13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 21:44

 

Attention, ce billet contient des gros mots http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/0060.gif

Vous voilà prévenus http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0045.gif

 

« La Pluie et le Beau Temps » est un roman de Lily King, paru ce 15 mars aux Presses de la Cité. Le titre et la couverture avaient tout pour me séduire et le contenu fut tout à fait à la hauteur.


Nouvelle-Angleterre, dans les années 70. A 11 ans, Daley ne connaît qu’un héros : son père, Gardiner. Il est différent des autres, il chante à tue-tête, il plonge dans leur piscine pendant les barbecues, court nu dans le jardin et, surtout, il la fait rire. Ce que Daley ne comprend pas encore, c’est que son père adoré est alcoolique. Bientôt, sa mère demande le divorce, et chacun refait sa vie de son côté. Des années plus tard, Daley sort de l’université, diplôme en poche, bague de fiançailles au doigt. Son frère l’appelle, affolé : leur père est au plus mal, elle doit revenir de toute urgence pour s’occuper de lui. La cohabitation entre Daley et son père est tumultueuse. La jeune fille comprend qu’elle est prisonnière de cette relation abusive et que, si elle veut construire sa propre vie, elle devra trouver le courage de prendre son envol…

 

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1245/1245397-gf.jpg


Daley, c’est donc l’héroïne de ce roman. Dès les débuts, on la sent malmenée dans la relation tumultueuse qui lie son père et sa mère. Puis ils divorcent, et les choses ne font que se compliquer pour Daley, qui doit faire face à des parents peu soucieux d’elle (c'est le moins que l'on puisse dire!), qui la font endurer, inconsciemment ou non, des situations injustes. Daley est déchirée entre ses parents et c’est un personnage auquel on ne peut que s’attacher et qu’on a envie de serrer très très fort dans nos bras.


Puis il y a son père, le Héros de sa petite fille, Gardiner, ce personnage complètement irréfléchi, aussi fantasque que soupe au lait… qui se révèle en fait être un odieux connard (pardon, mais je vous avais prévenu) qui s’empresse de refaire sa vie et de faire peser la responsabilité du divorce sur les frêles épaules de sa fille. Il passe son temps à se préparer amoureusement des Vodka Martini qu’il s’enfile à longueur de journée au bord de sa piscine, il est vulgaire, il n’a aucune pudeur et en guise d’histoire du soir, il lit Penthouse (!!) à ses enfants. Ses « putain putain putain », j’ai eu envie de les lui refoutre au fond du gosier http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/en-colere.gif et de lui crier « Mais comporte-toi en père, espèce de minable ! ». Toutefois, dans ce roman rien n’est blanc ou noir, et malgré toutes ces horreurs, jamais je n’ai réussi à détester ce père… car en fait, plutôt qu’un sale type, c’est avant tout un pauvre type. Comme Daley, j’ai sans cesse vogué entre répulsion et fascination vis-à-vis de ce personnage (mais + de répulsion quand même hein, connard !)


Quant à la mère, elle est moins activement néfaste que Gardiner mais sa passivité ne cause pas moins de tort à sa fille. En effet, quelle brillante idée de môman que de prévenir sa fille des semaines à l’avance de son projet de divorcer, enfermant Daley dans un secret bien trop lourd à porter pour elle.


Les parents de Daley sont donc parfois maladroits, souvent indifférents, rarement aimants, de temps en temps mesquins mais ce sont surtout vraiment 2 nazes ! Le père a une nouvelle poule avec qui partager ses beuveries, la mère a un nouveau prétendant avec qui partager sa culture. Ils refont leur vie et Daley devient la pièce du puzzle en trop. Papa 1 – Maman 1 – Daley – 0 ! Daley subit, subit, subit. Elle ne trouve qu’un peu d’évasion dans les livres, ce qui lui vaut les moqueries de son père et de sa (connasse de) belle-mère.


Heureusement, dans la seconde partie du roman, après une ellipse d’une quinzaine d’années, on retrouve Daley, jeune adulte, qui a droit à des moments d’intense bonheur, de ceux qui réchauffent le cœur, et ça fait du bien, tellement de bien… Aaah ce beau Jonathan http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0016.gif ! Mais tout cela sera bientôt de nouveau terni par Gardiner qui est une fois de plus tombé dans les 36ème dessous et Daley va se sentir le devoir de le secourir, en mettant en danger son avenir prometteur…


Quant à la dernière partie, qui démarre de nouveau après une ellipse de 15 ans (on se retrouve durant la campagne de Barack Obama pour la présidentielle), et sur laquelle je ne vous soufflerai mot, elle très émouvante (prévoyez des mouchoirs http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/pleure4.gif), tout autant que la fin (des mouchoirs encore ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/pleure4.gif).


Il m’a fallu 3 jours pour arriver à rédiger ce billet et ils m’ont permis de mettre le doigt sur ce qui m’a plu dans ce roman, sur ce qui a su me faire passer du rire aux larmes, de l’amertume au sourire, de la colère à l’apaisement : c’est vraiment la façon de Lily King de traiter le thème principal de cette histoire, qui est la relation Père-Fille et il me semble que c’est l’un des sujets les plus riches et les plus touchants de la littérature… et de la vie.



Ma note : 4 b pn

 

EDIT : j'ai envoyé ce livre à Stéphanie-Plaisir-de-Lire suite à ce billet et elle a encore bien plus apprécié que moi ce livre qui l'a beaucoup touchée, voici son billet par ici.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cassandre 10/07/2012 12:09


Un roman que j'avais très envie de lire, la couverture est très jolie et le résumé promet une histoire dure sur un sujet intéressant. Ton avis me donne réellement envie de le lire !

Cajou 10/07/2012 12:27



Il faut que tu lises le billet de "Stéphanie Plaisir de Lire", elle a été très touchée par ce livre, encore plus que moi, je crois :)



Naminé 23/04/2012 22:31


J'adore ton billet Cajou ! Par contre la boîte à mouchoirs... pas besoin de ça en ce moment hihi

Cajou 29/04/2012 00:15



Ça c'est sûr que ce n'est pas une lecture à faire si on n'est pas au top de sa forme car ce n'est pas joli joli tout ce que doit subir la petite héroïne avec ses abrutis de parents !


Bisous Naminé et merci pour ta visite :)



MyaRosa 20/04/2012 12:36


Tu me donnes très envie de le découvrir. Il me tentait déjà beaucoup mais maintenant j'ai encore plus envie de le lire. Merci pour ce beau billet.

Cajou 29/04/2012 00:16



La Reine, que dis-je, l'Impératrice des Tentatrices... qui est tentée à son tour héhéhéhé


Bisous



Jacqueline 17/04/2012 18:01


Un billet qui va donner envie à plus d'un(e) ...... mais pas à moi .... pourquoi ? Peut-être le sujet, le personnage du père, la boîte de mouchoirs à prévoir ..... :-)

Cess 16/04/2012 08:53


Tu donnes très envie, mais j'ai quand même l'impression qu'il faut être dans un certain était d'esprit pour lire ce livre... non ?


En ce moment moi je veux m'amuser, du léger et des papillons dans le ventre :)

Stephie 15/04/2012 17:31


C'est pas bientôt fini d'agrandir les LAL des copines ? T'es pénible, hein, rires

Stellabloggeuse 14/04/2012 14:02


Grands dieux, je sens que c'est un livre qui me remuerait, je ne sais pas si je dois me jeter dessus ou le fuir... (les relations père-fille étant un sujet très sensible pour moi). Je comprends
en tout cas ta révolte devant des parents qui ne pensent qu'à eux, et tes gros mots sont tout pardonnés ! A lire tes récents avis, j'ai l'impression que les Presses de la Cité publient
d'excellents romans, il faudra que je songe à me pencher sur le catalogue. Merci pour ce beau billet Cajou :)

Natacha 14/04/2012 13:08


Malheureusement les histoires les plus réalistes sont souvent les plus dramatiques. Un roman qui me tente bien

stephanie plaisir de lire 14/04/2012 09:08


c'est toujours un plaisir de te lire :-).


Merci à toi  Il me tarde de le lire...

Titia 14/04/2012 08:04


Je suis très curieuse de lire ce roman, ton avis me donne envie de le découvrir. J'aime les histoires émuvantes, les histoires de la "vraie" vie ...


Très bel avis en tout cas !

Joanna 14/04/2012 06:46


Je dois dire que j'ai la chance d'avoir un père formidable, et justement je suis toujours touchée par les relations familiales, je le rajoute à ma wish-list celui-ci et le commanderai très
bientôt. Bisous

Cajou 13/04/2012 23:42


Stéphanie, à te lire, je suis sûre que ce livre va encore plus te toucher (ou bouleverser) que moi. C'est le coeur de ce roman : la quête d'affection ou même juste d'intérêt ("juste un sourire")
de la part de Daley envers son papa...


Bisous et merci pour ta visite et ta fidélité

stephanie plaisir de lire 13/04/2012 23:39


Ce livre (dont le couverture est très très belle d'ailleurs) a l'air chargé en émotions. Je me laisserai volontier tenter. D'autant que d'un point de vue personnel, la relation père-fille
est chez moi très....creuse et inexistante (et forcément douloureuse), alors je le note. Merci pour ce billet, qui valait bien 3 jours de réflexion . 


 

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs