7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:17

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle//LATTES/2013/9782709644747-T.jpg

 

 

Aujourd’hui, je vous présente encore un roman « court » de cette rentrée littéraire (186 pages) : « La ruche », écrit par Arthur Loustalot, jeune écrivain de 25 ans et publié chez JC Lattès


Résumé : De l'appartement où vivent Marion, Claire et Louise, le ciel n'est pas visible. Les portes sont ouvertes ou closes selon des règles tacites. Les mots circulent, vibrent et s'épuisent. Les murs de carton filtrent à peine les secrets. Depuis le départ de son mari, Alice sombre chaque jour davantage. Ses trois filles n'ont plus que leur amour à lui offrir. Mais l'amour peut-il nous sauver de nous-même ?


Premier roman de la rentrée qui ne me convainc pas. Non que ce roman soit mauvais (il est d’ailleurs encensé par tout un tas de critiques littéraires professionnels, bien plus connaisseurs que moi) mais cela n’a pas fonctionné avec moi.


Au niveau de la langue, Loustalot signe un roman original car les voix des 3 sœurs se confondent dans une espèce de melting-pot grammatical : pas de tiret pour insérer des dialogues, discours direct et indirect indistincts, des phrases qui interrompent sans cesse les précédentes, ce qui créé une espèce de bourdonnement incessant, rappelant le titre. Malheureusement, j’ai trouvé cette écriture peu claire –voire brouillonne- et donc, peu agréable à lire.


Si l’on ajoute à cela la chronologie sans cesse bousculée avec des allers retours incessants entre le passé et le présent, ça donne vraiment un ensemble… plutôt confus.


Et si la langue est étouffante, ce huis clos familial l’est tout autant. On découvre petit à petit des souvenirs du passé douloureux du couple des parents, par bribes. Les 3 sœurs assistent aux disputes qui s’enveniment et qui en arrivent aux mains, elles connaissent des secrets qu’on ne devrait pas connaitre à cet âge (« Papa a une maitresse depuis 2 ans, maman ») et la mère confie tous ses états d’âme à ses filles, depuis leur enfance. Ecœurant. Et l’odeur de cigarette (j’aurais dû compter le nombre de clopes qu’elles allument dans ce roman, une centaine au moins !) accompagnée des vapeurs d’alcool terminent de saturer l’atmosphère irrespirable de cet appartement.


Outre la plume, l’élément majeur qui a sans doute fait de cette lecture un échec est le personnage de la mère. Suite à sa séparation avec son mari, elle sombre dans la folie et elle entraine ses filles, sans aucun remords, dans cette spirale dépressive et hystérique. Le tout accompagné d’un chantage affectif à peine dissimulé. Une mère toxique qui crie, qui s’avachit, qui se lamente, qui se plaint, qui hurle, qui devient de plus en plus odieuse. Au début, j’ai sans cesse oscillé entre la pitié face à Alice (son mari ne l’a pas épargnée) et la rancœur en la voyant infliger cette vie qui n’en est pas une à ses filles sous prétexte de sa souffrance. Mais au bout du compte, elle a fini par m’insupporter au plus haut point.

 

Cependant, je dois reconnaitre à Arthur Loustalot un talent pour créer une véritable atmosphère. Car au final, tous ces éléments qui ont assombri ma lecture (la syntaxe, les dialogues mêlés, l’absence de chapitres, la mère, les portes continuellement fermées, l’odeur de cigarette, …) sont savamment utilisés afin de rendre ce huis clos asphyxiant,… Mais voilà, c’est trop, et ça fonctionne tellement bien que la lecture m’est devenue désagréable. Quand je lis, je n’ai pas envie de me retrouver prisonnière d’émotions négatives pendant 200 pages.


De plus, ce roman finit par être très répétitif et j’ai parfois eu l’impression de tourner en rond.


Quant à la fin…. Mouais ?


Une rencontre ratée donc. Mais finalement, je me demande si ce n’est pas intrinsèque au roman, si ce n’est pas la volonté de Loustalot de nous plonger à tel point dans cet univers désagréable qu’il en devient insupportable.


Ma note : 2 b pn1 b pn


Et voici 3 billets qui vous offrent un autre éclairage sur cette lecture : le billet de Vivelesbetises qui n’a pas du tout aimé, le billet tout à fait convaincu et enthousiaste de Dominique, et enfin, l’avis mitigé de Stéphanie-Plaisir-de-Lire

 


Un exemple (parmi tant d'autres) de cette langue qui ne m’a pas du tout plu (p.43) :

 

IMG_2460-copie-1.JPG

 

challenge 1 %

5/6

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 09/10/2013 11:34


La forme que tu dis brouillonne qualificatif avec lequel je suis tout à fait en accord m'a totalement empêché d'aller loin dans ce bouquin, et pourtant j'avias envie mais j'étais perdu étouffé,
comme un claustrophobe dans un ascenseur en panne

Guenièvre 07/10/2013 21:45


Le style est effectivement spécial, je comprends que tu n'aies pas aimé, pour ma part, je ne sais pas si j'aurai réussi à finir le livre! Je passerai mon chemin...

Christie 07/10/2013 21:03


Et bien je passe tranquillement !

Jacqueline 07/10/2013 17:38


Ton billet, la lecture de l'extrait ..... un roman qui n'est pas pour moi .... :-)

Caro Bleue Violette 07/10/2013 16:01


Eh bien pour le coup, cette narration atypique m'intrigue...ça me fait un peu penser à la narration de "Rien de grave" de Justine Lévy que j'avais beaucoup aimé. Je note cette Ruche ! 

vive les bêtises 07/10/2013 15:44


Je vois que comme moi ce sont à la fois le style, les personnages et les répétitions qui ne t'ont pas plu...

Coccinelle 07/10/2013 14:11


Bonjour Cajou, merci de ton commentaire sur mon article. Je trouve que tu expliques très bien ce roman et c'est vrai que ce huis-clos est étouffant mais j'ai pu aller jusqu'au bout et apprécier
un minimum cette histoire pas évidente à lire. Je vais regarder un peu ton blog, bonne semaine et à bientôt.

cledesol 07/10/2013 14:10


Je dois dire que si la 4ème de couverture pouvait laisser entrevoir un roman qui pourrait me plaire, ton billet et surtout l'extrait que tu as publié, me font au contraire penser qu'il vaut mieux
que je passe mon chemin.


^^

stephanie plaisir de lire 07/10/2013 12:39


c'est vrai que nous avons un avis assez similaire, même si tu es quand même moins emballée. Tu arrives plus à détailler les points faibles de ce roman je trouve.

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs