer sur le tome 3 dès sa sortie, ce 15 mai 2014, évidemment !

 

Et vous qu'en pensez-vous ?

 

 

10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 17:45

 

Je me souviens du vent de panique et de grogne qui avait soufflé sur la blogosphère quand les premiers blogs de mon hébergeur (Over-Blog) ont été forcés de migrer vers la nouvelle plateforme

 

Certaines ont carrément quitté Overblog pour créer un nouveau blog tout vierge, ailleurs (WordPress, Blogger, Blogspot, etc.). D'autres ont retardé le plus possible le changement en faisant la morte tout au fond de l'arrière-plan de leur blog en se disant que peut-être on ne les verrait pas ainsi camouflées et qu'elles y échapperaient donc (comme moi). D'autres ont eu recours aux services (payants) d'un professionnel pour transférer tous leurs billets et commentaires sur une autre plateforme (j'y ai longtemps pensé et n'ai d'ailleurs pas tout à fait fermé la porte à l'idée d'un blog WordPress) et quelques minoritaires (vraiment minoritaires hein) se montraient même enthousiastes face à cette innovation d'Overblog (pas moi).

 

Et ce qui devait arriver arriva (oui la politique de l'autruche, ça fonctionne rarement).

 

J'ai reçu un e-mail il y a 4 jours

 

" Félicitations (NDLR : humf, félicitations, mouais), nous avons le plaisir de vous annoncer que la mise à jour de votre blog www.plumedecajou.com vers la dernière version d'OverBlog est disponible ! "

.

.

You. Hou.

Arf.

Stress.

Sueurs froides.

 

Ça y est. A mon tour de passer à la casserole

 

J'ai adopté la même stratégie que celle décrite ci-dessus : j'ai fait corps avec mon arrière-fond de blog en essayant de rester la plus discrète possible

 

Genre "J'ai rien vu, j'ai rien reçu ; non, non , M'sieur, je vous assure, je n'ai jamais reçu de mail (vous n'aviez qu'à l'envoyer par recommandé si vous vouliez être certain que je le reçoive)".

 

Mais ce midi, prise d'un élan inespéré d'audace, je me suis décidée à cliquer (en mode "Guerre Froide. Téléphone Rouge. Bouton de lancement de missile atomique") (punaise je vais avoir la visite de la CIA et du FBI avec des mots pareils dans un billet).

 

Même si rien n'était fait pour me rassurer (au contraire) "Attention, une fois que vous avez validé le changement, il sera irréversible". Ir-ré-ver-si-ble. Plutôt définitif comme terme. Carrément définitif même

 

Re-Arf.

Re-Stress.

Re-Sueurs froides.


Bref, j'ai cliqué.

 

Et tout ce blabla pour vous dire que, comme tous les changements, personne n'en veut mais au final, ce n'est pas plus mal. J'ai du bidouiller 1 heure pour arriver (presque) à mes fins : remettre mes widgets, réorganiser les catégories, etc. afin que ça soit "comme avant" (bon en fait, il reste une bande noire là tout là haut en première page du blog et ça c'est un mystère pour la NON-HTML-iste que je suis).

Mais après une heure de bidouillage, je trouve en fait que mon nouveau "bureau d'administration", il est mieux que "comme avant" : l'éditeur de billets me semble plus ergonomique, j'ai maintenant un widget avec les 10 derniers billets publiés sur le blog, je peux tagger mes billets et ainsi les classer dans PLUSIEURS catégories (Alleluiah!), et le tout est beaucoup plus moderne à l'oeil (et donc plus agréable).

 

Puis j'ai testé les couleurs, les tailles, les alignements, l'insertion d'images, les smileys, etc. : et tout semble rouler (enfin, on verra quand je vais cliquer sur "Publier" ).

 

Bon je suis encore un peu paumée (insérer/resizer/centrer la photo, j'ai dû le faire à la McGyver) mais plus terrorisée. Bref, c'était le billet-qui-ne-sert-à-rien, sauf à rassurer toutes celles qui sont encore planquées tout là-bas derrière leur arrière-fond : vraiment c'est plutôt indolore (bon, ok, j'avoue, ça pique un peu quand même. Mais pas comme la péridurale. Comme chez le dentiste plutôt). Puis c'est surtout plutôt réussi.

 

Bref (encore), merci Over-Blog pour les nouveautés.

 

Cajou

 

PS : si jamais je suis naïvement trop enthousiaste et qu'au final, à l'usage quotidien, je dois m'arracher les cheveux avec votre nouvelle plateforme (je sens par exemple que je vais galérer avec l'insertion d'images), dear Overblogmasters, je vous garantis que je vous offrirai d'autres billets beaucoup moins agréables  (ceci n'est pas une menace, mais une promesse niark niark).

 

Et enfin, HOP, une petite vidéo pour tester ça également, et aussi juste pour le plaisir...

.

.

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre, j'attribue une "note" mais pour éviter les chiffres, on va faire comme partout ailleurs : des symboles, et ici, ce seront des plumes...



1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !!  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

 

http://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.png= Coup de coeur

Trouver Un Billet

Plume de Cajou on Facebook

Ce que Cajou lit...

http://www.albin-michel.fr/images/couv/4/4/3/9782226254344g.jpg

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51%2BYBYr3qqL._.jpg

Challenge GoodReads

2014 Reading Challenge

2014 Reading Challenge
Christine has read 3 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs