17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 10:19

 

 

   CONCOURS 

 

 

 

 

Après avoir eu un énorme coup de cœur (mon billet ICI) pour le 1er roman de Josh Malerman, "Bird Box", j'ai le plaisir de vous proposer un concours grâce aux Éditions Calmann-Lévy, qui se joignent au blog pour vous en offrir non pas 1.... mais bien

 5 exemplaires !

 

Un tout grand merci à eux et tout spécialement à C. car je suis vraiment heureuse de pouvoir vous donner une chance de découvrir cette histoire.

 

 

      

 

 

 

Pour participer

 

  • Likez la page Facebook des Éditions Calmann-Lévy ICI.

  • Laissez un commentaire sous ce billet en m'expliquant quel roman a déjà réussi le pari de vous faire peur ou de vous angoisser très fort ET/OU en me disant pourquoi vous avez (très) envie de dévorer ce roman.

 

 

Le concours est ouvert à la France et la Belgique, du 17 septembre (aujourd'hui) au 26 septembre à 23h59. Le tirage au sort aura lieu le lendemain et les résultats seront annoncés sur la page Facebook du blog ICI. C'est à ce moment là que je demanderai leurs coordonnées aux heureuuuuuuuux gagnants.

 

  • Vous pouvez liker la page facebook du blog, ou vous abonner au blog dans la colonne de droite ou encore partager le concours, c'est appréciable et ça fait plaisir, mais ce n'est pas une condition de participation.

 

 

Et si vous voulez doubler vos chances, allez chez ma copinaute Mylène qui elle aussi vous permet de remporter plusieurs exemplaires par ICI !

 

 

Bonne chance à toutes & tous, et préparez votre petit coeur à vivre des heures bien angoissantes et palpitantes !

 

                                               Cajou

 

 

17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 06:00

 

 

Résumé : Malorie élève ses 2 petits enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux, portes verrouillées, rideaux tirés et matelas cloués aux fenêtres. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, un seul coup d'oeil suffira pour perdre la raison, pour être pris d'une folie meurtrière et retourner cette violence inouïe contre eux. Malorie a 2 solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, à l'abri du danger qui s'est abattu sur le monde, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’à la rivière dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants...

 

 

C'est aujourd'hui, 17 septembre 2014, que sort « Bird Box » (Calmann-Lévy-Orbit), ce thriller/roman psychologique (et post-apocalyptique), que je ne peux que vous conseiller d'aller acheter ILLICO PRESTO !

 

J'ai stressé

Mon coeur a raté des battements

J'ai angoissé

Et j'ai même parfois...

FLIPPÉ À MORT !!

 

A peine 10 pages lues et j'étais déjà totalement ferrée, déjà liée au sort de cette mère (quelle force, quel courage!) et de ses 2 (magnifiques) enfants. Et après 20 pages, j'avais déjà les larmes aux yeux, de tristesse et de peur, face aux événements que je découvrais. L'angoisse de Malorie est tellement palpable que, dès les premières pages, elle est projetée hors du roman pour s'insinuer directement au coeur de vos tripes, et elle ne vous quitte plus jusqu'au dernier mot de l'histoire.

 

Tous les adjectifs qu'on utilise habituellement pour parler des thrillers - "OPPRESSANT - HALETANT - STRESSANT - ANGOISSANT" - peuvent sans aucun doute être utilisés pour décrire ce 1er (!!) roman. Frissons garantis. On pourrait même envisager un bandeau « satisfait ou remboursé » car s’identifier aux héros et sortir au milieu de ces créatures (qu'on ne peut qu'imaginer car elles ne sont jamais décrites) avec les yeux bandés, les mains en avant, et avec l’ouïe pour seule défense… c'est terriblement stressant, le pouvoir de suggestion étant énorme : comme les héros, aveugles, nous imaginons le pire ! J'ai ainsi dévoré ce roman avec un poids oppressant sur la poitrine durant toute la lecture.

 

Et je ne veux absolument pas vous parler de l'histoire et de l'intrigue, le résumé le fait très bien. Je peux juste vous dire que dès le 1er chapitre on trouve Malorie et ses 2 très  petits enfants, qui décident de fuir leur maison, même si cette décision risque bien de signer leur fin... Puis un chapitre sur deux, on retrouve Malorie, enceinte, 4 ans plus tôt et on découvre tout ce qu'il s'est passé... Cerise sur le gâteau, les flash-backs sont aussi intéressants et anxiogènes que la narration du présent.

 

En bref, un roman impossible à poser, qui vous tient en haleine du premier au dernier mot dans cette atmosphère de fin des temps.

 

Ma note :

 

 

CONCOURS

 

Et maintenant,...

ce qui va certainement vous intéresser, ...

pour remporter 5 exemplaires de ce roman,

cliquez ICI !

 

 

 

D'autres avis : Mylène a beaucoup aimé (clic) + Madoka a eu un coup de coeur (clic) + Mutinelle (à venir) + Mina (clic) + Caroline du Boudoir Écarlate (à venir)

 

Et c'est avec un énorme bonheur que j'ai découvert que les droits de ce roman avaient été achetés par le cinéma : avec un bon réalisateur, ça pourrait devenir un chef d'oeuvre du genre !

 

6/6

 

15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 08:00

 

 

Résumé : France a vingt ans, elle est belle et vit dans le XVIe. Sur les Champs-Élysées, elle fait la connais­sance de Salim, une « racaille ». Elle l’invite à une soirée où elle doit retrou­ver Matthias, fer­vent adhé­rent d’un grou­pus­cule d’extrême droite. La ren­contre entre les deux jeunes hommes est explo­sive. Surtout lorsqu’ils se ren­dent compte que pour France, il n’est pas ques­tion de faire un choix : elle veut cou­cher avec eux deux, ensem­ble, sinon rien. Un périlleux ménage à trois com­mence. Salim et Matthias par­vien­dront-ils à passer outre leurs convic­tions, leurs idées reçues, leur méfiance ? Et France, que veut-elle exac­te­ment ?

 

 

Une fois n'est pas coutume, Cyril Massorotto se penche sur des thèmes de société très actuels, des sujets qui peuvent fâcher, comme la "drague" agressive que doivent subir les femmes dans certains quartiers, l’islamophobie et le racisme, les clichés sur « l’autre », l'antisémitisme, les partouzes, ou encore la violence domestique.

 

On rencontre dans ce roman 3 personnages que tout oppose : Matthias, 24 ans, super beau gosse tout en muscle, plutôt intelligent, et leader d’un groupuscule extrémiste « Nation identitaire ». Puis il y a aussi Salim, un reubeu des cités qui traine dans les rues avec ses potes, Karim, Oussama, Mohamed, etc., qui boit les paroles de son Imam et qui prône la charia. Enfin, il y a France, 22 ans, petite fille riche, sublime et délurée, une bourge du Paris XVIème, et un peu (beaucoup) nymphomane.

 

Les débuts sont plutôt mystérieux, car on ne sait pas où veut en venir France avec ces 2 garçons, et ça rend la lecture addictive parce qu’on ne peut s’empêcher de tourner les pages de plus en plus vite, ce qui fait que je l'ai lu d'une seule traite.

 

Un roman très différent de ce que j’ai lu de Monsieur Massarotto, et qui me laisse penser qu'il risque d'effrayer -voire de perdre- certains lecteurs mais personnellement, je trouve que c'est un pari gagné car j'ai aimé être ainsi désarçonnée. En effet, au milieu de cette histoire d'amour particulière, on trouve pas mal de scènes de sexe, certaines assez (très) crues, puis aussi quelques scènes de violence voire d'ultra-violence (oulala le coup de l’American History X ).

 

Le style est direct et plutôt percutant, mais un peu caricatural aussi, dans le souci de différencier les 3 protagonistes.

 

Le final est étonnant, voire même choquant… et j’imagine que derrière la froide réalité, il y a également la métaphore d’un message/d'une morale… mais je ne l’ai pas compris (vivement que des billets arrivent pour que je puisse en papoter avec d'autres lecteurs!).

 

En bref, j'ai apprécié ce nouveau visage de la plume de Cyril Massarotto (mais je reste quand même davantage séduite par la beauté et la poésie de "La petite fille qui aimait la lumière" - CLIC ; et par l'émotion et l'intensité de "Le Premier oublié" - CLIC).

 

Ma note :

 

Un autre avis : TheBooksNews (clic) qui est 100 % convaincue.

 

5/6

14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 12:05

Merci au Blog de Puce pour son joli logo

 

 

C'est dimanche, mon jour préféré de la semaine, celui où je fais le tour de tous les blogs pour repérer des nouveautés et être tentée à l'insu de mon plein gré

 

 

Et voici ce qui est arrivé ces dernières semaines dans ma boite aux lettres

 

 

Et d'un peu plus près, voici mes préciiiiieeuuuuuxx :

 

 

Bird Box : Il sort la semaine prochaine (le 17 septembre) et j'ai déjà pu lire 2 avis totalement conquis sur Facebook : Mylène et Muti ont bien bien bien flippé en le lisant. J'ai hââââââââte de le lire.

 

End Game : le résumé me fait un peu penser à "Hunger Games" et ça suffit pour me donner envie de le lire, en espérant juste que ça ne soit quand même pas trop "inspiré". Il sortira le 09 octobre chez Gallimard Jeunesse.

 

Witchsong : un des derniers titres de chez Lumen. Je suis amoureuse de la couverture, le résumé est prometteur et les premiers billets sont très enthousiastes.... vivement la lecture !

 

Trois enfants du siècle : le dernier Cyril Massarotto, je ne pouvais pas résister. Reçu hier et c'est déjà ma lecture en cours !

 

Le prochain Giebel, il sortira le 13 novembre et il faudra attendre cette date pour en savoir plus.

 

Le bonheur en prime : merci 1000 fois à Karen pour ce roman que j'avais très envie de découvrir. Merci merci merci !

 

En ce lieu enchanté : un des titres de la rentrée littéraire de chez Fleuve Editions... il est très très prometteur et j'ai vu de nombreux échos très positifs.

 

Vous parler de ça : la prochaine parution des éditions La Belle Colère, pour le 09 octobre. Après ma rencontre ultra réussie avec "Dieu me déteste", il va sans dire que j'ai hâte de lire ce nouveau titre ! Et les avis Goodread sur la V.O. sont WAOUH !

 

Le Diable tout le temps : je ne lis que des avis très forts sur ce roman et il est sur la table "coups de coeur" de mon libraire, 2 bonnes raisons de me l'offrir !

 

Déchirés : le roman de la rentrée littéraire, bien barré, de chez Super 8 que j'ai adoré (mon billet ICI).

 

Les mots qu'on ne me dit pas : un rentrée littéraire que je conseille volontiers à toutes et à tous, un réel plaisir de lecture (mon billet ICI).

 

Wave : un rentrée littéraire poignant des Editions Kero, avec pour toile de fond le tsunami dévastateur de 2004, et qui est déjà sélectionné pour un Prix (Le Médicis de mémoire ?) (mon billet ICI).

 

On ne voyait que le bonheur : le dernier Delacourt qui fait couler beaucoup d'encre. Entre celles et ceux qui estiment que c'est son meilleur, et celles et ceux qui le regardent de façon hautaine et méprisante parce qu'il a le toupet d'être entré dans la 1ère liste du Goncourt. Mon billet à venir bientôt.

 

Une constellation de phénomènes vitaux : un autre rentrée littéraire de chez Lattès. J'aime le résumé original, j'ai lu de très beaux billets, et j'ai donc cédé.

 

 

Et vous, quoi de neuf dans vos bibliothèques ?

 

Belle fin de week-end à vous,

 

Cajou

13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 11:06

 

 

Résumé : Accro à la méthamphétamine, Chase Daniels est un junkie minable sans cesse en quête d’un nouveau fix. Quand il se réveille un beau matin pour voir une fillette déchiqueter un rottweiler, il ne s’inquiète pas plus que ça. Ouais, peut-être qu’il devrait.
Car la fin des temps est là : les rues grouillent de zombies avides de chair humaine, et survivre est devenu un objectif à très court terme. Mais que signifie l’apocalypse, se demande Chase, quand la société a déjà tiré sur vous un trait définitif ? Et cette malédiction, qui semble toucher tout le monde sauf lui et son ami Sténo, n’est-elle pas l’occasion qu’il attendait – celle de prendre un nouveau départ et d’accomplir enfin quelque chose de grandiose ? Dans un monde livré au chaos et aux flammes, le « nouveau » Chase Daniels, perdu dans ses rêves de rédemption et d’amour fou, se met en tête de retrouver son ex-petite amie et de la sauver...

 

 

La quatrième de couverture promet un roman à mi-chemin entre « The Walking Dead » et « Breaking Bad ». Zombies et Junkies. Comment résister ? Je me suis dit qu’ils y allaient un peu fort dans le teasing chez Super 8 (leur site ICI), et je me suis donc préparée à une éventuelle déception... Mais que nenni. Pas du tout !

 

 

 

Dans la très réussie (et très très très à mon gout) scène d’ouverture (oui je l'ai adorée) mettant en scène une jolie petite fille en rien aussi innocente que ses petites chaussettes à motifs de parapluies, on touche en effet du doigt les atmosphères de ces 2 séries désormais cultes, une espèce de spin off (un cran en-dessous quand même) où Jessie Pinkman atterrirait en pleine apocalypse zombie, ne sachant trop s’il est en plein very bad trip ou si c’est la réalité.

 

On suit ainsi pendant une semaine notre héros (qui  n’en est pas du tout un), Chase, un enfoiré de junkie qui prend de la meth du matin au soir et du soir au matin, accumulant les mauvaises décisions, et les petites (ou grandes) lâchetés. Et pourtant il n’en reste pas moins attachant. Quant à tous les autres personnages qui gravitent autour de lui (excepté les Morbacs – Morts Back ), ils sont tous aussi paumés, déchirés et défoncés les uns que les autres.

 

Le vocabulaire est parfois (très) cru, mais ça colle parfaitement avec les personnalités des protagonistes, et le style est vif, électrique -voire carrément speedé et survolté. Le seul bémol, en ce qui me concerne, serait l’absence de signes typographiques pour indiquer les dialogues (pas de «  », ni de - ) ce qui créé parfois une légère entrave à la fluidité de lecture. En outre, quelques scènes sont parfois un peu répétitives (cuisiner de la meth, éclater quelques zombies, se shooter) mais la narration punchy et l'humour noir (un peu lourd) et déjanté empêchent tout ennui.

 

Une dernière petite contrariété ? L’emploi du terme « rôdeurs » et l’épisode « prison » semblent un peu trop directement pompés de « The Walking Dead » à mon goût.

 

Voilà donc un roman qui m’a fait passer un excellent moment de lecture, me permettant de retrouver des petits accents de la meilleure série ever (Breaking Bad) et de patienter jusqu’à la sortie de la prochaine saison de « The Walking Dead » le mois prochain. Je le conseille donc vivement à tous les amateurs du genre. Par contre, si le duo (gagnant pour moi) « junkie-zombie » ne vous parle pas, passez votre chemin.

 

Ma note :

 

Pour terminer, 2 très beaux billets, ceux qui m’ont donné envie de me jeter sur ce titre : celui de Léa Touch Book (clic) et celui de Emily de Café Powell (ici).

 

Peter Stenson écrit des nouvelles et vit dans le Colorado. Il a une femme, un chien, un chat – et tous sont vivants. Ancien accro à la « méth », il est clean depuis 15 ans.

 

 

 

4/6

5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 17:49

 

 

Résumé : Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l’Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons. Wave raconte l’histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l’insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d’horreur. La matière de ce livre, c’est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice. Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concession et incroyablement digne sur comment survivre à l’inimaginable (Editions Kero)

 

 

Ce témoignage est divisé en 9 parties : la première consacrée à cette vague qui a cruellement tout volé à l'auteure le temps d'un claquement de doigts... son mari, ses 2 petits garçons et ses parents. Puis les chapitres suivants qui nous expliquent comment l'auteure a essayé (ou n'a pas essayé) de rester debout, malgré tout, au fil des 8 années qui ont suivi, comment elle est passée par la douleur écrasante, la fuite, la fuite, la fuite, la colère, l'envie de mourir, la culpabilité, encore la fuite, la fureur, l'hébétude, l'incompréhension la plus totale, encore et toujours la fuite, la rage, la torpeur, la folie, et le désespoir le plus profond qui soit.

 

J'ai trouvé cette histoire .... tellement triste... et pourtant je n'ai pas été bouleversée comme d'autres lectrices. Je ne suis évidemment pas restée insensible, mais je n'ai pas ressenti d'émotions intenses, sauf peut-être le soulagement,.... le soulagement de n'avoir pas été à sa place et de n'avoir pas eu à endurer cette douleur innommable et indescriptible, cette douleur qui m'a évidemment serré le coeur et la gorge à plus d'une reprise, notamment face à cette mécanique implacable des dates et des souvenirs qui reviennent sans cesse et qui font chaque jour, chaque mois, chaque année toujours aussi mal.

 

"S'endormir pour se réveiller le lendemain matin

et réapprendre la terrible nouvelle,

encore et toujours" (p.69)

 

Innommable et indescriptible, donc, c'est ce que j'ai plusieurs fois pensé à la lecture de ce témoignage que j'ai (honteusement) parfois trouvé un peu répétitif : l'auteure n'arrive pas réellement à exprimer l'horreur de sa situation parce que justement c'est au-delà de toute explication, de toute description, de toute imagination.

 

Puis je pense que si ce roman ne m'a pas touchée comme je l'imaginais, c'est parce que je n'ai pu que rester en retrait, parce que c'était trop angoissant de se projeter dans cette (non)vie-là. Je garderai d'ailleurs de cette histoire le souvenir de la force incroyable de Sonali.

 

En bref, un roman tragique qui n'est pas du tout dans la plainte et les lamentations, (que du contraire!) : il est rempli de dignité, de pudeur, et d'honnêteté.

 

Ma note :

 

Tous les avis que j'ai trouvés sont très très positifs et les lectrices ont été bouleversées ICI, ICI, ICI, ICI, ICI, ICI et ICI.

 

 

3/6

26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 08:00

 

 

Résumé :

« Je m'appelle August.

Je ne me décrirai pas.

Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire. »

Né avec une malformation faciale, Auggie n'est jamais allé à l'école.

A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège...

Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux, malgré tout ?

 

 

A sa sortie, ce roman a recueilli coups de coeur sur coups de coeur (il suffit de regarder sa fiche Livraddict par ICI où 138 personnes lui ont donné une note dont la moyenne est de..... 18/20 !) et donc, faible que je suis, je me l'étais acheté dans l'édition du Fleuve Noir dont la couverture était vraiment très jolie.

 

Je ressors satisfaite de cette lecture (faite en 1 journée), même si je ne serai pas aussi enthousiaste que tous ces coups de coeur. J'ai apprécié rencontrer August, ses parents, ses amis (Jack Will en tête) et surtout sa soeur, Via. Notre petit héros porte un regard plein de dérision sur lui-même et j'ai aimé la façon dont il gère sa terrible malformation faciale, avec beaucoup d'humour.
 

Ce qui m'a surtout plu dans cette lecture, c'est la multitude de points de vue qu'elle offre. C'est tout d'abord le héros qui prend la parole pour nous raconter son entrée toute prochaine au Collège, puis l'auteur a eu la bonne idée de nous confier d'autres regards sur August, celui de sa soeur, d'une amie et de bien d'autres protagonistes. Certes, l'idée aurait gagné à être traitée plus en profondeur (notamment du côté des émotions) mais j'ai quand même trouvé cela très original et plaisant.
 

On pourra reprocher au roman son côté un peu "bisounours américain" (la fin est carrément dégoulinante et sirupeuse) mais cela ne m'a pas dérangé outre mesure car parfois, .... ça fait juste du bien. Puis comme ça, j'ai encore une fois de plus eu à plusieurs reprises la larme à l'oeil.

 

En résumé, une lecture sympathique à laquelle il a manqué, à mon goût, la petite étincelle en plus, pour en faire un roman vraiment vibrant et mémorable.

 

 

Ma note :

 

Par ICI, vous trouverez une multitude de billets coups de coeur sur Livraddict. Et pour ce qui est de mes copines du Whatsapp BookClub avec lesquelles j'ai partagé cette lecture, les avis sont plus mititigés : Bérengère a abandonné "n'arrivant pas à s'attacher à August", Julia "a été déçue tant par le côté guimauve que par le manque de profondeur et de sentiments", Cess (peu convaincue par ICI), Fée Bourbonnaise (qui a plutôt bien aimé ICI), et enfin la Fée lit (qui a beaucoup aimé ICI) (et coucou à Caro et Blackwatch).

 

Et pour terminer, un petit clin d'oeil à ce petit Major Tom dont j'ai aimé partagé les aventure pendant ces 405 pages.

 

22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 15:20

 

 

 

Résumé : « “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

 

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien.
Les sorties.
Les vacances.
Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie.
D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

 

Le résumé de ce roman de la rentrée littéraire 2014 (Stock) a tout de suite fait mouche : je voulais absolument le lire. Je suis donc allée hier dans ma librairie et sitôt rentrée, j'ai dévoré ces 142 pages.

 

Un roman autobiographique donc : Véronique Poulain nous confie des moments de sa vie, entre l'univers silencieux de ses parents sourds et le reste du monde qui vit dans l'abondance des mots et de la parole. Une suite d'anecdotes : moqueuses -mais toujours bienveillantes-, parfois étonnantes, parfois tristes ou cruelles, mais le plus souvent drôles (les mots massacrés comme "popossip" ou "ifonfrate"). Et souvent très intéressantes également car l'auteure nous raconte des réalités que l'on ne soupçonnait même pas, comme les surnoms pour tous, ou encore "les bénéfices secondaires", que je vous laisse découvrir par vous-même.

 

Toutes ces anecdotes illustrent les différents sentiments qui se bousculent chez Véronique de sa petite enfance à sa vie de femme : suivant les âges et les événements du quotidien, elle les regarde avec amour ou haine, rejet ou admiration, stupéfaction ou honte, colère ou émotion... mais finalement surtout avec une très grande fierté .

 

J'ai donc beaucoup apprécié ce roman écrit dans une langue très vive. Des phrases, des paragraphes et des chapitres très courts, certainement le reflet du bilinguisme de l'auteure : des tas de choses à raconter mais l'habitude du silence et de la communication sans fioritures. Et puis beaucoup d'humour aussi.

 

 

Vraiment, si le résumé vous parle, vous donne envie ou vous fait sourire, vous pouvez y aller les yeux fermés. 

 

Ma note :

 

D'autres avis : Tout d'abord un avis différent du mien chez MicMélo qui n'a pas vraiment apprécié, par ICI. Ensuite, le très beau billet qui m'a donné envie de le lire, chez Séverine (clic), le coup de coeur de Scarlett (clic) ou encore celui de FlightofSwallow (clic).

 

 

2/6

 

19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 12:09

 

 

 

Ça fait plus d'un an que je n'ai pas participé au Top Ten Tuesday mais en lisant le Top du petit Bouchon des Bois (clic), j'ai eu envie de rédiger ce billet, qui pourrait être 10 fois plus long tant j'ai souvent été avisée de suivre les conseils lecture de mes amies, collègues, blogueuses et blogueurs. Car cette semaine, le thème est :

 

Les 10 livres préférés que vous n'auriez jamais lus

si on ne vous les avait pas recommandés/offerts

 

Voici donc 10 romans (mais vraiment j'aurais pu en mettre 20,30 ou 40, voire plus) sur lesquels je ne me serais certainement pas arrêtée en librairie, soit parce que je ne connaissais pas du tout l’auteur, parce que le titre ou la couverture ne me plaisait pas, voire même parce que le pitch ne me tentait pas du tout.

 

Et pourtant, en suivant chacun de ces conseils lecture, je suis tombée sur ces 10 romans, parmi ceux que j’ai préférés de toute ma carrière de lectrice (et je vous les conseille donc tous vivement)! Alors merci beaucoup à tous ces tentateurs.

 

 

 

La petite fille qui aimait la lumière, de Cyril Massarotto. Ce partenariat proposé un vendredi sur le forum de Livraddict n'avait pas trouvé assez d'amateurs alors je m'étais proposée un peu par hasard. Et je me suis retrouvée avec une magnifique histoire pleine d'émotions, que j'ai adorée (CLIC pour mon billet). Merci Jess, et toute la team Livraddict !

 

 

 

La maitresse de Rome, de Kate Quinn : c'est mon tout premier SP (Service de Presse). L'attachée de Presse m'avait contactée pour me dire tout le bien qu'elle pensait de ce roman qui devrait me plaire. Le pitch (la Rome antique) ne me tentait pas mais j'ai eu envie de lui faire confiance et je l'avais donc reçu 2 semaines avant sa sortie (Waouh je n'en revenais de recevoir un roman avant sa sortie!). Et bien m'en a pris puisque ce fut l'un des plus gros coups de coeur de mon blog que je dois à 100% aux conseils avisés de cette attachée de presse désormais la plus chère à mon coeur (CLIC pour mon billet). Merci Sophie !

 

 

 

Enola Game, de Christel Diehl. Je ne connaissais ni cette maison d'édition ni cette auteure mais le billet de Noukette (clic) m'avait touchée en plein coeur et il fallait que je le lise. Et ce fut une magnifique découverte (CLIC pour mon billet). J'attends d'ailleurs impatiemment que cette auteure nous offre un nouveau roman. Merci Noukette !

 

 

 

Silo, de Hugh Howey : de la SF avec des silos sous terre et de la nanotechnologie... mouais... un roman que j'aurais pu prendre en main en librairie mais que j'aurais certainement reposé. Et pourtant. Deux de mes blogs préférés en ont parlé avec enthousiasme (Charabistouilles et Stephanie-Plaisir-de-Lire) et je devais donc absolument le découvrir aussi ! Et Silo est certainement en passe de devenir ma saga SF préférée ever (CLIC pour mon billet). Je trépigne d'impatience de lire le tome 3 en octobre ! Merci Chacha et Stephanie !

 

 

 

Dieu me déteste, de Hollis Seamon. Je ne connaissais pas cette toute jeune maison d'édition, je trouvais le titre BEURK et la couverture tout aussi laide. Rien pour moi dans ce roman donc. Et pourtant, j'ai lu le billet de Jérôme Dunebergealautre (clic) et j'ai moi aussi eu envie d'être revigorée et d'avoir la gorge serrée par cette lecture. Et le plaisir de lecture fut au-delà de toute espérance (CLIC pour mon billet). Merci Jérôme Dunebergealautre !

 

 

 

Allumer le chat, de Barbara Constantine. Du temps où j'étais collègue avec La Fée Lit (clic), dans le même lycée, elle n'avait pas encore de blog. Et moi je ne lisais plus du tout depuis des années, dégoutée que j'étais de mes lectures de classiques imposées durant mon Master en littératures romanes. Mais elle m'a conseillé ce roman, en me disant que ça plairait à nos élèves. Et grand bien m'a pris de l'écouter car c'est un des rares romans drôles que j'ai aimé et qui m'a effectivement fait rire à voix haute en le lisant (CLIC pour mon billet). Merci La fée lit !

 

 

 

Un tout petit rien, de Camille Anseaume. Je l'ai vu dans un "In My Mailbox" chez Jostein (clic), je ne connaissais pas du tout cette maison d'édition et je suis allée lire le résumé sur le net et j'ai eu une envie irrépressible de le lire. Merveilleuse découverte avec la plume de cette jeune auteure et avec son humour et sa dérision (CLIC pour mon billet). Merci Jostein !

 

 

 

Twilight, de Stephenie Meyer. Voilà une saga que je n'avais pas du tout envie de lire. Mais alors pas du tout du tout. Durant l'été 2011, j'avais déjà + de 30 ans, et je me disais vraiment que ce n'était pas pour moi cette.... grosse daube commerciale digne d'ados prépubères. Et pourtant avec toute la passion qui dégoulinait des mots d'Angie quand elle me parlait de sa lecture, j'ai emmené les 4 tomes en vacances et je les ai dévorés en 7 jours. Waouh quelle lecture intense (CLIC pour mon billet).  Merci Angie !

 

 

 

L’invisible, de Robert Pobi. Un thriller dont le résumé ne me parlait pas vraiment, et un auteur inconnu au bataillon. Mais Lisalor (clic) et Myarosa (clic) semblaient avoir été retournées par cette lecture époustouflante. Alors j'ai cédé. Et j'ai adoré (CLIC pour mon billet). Merci Lisalor et Myarosa !

 

 

 

Le faire ou mourir, de Claire-Lise Marguier. Une couverture que je trouve... laide, un titre un peu racoleur, et un pitch qui ne me tente pas plus que cela. Et pourtant Stephie en dit tellement de bien dans son billet (ici). Alors je succombe, je me l'offre et je ressors 100 % charmée par cette histoire intense (CLIC pour mon billet). Merci Stephie !

 

 

Et vous, quels sont les romans qque vous avez découverts grâce aux conseils de quelqu'un et puis que vous avez adorés ? Et cela vous est -il déjà arrivé d'en découvrir un entre les lignes de ce blog ?

 

Belle journée à vous,

 

Cajou

16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 12:57

 

 

J'ai découvert hier un article de L'Express (ICI) que j'ai trouvé très intéressant et que je partage donc avec vous.

 

 

Forbes a publié son "Top 100 des célébrités les plus puissantes", comme chaque année, et voici les 12 premiers noms.

 

 

Toute la liste du top 100 par ICI.

 

Les critères pour calculer ce top sont nombreux, comme leurs revenus directs, ceux engrangés grâce à la publicité, leur impact dans l'industrie culturelle, mais aussi leur nombre de fans sur les réseaux sociaux, ou encore le nombre de mentions dans les médias, etc. 

 

Et j'ai été étonnée, et plutôt contente également, d'y trouver des écrivains. Certes, on retrouve des habitués de ces classements comme la multimillionnaire JK Rowling, cependant d'autres noms m'ont davantage surprise, surtout qu'ils arrivaient avant elle dans le classement.

 

 

 

Alors qui sont ces 6 écrivains les plus puissants ?

Réponse en images !

 

 

James Patterson - 37ème

   

 

Je ne connais pas bien cet auteur car je ne l'ai jamais lu. Cependant, dans l'article de L'Express, on apprend que cet auteur est loin d'écrire ses romans ou en tout cas loin de les écrire tout seul : il sort environ 14 romans par an (sic) grâce à ces "co-auteurs". Humf . Personnellement ça me fait passer toute envie de le lire.

 

 

 

 

Dan Brown - 78ème

 

Pas besoin de présenter le Monsieur... L'Express nous apprend qu'il a vendu 200 millions d'exemplaires d'Inferno dans le monde, que ça lui a rapporté 20 millions € et que ça devrait encore bien augmenter avec la sortie du film en 2015 !

 

 

 

 

John Green - 79ème

 

 

Je ne m'attendais pas à le trouver dans ce top ! L'Express nous explique qu'en plus de son million d'exemplaires vendus de "Nos Etoiles Contraires" et de l'adaptation au cinéma, John Green a 3 millions de Followers sur Twitter, et sur Youtube.

 

 

 

 

Stephen King - 82ème

 

Ses romans continuent de se vendre comme des petits pains, "Under The Dome" a été adapté en série... tout roule pour le King !

 

 

 

 

J.K. Rowling - 84ème

 

Tout roule pour Madame Rowling, elle continue majoritairement de profiter des retombée d'Harry Potter.

 

 

 

 

Veronica Roth - 95ème

 

Autre grosse surprise du top pour moi ! A peine 25 ans et déjà dans ce Top 100 de Forbes, waouh ! 7 millions d'exemplaires vendus de "Divergent", l'adaptation au cinéma et des centaines de milliers de Followers sur Twitter.

 

 

 

 

 

 

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre, j'attribue une "note" mais pour éviter les chiffres, on va faire comme partout ailleurs : des symboles, et ici, ce seront des plumes...



1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !!  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

 

http://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.pnghttp://www.livraddict.com/forum/img/smilies/heart.png= Coup de coeur

Trouver Un Billet

Plume de Cajou on Facebook

Ce que Cajou lit...

 

Challenge GoodReads

2014 Reading Challenge

2014 Reading Challenge
Christine has read 3 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs