19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 21:14

 

 

 

Résumé : Un parfum de scandale sexuel flotte dans le milieu universitaire depuis la mort, à New York, d'Irène Montès, une intellectuelle de renom. Alors qu'elle devait donner une importante conférence sur les gender studies, son cadavre a été retrouvé nu dans une chambre d'hôtel, au côté d'une poupée gonflable. Mais qui était-elle vraiment ? À travers les yeux de son mari, Léon Garry, professeur à la Sorbonne, la flamboyante personnalité d'Irène nous est peu à peu dévoilée, tout comme la relation trouble qui unissait les deux époux. Jadis mentor d'Irène, Léon était devenu son pantin, dans un théâtre de la cruauté qui le condamnait au rôle de voyeur. Jusqu'ou peut dériver un homme dont les fantasmes inassouvis brouillent la perception du réel et de l'imaginaire ?

 

 

 

Allez, c'est parti, en avant pour le cru 2015 de la rentrée littéraire, avec un premier roman, publié chez Julliard.

 

Le roman s'ouvre sur un prologue en forme de revue de presse, qui ancre immédiatement le récit dans le réel, à travers une dépêche AFP et les articles du Monde, de Métro ou encore de Libération, qui nous présentent l'affaire du Soho Grand Hôtel (nommément comparée à celle du Sofitel de DSK).

 

Les deux protagonistes sont un couple d'intellectuels, enseignants à la Sorbonne. Irène est une femme libérée, égoïste, jouissant d’être au centre de toutes les attentions (des hommes, de ses étudiantes, du monde universitaire de France et d’USA) pendant que son mari, Léon, étouffe et décline dans son ombre,... honteux, jaloux, humilié et meurtri, à en perdre la raison. Mais au fil de l'histoire, les rôles ne sont plus aussi manichéens et on ne sait plus que penser exactement d'eux et de leur relation malsaine.


L’écriture est très particulière, j’ai notamment été impressionnée par la capacité d’Anne Akrich à jongler entre différents styles : on navigue entre des litanies hypnotiques, une écriture hachée et tranchante, de belles lettres enflammées, et parfois, on a même l’impression d’être dans une pièce de théâtre avec ses didascalies. Une plume de talent, indéniablement.

 

Cependant, il manque selon moi à ce roman une vraie atmosphère noire et glauque : l’intrigue et les mots le sont, mais on ne se sent pas enveloppé dans cette noirceur contée, on reste à distance. Idem pour l’érotisme vendu en quatrième de couverture, il est plus dans les mots crus que dans une réelle ambiance. Plus l'histoire avance et plus elle est dérangeante, surtout quand la folie pointe le bout de son nez, gagne du terrain à chaque page, jusqu'à l'étouffement, et nous entraîne dans un tourbillon où il devient difficile de faire la part des choses entre réalité et paranoïa. Malheureusement pour moi, cette folie m'a un peu perdue en cours de route et j'ai terminé ma lecture extérieure à l'histoire. Quant à la fin, elle part dans une espèce de délire métaphorique olé olé qui ne m'a pas convaincue.

 


En bref, du bon et du moins bon pour ce récit dérangeant et sulfureux.

 

 

Ma note :

 

 

 

1ère lecture de la rentrée littéraire 2015

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laure 23/08/2015 20:59

J'adore moi les vraies atmosphères noires et glauques, alors si c'est justement ce qui manque, je ne vais pas me précipiter

Alex-Mot-à-Mots 23/08/2015 20:00

Dérangeant et sulfureux ? Voilà qui va faire vendre.....

Stephanie plaisir de lire 21/08/2015 21:42

Bon je partage totalement ton avis sur lambience.moi cest plus le milieu qui ma derangée et deplu. Mon billet bientot, au retour de vacances. Bisous

Noukette 21/08/2015 14:45

Ayé, fini... je suis complètement passée à côté, c'est peu de le dire !

Stephie 21/08/2015 08:21

Il est sur ma PAL, ça tombe bien ;)

Jacqueline 21/08/2015 07:32

Mwais ... je ne pense pas que ce roman pourrait me plaire ...

LaFée 20/08/2015 20:25

Mwouais, peut-être, mais l offre est tellement importante et les envies tellement nombreuses que je me dis que ce titre ne me sera pas indispensable :-)

Cajou 20/08/2015 20:41

C'est un peu un "Délicieuses pourritures" au gout du jour avec les comparaisons à Grey et à DSK :)

Léa Touch Book 20/08/2015 20:19

Je suis très curieuse, j'ai hâte de le commencer :D
50 shades : moins sulfureux que le Teulé j'espère ? xD

Cajou 20/08/2015 20:22

Je pense que ça ne va pas te plaire.... C'est pas grossier comme le Teulé mais c'est quand même malsain...

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs