22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 15:20

 

 

 

Résumé : « “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

 

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien.
Les sorties.
Les vacances.
Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie.
D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

 

Le résumé de ce roman de la rentrée littéraire 2014 (Stock) a tout de suite fait mouche : je voulais absolument le lire. Je suis donc allée hier dans ma librairie et sitôt rentrée, j'ai dévoré ces 142 pages.

 

Un roman autobiographique donc : Véronique Poulain nous confie des moments de sa vie, entre l'univers silencieux de ses parents sourds et le reste du monde qui vit dans l'abondance des mots et de la parole. Une suite d'anecdotes : moqueuses -mais toujours bienveillantes-, parfois étonnantes, parfois tristes ou cruelles, mais le plus souvent drôles (les mots massacrés comme "popossip" ou "ifonfrate"). Et souvent très intéressantes également car l'auteure nous raconte des réalités que l'on ne soupçonnait même pas, comme les surnoms pour tous, ou encore "les bénéfices secondaires", que je vous laisse découvrir par vous-même.

 

Toutes ces anecdotes illustrent les différents sentiments qui se bousculent chez Véronique de sa petite enfance à sa vie de femme : suivant les âges et les événements du quotidien, elle les regarde avec amour ou haine, rejet ou admiration, stupéfaction ou honte, colère ou émotion... mais finalement surtout avec une très grande fierté .

 

J'ai donc beaucoup apprécié ce roman écrit dans une langue très vive. Des phrases, des paragraphes et des chapitres très courts, certainement le reflet du bilinguisme de l'auteure : des tas de choses à raconter mais l'habitude du silence et de la communication sans fioritures. Et puis beaucoup d'humour aussi.

 

 

Vraiment, si le résumé vous parle, vous donne envie ou vous fait sourire, vous pouvez y aller les yeux fermés. 

 

Ma note :

 

D'autres avis : le très beau billet qui m'a donné envie de le lire, chez Séverine (clic), le coup de coeur de Scarlett (clic) ou encore celui de FlightofSwallow (clic).

 

 

2/6

 

19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 12:09

 

 

 

Ça fait plus d'un an que je n'ai pas participé au Top Ten Tuesday mais en lisant le Top du petit Bouchon des Bois (clic), j'ai eu envie de rédiger ce billet, qui pourrait être 10 fois plus long tant j'ai souvent été avisée de suivre les conseils lecture de mes amies, collègues, blogueuses et blogueurs. Car cette semaine, le thème est :

 

Les 10 livres préférés que vous n'auriez jamais lus

si on ne vous les avait pas recommandés/offerts

 

Voici donc 10 romans (mais vraiment j'aurais pu en mettre 20,30 ou 40, voire plus) sur lesquels je ne me serais certainement pas arrêtée en librairie, soit parce que je ne connaissais pas du tout l’auteur, parce que le titre ou la couverture ne me plaisait pas, voire même parce que le pitch ne me tentait pas du tout.

 

Et pourtant, en suivant chacun de ces conseils lecture, je suis tombée sur ces 10 romans, parmi ceux que j’ai préférés de toute ma carrière de lectrice (et je vous les conseille donc tous vivement)! Alors merci beaucoup à tous ces tentateurs.

 

 

 

La petite fille qui aimait la lumière, de Cyril Massarotto. Ce partenariat proposé un vendredi sur le forum de Livraddict n'avait pas trouvé assez d'amateurs alors je m'étais proposée un peu par hasard. Et je me suis retrouvée avec une magnifique histoire pleine d'émotions, que j'ai adorée (CLIC pour mon billet). Merci Jess, et toute la team Livraddict !

 

 

 

La maitresse de Rome, de Kate Quinn : c'est mon tout premier SP (Service de Presse). L'attachée de Presse m'avait contactée pour me dire tout le bien qu'elle pensait de ce roman qui devrait me plaire. Le pitch (la Rome antique) ne me tentait pas mais j'ai eu envie de lui faire confiance et je l'avais donc reçu 2 semaines avant sa sortie (Waouh je n'en revenais de recevoir un roman avant sa sortie!). Et bien m'en a pris puisque ce fut l'un des plus gros coups de coeur de mon blog que je dois à 100% aux conseils avisés de cette attachée de presse désormais la plus chère à mon coeur (CLIC pour mon billet). Merci Sophie !

 

 

 

Enola Game, de Christel Diehl. Je ne connaissais ni cette maison d'édition ni cette auteure mais le billet de Noukette (clic) m'avait touchée en plein coeur et il fallait que je le lise. Et ce fut une magnifique découverte (CLIC pour mon billet). J'attends d'ailleurs impatiemment que cette auteure nous offre un nouveau roman. Merci Noukette !

 

 

 

Silo, de Hugh Howey : de la SF avec des silos sous terre et de la nanotechnologie... mouais... un roman que j'aurais pu prendre en main en librairie mais que j'aurais certainement reposé. Et pourtant. Deux de mes blogs préférés en ont parlé avec enthousiasme (Charabistouilles et Stephanie-Plaisir-de-Lire) et je devais donc absolument le découvrir aussi ! Et Silo est certainement en passe de devenir ma saga SF préférée ever (CLIC pour mon billet). Je trépigne d'impatience de lire le tome 3 en octobre ! Merci Chacha et Stephanie !

 

 

 

Dieu me déteste, de Hollis Seamon. Je ne connaissais pas cette toute jeune maison d'édition, je trouvais le titre BEURK et la couverture tout aussi laide. Rien pour moi dans ce roman donc. Et pourtant, j'ai lu le billet de Jérôme Dunebergealautre (clic) et j'ai moi aussi eu envie d'être revigorée et d'avoir la gorge serrée par cette lecture. Et le plaisir de lecture fut au-delà de toute espérance (CLIC pour mon billet). Merci Jérôme Dunebergealautre !

 

 

 

Allumer le chat, de Barbara Constantine. Du temps où j'étais collègue avec La Fée Lit (clic), dans le même lycée, elle n'avait pas encore de blog. Et moi je ne lisais plus du tout depuis des années, dégoutée que j'étais de mes lectures de classiques imposées durant mon Master en littératures romanes. Mais elle m'a conseillé ce roman, en me disant que ça plairait à nos élèves. Et grand bien m'a pris de l'écouter car c'est un des rares romans drôles que j'ai aimé et qui m'a effectivement fait rire à voix haute en le lisant (CLIC pour mon billet). Merci La fée lit !

 

 

 

Un tout petit rien, de Camille Anseaume. Je l'ai vu dans un "In My Mailbox" chez Jostein (clic), je ne connaissais pas du tout cette maison d'édition et je suis allée lire le résumé sur le net et j'ai eu une envie irrépressible de le lire. Merveilleuse découverte avec la plume de cette jeune auteure et avec son humour et sa dérision (CLIC pour mon billet). Merci Jostein !

 

 

 

Twilight, de Stephenie Meyer. Voilà une saga que je n'avais pas du tout envie de lire. Mais alors pas du tout du tout. Durant l'été 2011, j'avais déjà + de 30 ans, et je me disais vraiment que ce n'était pas pour moi cette.... grosse daube commerciale digne d'ados prépubères. Et pourtant avec toute la passion qui dégoulinait des mots d'Angie quand elle me parlait de sa lecture, j'ai emmené les 4 tomes en vacances et je les ai dévorés en 7 jours. Waouh quelle lecture intense (CLIC pour mon billet).  Merci Angie !

 

 

 

L’invisible, de Robert Pobi. Un thriller dont le résumé ne me parlait pas vraiment, et un auteur inconnu au bataillon. Mais Lisalor (clic) et Myarosa (clic) semblaient avoir été retournées par cette lecture époustouflante. Alors j'ai cédé. Et j'ai adoré (CLIC pour mon billet). Merci Lisalor et Myarosa !

 

 

 

Le faire ou mourir, de Claire-Lise Marguier. Une couverture que je trouve... laide, un titre un peu racoleur, et un pitch qui ne me tente pas plus que cela. Et pourtant Stephie en dit tellement de bien dans son billet (ici). Alors je succombe, je me l'offre et je ressors 100 % charmée par cette histoire intense (CLIC pour mon billet). Merci Stephie !

 

 

Et vous, quels sont les romans qque vous avez découverts grâce aux conseils de quelqu'un et puis que vous avez adorés ? Et cela vous est -il déjà arrivé d'en découvrir un entre les lignes de ce blog ?

 

Belle journée à vous,

 

Cajou

16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 12:57

 

 

J'ai découvert hier un article de L'Express (ICI) que j'ai trouvé très intéressant et que je partage donc avec vous.

 

 

Forbes a publié son "Top 100 des célébrités les plus puissantes", comme chaque année, et voici les 12 premiers noms.

 

 

Toute la liste du top 100 par ICI.

 

Les critères pour calculer ce top sont nombreux, comme leurs revenus directs, ceux engrangés grâce à la publicité, leur impact dans l'industrie culturelle, mais aussi leur nombre de fans sur les réseaux sociaux, ou encore le nombre de mentions dans les médias, etc. 

 

Et j'ai été étonnée, et plutôt contente également, d'y trouver des écrivains. Certes, on retrouve des habitués de ces classements comme la multimillionnaire JK Rowling, cependant d'autres noms m'ont davantage surprise, surtout qu'ils arrivaient avant elle dans le classement.

 

 

 

Alors qui sont ces 6 écrivains les plus puissants ?

Réponse en images !

 

 

James Patterson - 37ème

   

 

Je ne connais pas bien cet auteur car je ne l'ai jamais lu. Cependant, dans l'article de L'Express, on apprend que cet auteur est loin d'écrire ses romans ou en tout cas loin de les écrire tout seul : il sort environ 14 romans par an (sic) grâce à ces "co-auteurs". Humf . Personnellement ça me fait passer toute envie de le lire.

 

 

 

 

Dan Brown - 78ème

 

Pas besoin de présenter le Monsieur... L'Express nous apprend qu'il a vendu 200 millions d'exemplaires d'Inferno dans le monde, que ça lui a rapporté 20 millions € et que ça devrait encore bien augmenter avec la sortie du film en 2015 !

 

 

 

 

John Green - 79ème

 

 

Je ne m'attendais pas à le trouver dans ce top ! L'Express nous explique qu'en plus de son million d'exemplaires vendus de "Nos Etoiles Contraires" et de l'adaptation au cinéma, John Green a 3 millions de Followers sur Twitter, et sur Youtube.

 

 

 

 

Stephen King - 82ème

 

Ses romans continuent de se vendre comme des petits pains, "Under The Dome" a été adapté en série... tout roule pour le King !

 

 

 

 

J.K. Rowling - 84ème

 

Tout roule pour Madame Rowling, elle continue majoritairement de profiter des retombée d'Harry Potter.

 

 

 

 

Veronica Roth - 95ème

 

Autre grosse surprise du top pour moi ! A peine 25 ans et déjà dans ce Top 100 de Forbes, waouh ! 7 millions d'exemplaires vendus de "Divergent", l'adaptation au cinéma et des centaines de milliers de Followers sur Twitter.

 

 

 

 

 

 

13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 08:00

 

 

La rentrée littéraire, c'est déjà dans une semaine !

 

Après le premier repérage fait début juillet (mon billet ICI), voici mon second billet consacré à cette rentrée littéraire 2014, dans laquelle je compte bien me plonger, notamment grâce à Sophie Hérisson et à son "Challenge 1 % rentrée littéraire" (c'est par ICI si vous voulez vous inscrire). Il s’agit pour réussir ce challenge de lire 1% des livres de cette rentrée littéraire, soit 6 livres, dès maintenant et  jusqu’au 31 juillet 2015 pour lire ces 6 livres.

 

Il y a 607 livres à paraître entre mi-août et mi-octobre 2014 pour cette nouvelle rentrée (555 l’année dernière). 404 romans français, dont 75 premiers romans, et 203 romans étrangers seront édités.

 

Voici donc en images et en résumés les romans que j'ai envie de découvrir, en sachant que j'ai essayé de me cantonner à 1 titre par Maison d'édition afin de varier les plaisirs. Ils sont déjà 15 romans dans ma liste et je vise donc les 2 % de cette rentrée (peut-être 3 %, nous verrons). Sachez aussi que le challenge de Sophie Hérisson permet d'intégrer tous les romans qui paraîtront entre le 20 août et la mi-octobre, donc j'ai également ajouté 3 "intrus" qui ne sont pas à proprement parler des "rentrées littéraires" (Angor, Orange is the new black, Et toujours ces ombres sur le fleuve).

 

 

Chez Michel Lafon

291 pages

Parution : 28 août 2014

 

Résumé : Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Et surtout par la maladie mentale dont il souffre, la schizophrénie… « Je vais vous raconter ce qui s’était passé, parce que ce sera l’occasion de vous présenter mon frère. Il s’appelle Simon. Je pense que vous allez l’aimer. Vraiment. Mais d’ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n’a plus jamais été le même. »

 

Mon billet qui vous explique pourquoi j'ai adoré cette lecture, c'est par ICI.

Plus d'info sur le site de Michel Lafon, par ICI.

 

 

Chez Fleuve Éditions

208 pages

Parution : 21 août 2014

 

Résumé : Dans le couloir de la mort, enfoui dans les entrailles de la prison, le temps passe lentement. Coupés du monde, privés de lumière, de chaleur, de contact humain, les condamnés attendent que vienne leur heure. Le narrateur y croupit depuis longtemps. Il ne parle pas, n'a jamais parlé, mais il observe ce monde "enchanté" et toutes les âmes qui le peuplent : le prêtre déchu qui porte sa croix en s'occupant des prisonniers, le garçon aux cheveux blancs, seul, une proie facile. Et surtout la dame, qui arrive comme un rayon de soleil, investie d'une mission : sauver l'un d'entre eux. Fouiller les dossiers, retrouver un détail négligé, renverser un jugement. À travers elle naissent une bribe d'espoir, un souffle d'humanité. Mais celui à qui elle pourrait redonner la vie n'en veut pas. Il a choisi de mourir. La rédemption peut-elle exister dans ce lieu où règnent violence et haine ? L'amour, la beauté éclore au milieu des débris ?

 

Plus d'informations sur la rentrée du Fleuve, par ICI.

 

 

624 pages

Parution : 9 octobre 2014

 

Résumé : Camille Thibaut, gendarme à Villeneuve-d’Ascq, récemment greffée du coeur, fait un cauchemar récurrent, celui d’une femme séquestrée. Se sachant condamnée, elle décide d’en savoir un peu plus sur le donneur. Franck Sharko mène une enquête sur une femme presque aveugle, retrouvée sous un arbre, qui aurait été enfermée pendant très longtemps. Il remarque qu’il est devancé dans l’affaire.

 

 

Chez Calmann-Lévy

350 pages

Parution : 17 septembre 2014

 

Résumé : Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout. Un tour de force psychologique oppressant au cœur de l’Amérique contemporaine, dans une atmosphère de fin des temps digne d’un livre de Barjavel, de La Route de Cormac McCarthy ou du Jour des Triffides de John Wyndham. Bird Box revisite le roman post-apocalyptique et hisse son jeune auteur Josh Malerman parmi les grands noms du genre.

 

 


Chez Actes Sud

 

176 pages

Parution : 20 août 2014

 

Résumé : Enfermée depuis son plus jeune âge dans la “maison des femmes”, une bâtisse ceinte de hauts murs de pierre où maris, frères et pères mettent à l’isolement épouses, sœurs et filles coupables – ou soupçonnées – d’avoir failli à la loi patriarcale, prise en otage par les mystères qui entourent tant de douleur en un même lieu rassemblée, une enfant a grandi en témoin impuissant de l’inéluctable aliénation de sa mère qu’un infini désespoir n’a cessé d’éloigner d’elle. Menacée de dévoration par une communauté de souffrance, meurtrie par l’insondable indifférence de sa génitrice, mais toujours aimante, l’abandonnée tente de rejoindre enfin ce “père obscur” dont elle a rêvé en secret sa vie durant. Mais dans la pénombre de la demeure du père, où sévit le clan, la guette un nouveau cauchemar où l’effrayant visage de l’oppression le dispute aux monstrueux délires de la névrose familiale dont il lui faudra s’émanciper pour découvrir le sentiment d’amour.

 

D'autres titres de la rentrée littéraire chez Actes Sud : CLIC.

 

 

Chez Kero

288 pages

Parution : 1 septembre 2014

 

Résumé : Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l’Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons. Wave raconte l’histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l’insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d’horreur. La matière de ce livre, c’est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice. Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concession et incroyablement digne sur comment survivre à l’inimaginable.

 

 

 

Chez Super 8

400 pages

Parution : 28 août 2014

 

Résumé : Déchirés n’est pas seulement un grand roman de zombies porté par une écriture survoltée : c’est aussi, à mi-chemin entre The Walking Dead et Breaking Bad, Hubert Selby Jr. et Las Vegas Parano, l’histoire d’amour la plus extrême et déchirante que vous ayez jamais lue.

Accro à la méthamphétamine, Chase Daniels est un junkie minable sans cesse en quête d’un nouveau fix. Quand il se réveille un beau matin pour voir une fillette déchiqueter un rottweiler, il ne s’inquiète pas plus que ça. Ouais, peut-être qu’il devrait.
Car la fin des temps est là : les rues grouillent de zombies avides de chair humaine, et survivre est devenu un objectif à très court terme. Dans un monde livré au chaos et aux flammes, le « nouveau » Chase Daniels, perdu dans ses rêves de rédemption et d’amour fou, se met en tête de retrouver son ex-petite amie et de la sauver. Les règles du jeu ont changé : désormais, c’est tuer ou être tué, fuir sans penser au lendemain. Comédie noire, thriller horrifique, à la fois cruel et atrocement comique,

 

La fiche Goodreads du roman en VO, par ICI.

D'autres sorties chez Super 8, par ICI.

 

 

Chez Sonatine

320 pages

Parution : 21 août 2014

 

Résumé : Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d’une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club. Alors qu’elle se lance dans l’exploration de ce nouvel environnement, qui lui réserve de multiples surprises, Madison se remémore sa courte existence pour essayer de comprendre ce qui a bien pu la mener à la damnation. Pour découvrir, aussi, les raisons de sa mort. En enfer, vous ne pouvez pas faire un pas sans bousculer quelqu’un de célèbre : Marilyn Monroe, James Dean, Susan Sontag. River Phoenix, Kurt Cobain. John Lennon, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin. Un Woodstock permanent. Mais si l’enfer est pavé de bonnes intentions, la prose de Chuck Palahniuk ne l’est pas. Et le royaume de Satan qu’il décrit, frappé de tous les vices imaginables et de quelques-uns imaginés pour l’occasion, comme celui consistant à torturer les damnés en leur projetant en boucle Le Patient anglais, n’est rien comparé à son portrait ultradécapant du show-biz et des hautes sphères de notre société. 

 

D'autres sorties chez Sonatine, par ICI.

 

 

Chez Stock

144 pages

Parution : 20 août 2014

 

Résumé : « “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »
Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien. Les sorties. Les vacances. Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie.D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

 

D'autres titres de la rentrée littéraire chez Stock, par ICI.

 

 

Chez Robert Laffont

324 pages

Parution : 21 août 2014

 

Résumé : Camarades de classe depuis l'école primaire, 3 jeunes Israéliennes fantasques cherchent des dérivatifs à leur ennui dans un village près de la frontière ou rien ne se passe, sinon le pire. Sarcastique et autoritaire, Léa donne les règles du jeu, entraînant l'espiègle Yaël et la sombre Avishag. La fin de leur scolarité signe la fin de leur insouciance. Propulsées dès 18 ans dans le monde monotone et brutal de l'armée pour effectuer leur service militaire, elles se collettent avec toute la violence d'un pays en état d'alerte permanent. Léa est postée à un checkpoint en Cisjordanie, Avishag sert dans une unité de combat chargée de surveiller la frontière égyptienne et Yaël entraîne les soldats au maniement des armes. Chacune tente de traverser à sa manière ces terribles années. Portrait implacable d'une génération perturbée, ce roman initiatique met en lumière la difficulté universelle d'être jeune et de forger son identité.

 

Les autres titres de la rentrée littéraire de Robert Laffont, par ICI. Puis ceux de Julliard, ICI.

 

 

Chez Jean-Claude Lattès

450 pages

Parution : 20 août 2014

 

Résumé : Dans un village enneigé de Tchétchénie, Havaa, une fillette de huit ans, regarde, cachée dans les bois, les soldats russes emmener en pleine nuit son père, accusé d’aider les rebelles. De l’autre côte de la rue, Akhmed, son voisin et ami de sa famille, observe lui aussi la scène, craignant le pire pour l’enfant quand les soldats mettent le feu à la maison. Mais quand il trouve Havaa tapie dans la forêt avec une étrange valise bleue, il prend une décision qui va bouleverser leur vie. Il va chercher refuge dans un hôpital abandonné où il ne reste qu’une femme pour soigner les blessés, Sonja Rabina.
Pour Sonja, chirurgienne russe talentueuse et implacable, l’arrivée d’Akhmed et de Havaa est une mauvaise surprise. Exténuée, débordée de travail, elle n’a aucune envie de s’ajouter ce risque et cette charge. Car elle a une bonne raison de se montrer prudente : accueillir ces réfugiés pourrait compromettre le retour de sa sœur disparue. Pourtant, au cours de cinq jours extraordinaires, le monde de Sonja va basculer et révéler l’entrelacs de connexions qui lie le passé de ces trois compagnons improbables et décidera de leur destin.

 

 

Les autres titres de la rentrée JC Lattès, par ICI.

 

 

Chez Albin Michel

208 pages

Parution : 21 août 2014

 

Résumé : C’est une étrange éducation que Madame, veuve excentrique et solitaire, s’obstine à donner au fils de ses fermiers dans un lointain domaine menacé par la décadence. Que cherche-t-elle à travers lui ? Quel espoir, quel souvenir, quelle mystérieuse correspondance ? Curieusement, le garçon accepte tout de cette originale. Avec elle, il habite un autre temps que celui de ses parents et du collège. Un temps hanté par l’ombre de Corentin, l’enfant perdu de Madame.

 

Les autres romans de la rentrée littéraire de chez Albin Michel, par ICI.

 

 

Chez Presses de la Cité

Parution : 18 septembre 2014

 

Résumé : Tout commence en 1793 à Nantes, au lieu dit Chantenay… La petite Lucile sait qu’elle ne parviendra jamais à effacer le souvenir immonde de ce que Carrier, commissaire de la Révolution, en ces années de Terreur à Nantes, nomme les « mariages républicains ». Où l’on noie dans la Loire, liés nus l’un à l’autre, deux représentants du clergé ou deux ci-devant face à la foule applaudissant au spectacle. Ses parents et Théo son petit frère ont été victimes d’un de ces « mariages ». Seul le désir de vengeance la tient désormais en vie. Mue par cette énergie, Lucile en oublie qu’elle n’a que le pavé pour dormir ; elle rôde près du port ou du théâtre Graslin. Son destin va basculer, là, sous les ors de ce sublime édifice, auprès de Madame Flavie qui offre vivre et couvert à Lucile et se prend même de passion pour ce petit être au regard étrange et au caractère imprévisible. Détail qui compte : Madame Flavie est la seconde d’une autre Madame, tenancière redoutée d’une maison close pas loin du quai de La Fosse dans la belle ville de Nantes.

 

 

 

Parution : 2 octobre 2014

 

Résumé : Piper Kerman est une jeune femme comme tant d’autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait convoyé de l’argent sale pour un cartel de la drogue. Mais le passé l’a rattrapée. Condamnée à quinze mois d’incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187- 424. Le choc est brutal. De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d’esprit. Déchirant, hilarant et parfois rageant, le récit de Piper Kerman est un incroyable témoignage sur le quotidien des prisons pour femmes.

 

La "vraie" rentrée littéraire des Presses de la Cité, c'est par ICI.

 

 

Chez Gallmeister

320 pages

Parution : 28 août 2014

 

Résumé : Danny ne sait pas quoi faire du cadavre qu’il vient de découvrir le soir même de son anniversaire. Ce corps, c’est celui de Mindy, sa seule amie dans la petite ville de Wyalusing, en Pennsylvanie. Depuis la tragédie survenue dans son enfance qui l’a laissé orphelin et simple d’esprit, tous les habitants de Wyalusing méprisent Danny, le craignent et l’évitent. Immédiatement, l’adjoint du shérif, un homme violent et corrompu, le désigne comme l’assassin, et tout le monde se plaît à le croire. Mais Danny n’est pas prêt à se soumettre. En quelques heures, l’équilibre précaire qui régnait jusqu’ici chavire. En capturant vingt-quatre heures d’une des plus noires journées de l’Amérique des laissés-pour-compte, ce premier roman doté d’une puissance d’évocation à couper le souffle expose la violence qui gît sous l’eau qui dort.

 

Les autres titres de la rentrée littéraire de chez Gallmeister, par ICI.

 

 

Et vous, avez-vous remarqué d'autres titres ? N'hésitez pas à me donner des idées en commentaire, j'adore vraiment les découvertes de la rentrée littéraire !

 

 

Cajou

 

 

 

 

"BONUS"

512 pages

Parution : 8 octobre 2014

 

Résumé : Donald a pris la place de Thurman. Juliette, quant à elle, est maire du silo 18, et compte en découdre avec les dirigeants du silo 1. Le compte à rebours commence. Donald parviendra-t-il à déjouer la logique macabre du silo 1 ? Juliette réussira-t-elle à s’échapper du silo 18 ? La vie sur Terre pourra-t-elle reprendre, ou s’agit-il d’un ultime leurre ? Avec Silo Générations, Hugh Howey apporte la touche finale à un cycle déjà culte.

 

Un roman qui sera peut-être hors challenge puisqu'il n'est pas un "rentrée littéraire" et qu'il ne sort qu'en octobre mais puisque c'est le roman que j'attends le plus en 2014, je le mets ici aussi : il s'agit du dernier tome de la trilogie "Silo" de Hugh Howey, qui s'appelera "Silo - Générations", et qui sera toujours publié dans la collection Exofictions d'Actes Sud.

 

 

 

11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 08:35

 

 

Résumé : Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler. À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita Vincenzo s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ? Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat...

 

Voilà un roman (Belfond, juin 2014) qui porte très bien son titre... à la fois pour son contenu et à la fois pour le très agréable moment de lecture qu'il nous offre.

 

Au fil de leur correspondance, Glory et Rita nouent une (très très très belle) amitié de plus en plus forte, basée sur l'honnêteté, la solidarité, la tendresse et la complicité. Elles habitent à des centaines de km l'une de l'autre mais elles ont en commun un mari parti à la guerre, la solitude qui en découle et la peur au ventre de voir arriver le télégramme que l'on ne veut surtout pas recevoir.

 

Elles s'échangent des lettres entre 1943 et la fin de la guerre, et elles s'entraident à distance à coups de recettes astucieuses pour pallier les manques qu'occasionnent les tickets de rationnement, mais aussi de conseils de jardinage, de petits cadeaux, de confidences intimes ou encore d'anecdotes sur leurs voisines respectives, comme la terrible Mme K qui nous réserve des scènes plutôt cocasses. J'ai parfois trouvé Glory un peu trop nunuche (elle n'a que 23 ans) mais j'ai apprécié Rita d'un bout à l'autre avec son franc-parler et son humour. Mention spéciale également à Roylene, un petit bout de femme étonnant qu'on apprécie de voir évoluer. En bref, des personnages féminins vraiment attachants.

 

"Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles" est un livre intéressant car il nous offre un autre regard sur la Seconde Guerre Mondiale : celui de celles qui restent à la maison et qui doivent continuer à vivre malgré l'absence des hommes de leur vie. Il est rempli de tendresse, et de scènes tantôt drôles tantôt dramatiques.

 

La première moitié m'a un peu moins plu car je l'ai trouvée un peu trop "doucereuse" et j'ai davantage apprécié la seconde partie que j'ai trouvée plus riche et plus intense (avec l'apothéose de la fin que j'ai vraiment beaucoup aimée).

 

Enfin, j'ai adoré les remerciements des 2 auteures qui nous éclairent sur la construction de ce roman à 4 mains : elles se sont rencontrées sur le blog de Loretta et ont décidé de coécrire un roman. Elles ont chacune pris le rôle d'une des héroïnes et se sont échangés ces lettres, sans jamais se rencontrer, tout comme Glory et Rita.

 

Ma note :

 

D'autres billets 100 % conquis  : 4 "coups de coeur" chez PrettyBooks, Flightofswallow, Book'in Sofa, et Fée-Tish.

 

 

 

 

 

10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 14:24

Merci au Blog de Puce pour son joli logo

Hello Hello,

 

Après un mois de juillet très actif et mouvementé dans ma vie et des vacances décidées à la dernière minute dans les magnifiques Alpes françaises, voici un petit In My Mailbox avec les romans que j'ai reçus ces 3 dernières semaines.

 

 

Tout d'abord, 4 romans de chez Belfond. J'ai déjà lu et beaucoup aimé "Patience" (mon billet ICI), j'ai également déjà lu "Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles" que j'ai apprécié et dont le billet sera là demain sur le blog.

 

 

Ensuite, 3 achats sur une brocante pour 10 euros : 3 livres en état neuf, je ne pouvais pas résister, n'est-ce pas ? Surtout que le Lebel était numéro 1 dans ma liste d'envies !

 

 

Une petite commande ensuite dont "Ari et Dante" qui ne cessent de récolter des coups de coeur sur toute la blogosphère.

 

 

Et enfin, les premières réceptions de la rentrée littéraire 2014 qui approche à grand pas ! J'ai déjà lu et adoré "Contrecoups" (mon billet ICI) et je vais commencer tout doucement les autres dans le courant du mois.

 

 

Et vous, quoi de neuf dans vos Piles à Lire ?

 

Je vous souhaite une belle fin de week-end,

Cajou

 

6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 13:29

 

 

Résumé : Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Et surtout par la maladie mentale dont il souffre, la schizophrénie… « Je vais vous raconter ce qui s’était passé, parce que ce sera l’occasion de vous présenter mon frère. Il s’appelle Simon. Je pense que vous allez l’aimer. Vraiment. Mais d’ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n’a plus jamais été le même. »

 

Je ne connaissais de ce roman que ce court extrait et je suis heureuse d’avoir ainsi pu découvrir cette histoire sans être spoilée d’aucun détail. Si vous voulez lire un résumé complet, c’est par ICI.

 

 

Nous ne sommes que le 06 aout et pourtant je vous parle déjà du premier titre de la rentrée littéraire cru 2014 que je viens de lire, « Contrecoups », la traduction chez Michel Lafon du très encensé « The Shock of The Fall » de Nathan Filer (Prix Costa -l'équivalent du Prix Femina- du premier roman ET du meilleur roman de l'année), qui sera dans les librairies ce 28 aout 2014.

 

Et que dire sinon que j’ai adoré ce si beau roman.

 

Captivant

Bouleversant

Passionnant

Déchirant

Edifiant

Emouvant

 

D’un bout à l’autre, chaque mot, chaque personnage, chaque titre de chapitre, chaque métaphore, chaque dessin, tout m’a conquise… Ce roman était fait pour moi et je ne cesse de penser à Matthew depuis que j’ai refermé la dernière page.

 

« Contrecoup » est pour moi un roman brillant, intelligemment pensé et tout aussi intelligemment construit. Sachez que ce n’est pas un livre qui vous offre des émotions faciles qu’il n’y a qu’à recevoir, non. Car la narration est un peu complexe étant donné qu’elle suit les méandres (très) sinueux de la pensée du héros. Matthew souffre de schizophrénie (comme il dit, « le mur qui sépare sa réalité de ses rêves est fissuré ») et il nous confie des bribes éparses de sa vie, de ses blessures, de ses souvenirs d’enfance, de ce qui le hante, de ses états d’âme dans une sorte de journal où toutes ses réflexions s’emmêlent les unes aux autres comme le serpent qu’est sa maladie.

 

Et Matthew me manque beaucoup depuis que j’ai lu ses derniers mots… c’est un garçon à la personnalité aussi complexe que sa maladie : il est plein de contradictions, à la fois doux et brutal, très généreux et égoïste, plein d’amour mais aussi de peurs, avec son esprit qui déborde de partout.

 

Et si Matthew fait désormais partie des personnages inoubliables et chers à mon cœur, les personnages secondaires ne sont pas en reste : l’adorable Simon, les courageux parents Susan et Richard, Jacob l’ami héros du quotidien, Nanny Noo la grand-mère qui tient le cap…. Ils m’ont tous touchée et je les ai tous aimés.

 

Quelques mots également sur la plume de Nathan Filer: elle sonne tellement tellement tellement juste, aucune fausse note, on a vraiment l’impression d’être aux côtés de Matthew, voire même à l’intérieur de son esprit, tant tout à l’air vrai. A tel point que je me suis demandé si c’était un récit autobiographique à plus d’une reprise (en fait non, Nathan Filer est tout simplement diplômé dans la discipline). Vraiment une plume que j’ai trouvée parfaite, en osmose avec son sujet, et c’est incroyable étant donné qu’il s’agit d’un premier roman ! Mention spéciale également au traducteur, Philippe Mothe, pour son travail de qualité.

 

Puis j’ai adoré la fin, à commencer par ces lettres (aahhh j’ai pleuréééééé) que j’espère que vous découvrirez bientôt puis surtout parce que Nathan Filer reste fidèle à ses personnages et ne tombe ni dans le pathos dramatique ni dans le bisounours facile.

 

En conclusion, il va être difficile pour tous les suivants de la rentrée littéraire de passer après le Nathan Filer qui a désormais une place toute particulière dans ma vie de lectrice, tant je n'avais jamais lu de roman qui ressemble à celui-ci.

 

 

Ma note : 

 

D'autres avis : Mathieu a été moyennement convaincu, par ICI , Moody a beaucoup aimé par ICI et Thalyssa a adoré par ICI.

 

    

 

 

1/6

5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 09:24

 

 

 

Résumé : Jeune, naïve, jolie et satisfaite de son existence, Patience a été pendant sept ans une épouse soumise et une mère de famille parfaite, subissant le devoir conjugal en bonne catholique, mais sans jamais éprouver le moindre plaisir. Jusqu'à ce que son chemin croise celui du beau Philip. La révélation est fulgurante : oui, le péché est bien plus réjouissant que le devoir ! Si seulement l'adultère ne la condamnait pas à l'enfer... Que faire, désormais, pour vivre cet amour naissant et soulager sa conscience ?

 

Ce roman est sorti en 1953 et a été interdit en Irlande : on le comprend aisément vu le caractère provocant et subversif de cette histoire drôle et grinçante, qui dresse une satire sociale et religieuse de l’Angleterre post-victorienne.

 

J’ai passé un très bon moment de lecture aux côté de la rafraichissante Patience. Elle n’a cessé de me faire sourire mais de m'émouvoir également, avec sa soumission totale et aveugle à son mari (Madame Oui), ses raisonnements étonnants, son mode *étoile de mer* lors des devoirs conjugaux, ses petits arrangements avec la morale et sa conscience face au Péché, sa façon de raconter sa découverte du plaisir féminin, et surtout sa personnalité complètement ingénue, nunuche, et innocente. Quant à la transformation en pseudo garce sous le regard incrédule d’Edward, ça valait également son pesant d’or ! Bref, Patience est vraiment un personnage hors du commun, une espèce d’Emma Bovary mais tout en bonne humeur, sans spleen, nostalgie et dépression (une Emma Bovary pas chiante, autrement dit).

 

Si ce roman a déjà 60 ans, j’ai pourtant trouvé qu’il n’avait pas pris une ride dans l’écriture. Certes certaines tournures (notamment dans les dialogues) ont un peu vieilli mais pour devenir délicieusement désuètes : j’ai pris grand plaisir à découvrir la plume de John Coates.

 

Une histoire que je vous conseille donc de découvrir, surtout pour Patience évidemment, mais également pour cette satire piquante de la société, du couple et de la religion.

 

Quant à moi, j’ai découvert grâce à ce titre la collection Belfond Vintage et je compte bien aller fouiner de ce pas dans leur catalogue.

 

Ma note :

 

 

4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 09:12

 

 

Résumé : 1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort. Nobuaki est réveillé en pleine nuit pas un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s'embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un "King's Game". Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l'évidence : ils ont 24 heures pour s'exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort. Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu'elles soient, quoi qu'elles tentent pour s'échapper, la mort vient toujours trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros... Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu'il ne s'abatte ?

 

Avant même la première publication des Editions Lumen, j’avais repéré dans leur futur catalogue ce titre au pitch ultra vendeur et je voulais absolument le lire. Et ensuite, j’ai eu la chance de le recevoir en partenariat.

 

Je viens de refermer la dernière page et pour être tout à fait honnête, je vais avoir du mal à trouver des éléments positifs à ce roman que j’ai trouvé… mauvais. Mauvais sur toute la ligne.

 

En lisant les premières pages, j’ai pourtant de suite été happée par cette intrigue très mystérieuse et qui laissait présager des aventures périlleuses et haletantes. D'ailleurs, l'idée de base est en effet très prenante et l'envie de tourner les pages est bien présente d'un bout à l'autre.

 

Mais très vite, l’enthousiasme des débuts a laissé place à la déception et aux fronçages de sourcils presque à toutes les pages.

 

Non que ce roman soit mal écrit, il n’est juste PAS écrit. On a droit à des pensées à voix haute, puis à voix basse qui sont très mal intégrées dans l’histoire, des dialogues en pagaille, des transitions quasi inexistantes entre les différentes scènes, très peu de narration, et surtout des monologues qui sonnent tous à peu près faux, … ce qui rend le tout décousu et brouillon, ce qui nuit au rythme et empêche l’immersion dans l’histoire.

 

Niveau crédibilité, on repassera aussi  : la terreur doit venir d’éléments fantastiques ou effrayants ancrés dans le réel, or ici, où sont les adultes, les parents, les professeurs, les policiers ? On laisse se faire décapiter, démembrer, pendre, immoler, etc. des adolescents par dizaine et personne n’intervient ?

 

Les ficelles sont grosses comme des maisons  : on fait converger vos doutes dès le début sur une élève, de façon tellement grossière que vous avez immédiatement compris que ce ne serait donc pas elle. Quant à la fin, on y trouve à des pseudo-révélations  sur l’un ou l’autre personnage, les derniers morts , le dénouement ahum ahum et l’épilogue encore plus pffff .

 

En bref, je suis vraiment désolée pour les Editions Lumen, mais (presque) rien n’a trouvé grâce à mes yeux (pourtant friands de littérature Young Adult et d'horreur) dans ce roman.

 

Ma note :

 

Et puis vu que mon avis me semble bien esseulé au milieu des éloges, voici plusieurs billets très positifs (cliquez sur les noms pour lire les billets) : Mathieu qui a eu « un coup de cœur et a adoré le style », pour TrueBloodAddict c'est « une lecture palpitante et angoissante que l’on a du mal à lâcher une fois commencée. C’est un brillant mélange d’horreur, de suspense et de surnaturel ! J’ai adoré », 16/20 pour LireunePassion, « un roman addictif » pour UneEnviedeLivres, 18/20 pour Emyline et enfin « un grand roman, un excellent thriller » pour LeSouffledesMots.

26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 08:00

 

Résumé : Elle a 12 ans et a grandi dans une "congrégation". Une secte, diraient les autres, ceux qui ne font pas partie des "élus". Dans un an, l'Apocalypse prouvera qu'ils avaient tort. En attendant la date fatidique, l'adolescente raconte Le quotidien rythmé par le temple et les prêches dans la rue. Mais aussi les railleries à l'école, les affres de la puberté et la découverte d'un dictionnaire, source de grandes révélations. Un roman touchant et troublant, qui explore la frontière très fragile où la croyance jouxte la folie

 

J'avais beaucoup apprécié la lecture de "Le plus beau de tous les pays" de Grace McCleen (mon billet ICI), qui traitait également du quotidien d'une petite fille aux côtés d'un père entièrement dévoué à une Secte ; et le résumé de ce roman m'a donc tout de suite fait envie.

 

Et pourtant, je ressors de cette lecture plutôt dubitative, tant j'ai trouvé ce roman pour le moins... bizarre. Au fil des 4 saisons, nous suivons l'attente de la fin du monde à travers les yeux d'une petite fille de 12 ans qui vit au coeur d'une Communauté, ou plutôt d'une Secte. Paragraphes après paragraphes, nous avons droit à ses pensées sur son quotidien, ses parents entièrement dévoués à Dieu, la prêche, l'absence d'amis, Dieu et le Diable, etc. Des pensées passant sans cesse du coq à l'âne, de façon plutôt décousue, et assez répétitive, ce qui a fait que je me suis un peu ennuyée (certes, j'ai bien compris que l'auteure voulait ainsi nous faire ressentir la vie répétitive et peu passionnante de cette petite, mais tout de même... bof bof).

 

Puis au milieu de cette réflexion sur cette secte, nous avons droit à quelques scènes que j'ai trouvées totalement incongrues, ne comprenant pas vraiment ce qu'elles amenaient dans leur façon d'être contée. Ainsi ceux qui ont déjà lu ce roman se rappeleront sans doute de l'épisode des pseudo premières règles, ou encore de Bâton Rouge.

Idem pour cette autre scène que je me permets de vous retranscrire ci-dessous. Vraiment je n'ai pu que sourciller et me demander "What's the point ? Seriously, what's the point ??"

 

 

Ajoutons à cela qu'il est très difficile (en ce qui me concerne en tout cas) de s'attacher à cette petite fille étrange, bizarre, et tellement froide...

 

Enfin, heureusement, j'ai apprécié la conclusion (je ne m'attendais pas à cela), ce qui a un peu sauvé ma lecture.

 

Ma note :

 

 

D'autres avis très positifs :

- MyaRosa : "Ce roman est marquant, révoltant et touchant. J'ai particulièrement aimé la narratrice que j'ai trouvé attachante et très maligne"

- Michou : "Un récit fort et poétique sur la recherche de soi et de liberté,... c'est fort et poignant. A découvrir !"

- Thalyssa : "La plume de Sandra Labastie [est] unique et poétique"

 

 

Par ICI, vous trouverez un extrait du roman.

 

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre, j'attribue une "note" mais pour éviter les chiffres, on va faire comme partout ailleurs : des symboles, et ici, ce seront des plumes...



1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !!  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

 

http://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.png= Coup de coeur

Trouver Un Billet

Plume de Cajou on Facebook

Ce que Cajou lit...

 

Challenge GoodReads

2014 Reading Challenge

2014 Reading Challenge
Christine has read 3 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs