1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 19:06

 

 

 

Résumé : Une famille belle et distinguée. Une île privée. Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé. Un groupe de quatre adolescents - les Menteurs - dont l'amitié sera destructrice. Une révolution. Un accident. Un secret. Mensonges sur mensonges. Le grand amour. La vérité.

 

 

Deux collègues m'ont très vivement recommandé cette lecture avant le congé, en me disant qu'une fois ce roman terminé, on n'avait qu'une seule envie : le relire depuis le début.

 

Peut-être que mon cerveau s'est alors mis en mode "méfiance", mais toujours est-il que ce twist ("énorme", "inattendu" , "choquant", d'après les billets tous unanimes à ce sujet), je l'ai deviné alors que je n'avais pas encore terminé le premier des 5 chapitres... ARGH. Et pourtant, je rejoins les avis enthousiastes, ça doit vraiment être quelque chose de se laisser cueillir par un tel twist : d'ailleurs E. Lockhart a tout de même réussit à m'émouvoir dans les dernières pages, que j'ai trouvées touchantes, même si je savais déjà (en partie). Mais du coup, mon plaisir de lecture a tout de même été amoindri.

 

Mis à part cela, j'ai trouvé la narration plutôt efficace dès les premières page et grâce à la voix de Cadence, je me suis retrouvée propulsée au milieu de cette bande d'amis inséparables, ces Menteurs, sur Beechwood Island, l'île privée de cette famille aussi parfaite que riche... Du moins, en apparence.

 

Et c'est pourquoi, malgré la surprise ratée, mon avis reste assez positif, car je suis plutôt friande de belles histoires d'amitiés adolescentes, de premiers émois, de secrets sordides de famille, de rivalités malsaines, et d'émotions (un peu à la Megan Abbott) ... Et cette bande de Menteurs - Mirren, Johnny, Gat et Cadence - a réussi à me garder intéressée, malgré la découverte du pot aux roses.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : un coup de coeur pour Léa Touch Book ICI, et idem pour LaPetiteLibrairiedeSophie ICI, "magnifique, cruel et inoubliable" pour Alice Neverland ICI, "époustouflant" pour SurunairdeBohème ICI, "un livre à lire absolument" pour Bibliophilia ICI, mais MamalleauxLivres n'a pas du tout aimé ICI, "agaçant, creux, long, ennuyeux" pour Darktoys ICI, et "tout ça pour ça" pour Abookaroundthecorner ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 18:53

 

 

Hello Hello,

 

Mon dernier "In My Mailbox" date du 20 novembre 2016. Alors forcément, celui-ci est conséquent, et pourtant incomplet parce que je n'ai pas eu le courage (Shame! Shame! Shame!) de rassembler tous les petits adoptés des mois de décembre, janvier et février.

 

Mais voilà une photo de ceux que j'ai retrouvés pour la photo de groupe.

 

 

 

 

 

Un IMM très varié, comme je les aime donc, avec :

 

 

Du THRILLER

 

 

Du YOUNG-ADULT / JEUNESSE

 

 

De la littérature CONTEMPORAINE

 

 

Du POST-APOCALYPTIQUE

 

 

 

 

Je vous souhaite une belle semaine de lecture,

 

Cajou

 

Partager cet article

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 20:45

 

 

 

 

Résumé : Provence. Une journée de juin comme une autre... jusqu'à ce que tout bascule dans l'horreur. Imaginez que tous vos repères quotidiens ne soient soudain plus que des résidus du passé. C'est la situation à laquelle Patrick, un agriculteur asocial, se retrouve confronté de la manière la plus brutale possible. Et que va-t-il bien pouvoir faire de cette foutue gamine qu'il vient de sauver de ces monstres qui errent dehors ? Sa vie vient de changer à tout jamais et pourtant ce n'est que le début...

 

On doit ce roman post-apocalyptique à un grand amateur (et connaisseur) de la culture zombie, Paul Clément, un jeune auteur français. Dans "Les décharnés", l'originalité, c'est le cadre très familier de la Provence. On se retrouve plongé au coeur des rangées de ceps de vignes, des oliviers, des cigales ; et sous ce soleil écrasant, ça sent bon les grands pins. Enfin, ça sent surtout la mort, avec cette odeur nauséabonde et pestilentielle dégagée par ces zombies qui ont envahi soudainement le monde.

 

Le roman offre bien sûr de nombreuses scènes caractéristiques du genre : ça gicle de partout, on éclate du zombie à tour de bras, avec marteaux, pelles, battes, poêles, bref tout ce qui tombe sous la main et qui permet de se tenir à l'abri de leurs crocs affamés. Mais en plus de toutes ces scènes de dégommage en règle (quelquefois trop répétitives, ce qui alourdit un peu le rythme en milieu de roman), l'auteur a eu la très bonne idée de choisir en guise de héros un couple aussi improbable qu'irrésistible, celui formé par un vieil agriculteur misanthrope, bourru et grincheux, et une douce petite fille tout à fait attachante. Une très belle relation se construit entre eux, et j'ai eu le coeur serré et la larme à l'oeil à plusieurs reprises.

 

A noter également, loin de certaines oeuvres un peu "commerciales" du genre, la langue de Paul Clément est tout sauf mécanique et formatée : une plume très soignée et même raffinée qui offre un joli contrepied aux tripes et boyaux qui parsèment le livre. Et également une écriture très évocatrice qui nous permet de visualiser l'histoire d'un bout à l'autre, jusqu'à nous faire sentir ces terribles odeurs qui poursuivent -ou précèdent- ces hordes de monstres sanguinolents en putréfaction.

 

En bref, un bon moment de divertissement !

 

Ma note : 4 b pn

 

D'autres avis : un coup de coeur pour Laëtitia ICI et pour Just2readbooks ICI, une très bonne lecture pour Léa Touch Book ICI, un roman captivant pour Ilestbiencelivre ICI, "prévisible et bateau" pour Jadelit ICI, "tout ça pour ça" pour My Little Anchor ICI, mais 10/10 pour Emilivre ICI.

Partager cet article

Repost 0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 11:37

 

 

 

Résumé : Tout l'art de Jean Teulé résumé en 40 brèves nouvelles, détonantes, surprenantes, poétiques et drôles ! Pour échapper à l'atmosphère plombée qui nous étouffe, Jean Teulé a décidé d'aller voir les gens, de s'asseoir à leur table et d'écouter leurs histoires. Il n'a pas regretté le voyage. Ils sont incroyables, les gens. Ils sont capables de tout. Ou vont-ils chercher cette stupéfiante énergie ? Comment peut-on se montrer tour à tour si meurtris et si joyeux ? Être tout à la fois si tendres, émouvants et féroces. Ne jamais renoncer, ne jamais céder, toujours inventer, toujours rêver et toujours rire. Respirez ! À fond ! Et laissez vous emporter par la fantaisie malicieuse et cruelle de Jean Teulé qui dit l'extraordinaire des destins ordinaires.

 

Jean Teulé est un auteur dont la plume me plaît beaucoup et c'est donc avec envie que j'ai accueilli son dernier ouvrage, "Comme une respiration".

 

150 pages pour 40 micro-nouvelles, comme des instantanés du quotidien captés par son regard et retranscrits dans sa plume si caractéristique, faite de poésie et de force, mais aussi d'humour et de gouaille. On a l'impression que Jean Teulé se promène, carnet à la main, et note ses observations et pensées sur des petites scènes de la vie de tous les jours croisées çà et là. Le ton varie, du plus émouvant au plus loufoque, du dramatique au léger, et il nous fait également voyager à travers le monde, en France ou en Afrique.

 

Cependant, même si j'ai retrouvé avec bonheur le sens de la formule de Jean Teulé, j'ai trouvé que ça manquait vraiment de consistance. Car en lisant ces petits textes, j'ai souvent eu l'impression de rester en surface, à l'écart du plaisir un peu "égoïste" de l'auteur, et je n'ai pas trouvé de réelle unité à cet ensemble un peu fourre-tout.

 

En bref, une lecture sympa mais loin d'être indispensable.

 

Ma note :

 

D'autres avis : Jostein a beaucoup aimé ICI, tout comme L'ivresse littéraire ICI, et Karaokepda en redemande ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 11:44

 

 

 

Résumé : Léo et son fils, Thomas. Esther et sa fille, Morgane. Ils décident de passer des vacances ensemble. Les premières pour cette famille recomposée. L'endroit : une maison isolée, en bord de mer dans un coin perdu de Bretagne. Seulement, Thomas déteste son père. Il lui en veut de refaire sa vie après "le drame"... Il déteste aussi Esther, déteste ces vacances et déteste cet endroit. C'est vide. Dépeuplé. Il n'y a rien à faire ici... Il voudrait aussi détester Morgane. Il n'aime pas ses attitudes, ni la façon qu'elle a de le regarder fixement ou de toujours sourire quand il ne faut pas. Malgré cela, elle a des tas d'idées originales pour faire passer le temps...

 

En apparence, ce roman contient tous les ingrédients pour faire un roman à suspense efficace. Du mystère en veux-tu en voilà, des personnages étouffés par les secrets et les mensonges, une maison isolée en Bretagne propice à une atmosphère pesante et un danger palpable (une baignoire à l'eau écarlate, des scarabées broyés, une tuyauterie percée, des mouettes moqueuses, une maison abandonnée,...).

 

Sauf que plus l'histoire avance, plus on découvre petit à petit les secrets des uns et des autres et que c'est too much. Car forcément en réunissant coûte que coûte autant d'éléments et de thèmes du thriller (maison isolée, meurtre, suicide, disparition, famille brisée, folie, mensonge), on créé quelque chose de sombre mais de peu crédible. Plus j'ai avancé dans cette lecture et plus j'ai trouvé le tout complètement tiré par les cheveux, me faisant de plus en plus soupirer devant tant d'éléments abracadabrants.

 

Ajoutons à cela des personnages construits aux forceps pour les rendre mystérieux et menaçants, tout comme le pourcentage de "menace" indiqué au début de chaque chapitre, comme si le lecteur avait besoin de ces indications artificielles pour comprendre que la menace gronde. Pourtant durant la première moitié, l'auteure brouille les pistes avec talent afin que l'on se demande sans cesse qui est le vrai "méchant" de l'histoire. Et c'est bien fait, ... avant que ça ne devienne prévisible.

 

Enfin, il y a ces personnages d'enfants, Thomas et Morgane, qui ne sont pas sans faire penser à ceux du film "Le Bon Fils", mais que j'ai trouvés caricaturaux dans leurs failles, et encore moins crédibles que l'histoire en elle-même (non, mais sérieusement, le cliché du psychopathe qui, enfant, fait du mal aux animaux, on peut s'en passer une fois ?)

 

En bref, trop de mystère tue le mystère.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : Coup de coeur pour Delcyfaro ICI, Séverine d'Ilestbiencelivre a adoré ICI (à 46 minutes), Choupinette a aussi adoré ICI, et manque de crédibilité pour BlackKat ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 19:22

 

 

 

 

Résumé : Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, 17 et 18 ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre, il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses. Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

 

"Dans la forêt" est l'une des dernières parutions des Éditions Gallmeister et je ne peux que vous la conseiller. En effet, même si le résumé laisse à penser à du "post-apocalyptique", c'est bien plus que cela : c'est aussi un roman familial, un roman initiatique, un roman contemporain, un roman à suspense, mais aussi et surtout du "Nature Writing"... Jean Hengland nous offre une histoire envoutante, décrivant à merveille le parcours et l'évolution de ces 2 soeurs, dans cette forêt tantôt hostile, tantôt salvatrice.

 

Nell et Eva sont isolées de tout et elles se réchauffent le coeur et le corps comme elles peuvent : en se remémorant les souvenirs communs de "l'avant", en dansant jusqu'à l'épuisement, ou en lisant chaque entrée de l'encyclopédie méthodiquement. Et plus que tout, en gardant l'espoir de réaliser leurs rêves, une carrière de danseuse étoile et une admission à Harvard.

 

Quand on lit "Dans la forêt", on est immergé totalement avec cette famille au coeur de ces dizaines d'hectares de nature à Redwood, ... une vraie fugue dissociative (coucou Nell ^^) qui a quelque chose d'animal, d'organique, et qui touche du doigt l'essentiel, l'instinctif et le vrai. Et on ne peut plus regarder son quotidien du même oeil : une boîte d'allumettes, un cahier vierge, un long bain chaud, une conserve de pêches, une paire de pointes raccommodées, une bouteille de Grand Marnier, un tiroir, ou du thé blanc,... tout a une saveur différente.

 

C'est un roman que j'ai trouvé très beau. Emouvant. Fort. Prenant. Et aussi original, notamment grâce à l'une ou l'autre scène assez dérangeantes, qui montrent que l'auteur n'a pas eu peur de dérouter son lecteur. Une histoire où le contexte post-apocalyptique n'est pas fait de guerres, d'horreurs et de monstres (quoique) mais bien de la découverte de l'humanité -incarnée par ces deux soeurs- menacée.

 

En bref, j'ai adoré ce roman que j'ai trouvé excellent.

 

Ma note :

 

 

 

D'autres avis : coup de coeur pour Noukette ICI, pour Léa ICI, et pour Mymy ICI. Cassandre a adoré ICI et un avis un peu moins positif pour Girlkissedbyfire ICI.

 

 

Et si je suis très triste d'avoir dû lâcher les mains de Nell et d'Eva en tournant la dernière page, je suis ravie de pouvoir encore passer un petit bout de chemin avec elles, en regardant très bientôt l'adaptation cinématographique qui en a été faite "Into the forest".

.

Partager cet article

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:48

 

 

 

Résumé : Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée dans une famille d'accueil aisée, les Thomas-Blythe. Elle vit aujourd'hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de passer inaperçue. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille des Thomas-Blythe, qui ignore tout de sa véritable identité. À l'ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d'un cran pour la jeune fille ...
 

 

Première lecture de l'année et premier succès ! En effet, ce thriller paru aux Éditions Sonatine a tout simplement tenu toutes ses promesses.

 

Tout d'abord grâce à Milly, cette héroïne tout à fait singulière, et aussi attachante que dérangeante. On se prend très rapidement d'affection pour elle, c'est un personnage passionnant, aussi lumineux que noir, qui nous fait sans cesse remettre notre jugement en question sur elle, ne sachant jamais réellement si elle a besoin d'être protégée ou surveillée... Comme elle, on doute : est-il possible d'échapper au monstre tapi dans son ADN ?

 

Puis surtout grâce au talent d'Ali Land (dont c'est le premier roman !) qui maîtrise avec brio l'art du suspense : tout s'enchaine, on est tenu en haleine, le doute est partout, on se pose mille questions, et on est continuellement à l'affut d'un éventuel basculement.

 

Comme beaucoup de romans noirs qui entrent dans l'intimité des psychopathes, on est forcément un peu dans l'exagération et dans l'extra-ordinaire, mais il n'en demeure pas moins que ce roman est diablement bien fichu et hautement addictif ! Un seul minuscule bémol, je trouve que le titre original est bien meilleur que sa traduction française : "Good me, Bad me"

 

 

 

En bref, un très grand plaisir de lecture (qui fait commencer mon année littéraire sur les chapeaux de roue!).

 

Ma note :

 

 

Partager cet article

Repost 0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 14:11

 

 

 

 

Comme chaque année depuis 3 ans, je participe au Goodreads Challenge, et je fixe -tropgourmandequejesuis- mon objectif à 100 romans à lire sur l'année !

 

  • En 2O14 : j'ai misérablement échoué à 66 romans.
  • En 2O15, j'ai touché du doigt mon objectif (mais j'ai quand même échoué) : 91 romans.

 

Et en 2O16, je suis repartie la bouche en coeur, certaine que j'allais enfin réussir, et ... PATATRA, je me suis encore vautrée 

 

 

 

Bilan 2O16 : 70 romans lus

 

 

Bon, espérons que 2O17 sera enfiiiiin l'année de mon sacre  

 

 

Parmi ces 70 lectures, j'ai dressé mon Top & Flop, le meilleur et le pire de ce que j'ai lu cette année ! On commence avec la crème de la crème, mes chouchous, les romans que j'ai adorés, que je n'ai pas pu lâcher, ceux qui m'ont fait vibrer et ressentir une multitude d'émotions

 

 

 

ToP 10

(clic sur les numéros pour lire mes billets)

 

1

 

 

2

 

 

3

 

 

4

 

 

5

 

 

6

 

 

7

 

 

8

 

 

9

 

 

10

 

 

 

Et enfin, voici 5 lectures que je n'ai pas (du tout) appréciées -voire détestées- pour diverses raisons

 

 

 

 

FLoP 5

(clic sur les numéros pour lire mes billets)

 

 

1. L'usine à clichés de l'année

 

 

 

 

2. Le raté de l'année

 

 

 

3. Le délire WTF de l’année

 

 

 

4. Le Jesuiscomplètementpasséeàcôté de l’année

 

 

 

5. La déception de l'année

 

 

 

6. Puis quelques très BOF aussi

 

 

 

Et vous, avez-vous un top/flop 2O16 ?

 

 

Je vous souhaite de passer un très beau réveillon  et que 2O17 soit un bon cru !

 

Cajou

 

 

Partager cet article

Repost 0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 20:30

 

 

 

Résumé : Vic Howard a toujours été transparent, ignoré de tous, même de sa propre mère. Un soir, alors qu’il s’ennuie à une fête, il remarque que Callie, une fille de son lycée, a beaucoup trop bu. Il décide de lui venir en aide. Au matin, la police sonne chez Vic : Callie a été violée, il est le principal suspect. Du jour au lendemain, il est le centre de l’attention, tous le considèrent coupable. Sauf Autumn, la meilleure amie de la victime, qui compte bien s’allier à Vic pour découvrir une vérité que tout le monde préfère taire.

 

 

Ayé ayé, me revoilà après une panne de lecture de 6 semaines... Et c'est ce petit roman Young Adult qui m'a sorti la tête hors de l'eau.

 

En effet, voilà une histoire qui se lit toute seule, et qui plaira à beaucoup d'ados, notamment en raison de sa narration efficace, et de son histoire d'amour adorable. Mais également grâce à son thème -le viol- traité de façon juste et intelligente : on est confronté à ce qui se passe du côté de la victime, mais également des suspects et du coupable.

 

Quant aux personnages, ils sont plutôt réussis et attachants, même s'ils sont (très) stéréotypés, avec Brett le beau gosse adulé, Vic le gars différent et à l'écart, ou encore la fille sexy, Autumn (qui est vraiment un très beau personnage !).

 

Néanmoins, si j'avais été tout à fait séduite par le précédent roman de Kelley York ("Sous la même étoile", mon avis ICI), j'ai un peu moins vibré pour celui-ci, notamment en raison des rouages un peu trop gros et "téléphonés" à mon goût. En effet, pas mal d'événements, de réactions, voire de rebondissements sont beaucoup trop prévisibles, et c'est dommage.

 

En bref, un Young Adult sympa.

 

Ma note

 

 

D'autres avis : 19/20 pour Justine ICI, Mylène a également adoré ICI, et une excellente lecture pour Val ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 13:57

 

 

Hello Hello 

 

En ce dimanche, je ne vais pas vous montrer tous les livres qui ont rejoint ma bibliothèque (ce sera pour la semaine prochaine) mais je ne vais vous présenter qu'un seul livre, car j'ai envie de mettre un petit coup de projecteur sur ce petit bijou, qui devient tout simplement à mes yeux le plus beau livre de ma bibliothèque 

 

 

 

Il s'agit de Alice's Adventures in Wonderland & Other Stories, de Lewis Carroll, ouvrage qui fait partie des Barnes & Noble Leatherbound Classics. Un joli bébé qui pèse 1165 pages et que je ne me lasse pas de contempler en gagatisant

 

Voici quelques photos :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beau dimanche à vous et à bientôt,

 

Cajou

Partager cet article

Repost 0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 10:23

 

 

 

 

Résumé : Et si un jour les chats communiquaient avec les hommes ? S’ils changeaient notre
histoire à jamais ? Dans la lignée des Fourmis, un roman où se mêlent Histoire, science, philosophie et humour. Bastet, une petite chatte montmartroise, aimerait bien communiquer avec sa « servante » humaine. Sa rencontre avec Pythagore, un chat de laboratoire appareillé pour pouvoir se connecter aux ordinateurs et qui sait tout des humains, va bouleverser sa vie. Le vieux matou futé se charge de l’éducation (très complète…) de la jeune Bastet alors qu’autour d’eux la violence envahit la société. Une vision ironique et décalée du monde des humains où les chats tentent de remédier aux folies de leurs prétendus maîtres.

 

 

Pfffffffff. Mais quel gros fail que cette lecture.

 

 

Pourtant, Dieu sait si je suis fan de cet auteur que j’admire tant : il m’a toujours séduite avec son originalité, son intelligence, et sa façon de partir d’éléments réels pour imaginer des réalités ou des futurs probables, plausibles, ou mêmes improbables (j’ai adoré « Les Fourmis », « Les Thanatonautes », « L’empire des Anges » -que j’ai relu 3 fois!- ou encore « L’arbre des possibles »).

 

Mais ici… ici… ici, … on tombe carrément dans le GROTESQUE.

 

Bernard Werber nous sert à la grosse louche des lieux communs sur les chats (ils sont doués de pensée, ils considèrent leur humain comme un serviteur, ils sont sneaky, …). J'ai trouvé le tout convenu, peu crédible et téléphoné. Et même si j'apercevais les traits d’humour ou d'esprit disséminés ça et là par l’auteur, jamais ils ne m’ont fait sourire ni rire.

 

Mais le pire pour moi, c’est que les romans de Werber poussent toujours le lecteur à considérer son quotidien d’un autre œil, à travers le prisme des découvertes de sa lecture, mais ici, en ce qui me concerne, nada : juste l’histoire de Bastet, une chatte pas vraiment attachante et de Pythagore, son matou de voisin qui a une clé USB mauve greffée sur le crâne (si si !). Puis alors ces réflexions sur le terrorisme, les guerres et les violences humaines :  quelle LOURDEUR. "Dans la lignée des Fourmis" qu'ils disaient... laissez-moi pleurer rire.

 

Vraiment, une grosse déception. Peut-être que ce livre devrait être rangé dans le rayon des 10-12 ans, mais je n'en suis même pas certaine parce que de ce côté-là, on a déjà « La guerre des clans » qui est tellement meilleur.

 

En bref, au secours, rendez-moi le Bernard Werber que j’aime !

 

Ma note :

 

D'autres avis : une lecture captivante pour Azilis ICI, un page-turner passionnant pour Cédric ICI, et mi-figue mi-raisin pour Mr K ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 17:20

 

 

 

Résumé : Caitlin, 12 ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié...

 
 
Wow. David Vann m'avait déjà complètement embarquée et conquise grâce son rebondissement aussi inattendu que traumatisant dans "Sukkwan Island" (mon avis ICI) mais je pense qu'ici, il a encore fait plus fort, en me faisant ressentir tant d'émotions fortes sans avoir besoin d'un twist ou d'un autre artifice.
 
Pfioouuuu... Quelle intensité... Dans l'histoire tout d'abord, mais également surtout dans ses personnages. En effet, David Vann pousse à son paroxysme la violence des rapports humains et familiaux, abordant les sujets de l'abandon, de l'impossible pardon, des remords ou encore de la lâcheté.
 
Au sein de cette famille, il y a Sheri, la mère, personnage tout à fait complexe : elle est douce et attentionnée, aimante et prévenante ; et puis lors du tournant du roman, on découvre en elle une haine et une colère tellement animales que la folie n'est jamais bien loin. Et le lecteur assiste à un déferlement de rage -complètement impuissant et terrifié- lors de scènes vraiment psychologiquement TERRIBLES (il faut s'accrocher)...
 
Et lors de ces scènes où la violence allait crescendo, je dois avouer avoir "craint" que la noirceur caractéristique de l'univers de David Vann ne dévore entièrement cette histoire, mais c'était sans compter sur son héroïne, la lumineuse petite Caitlin, insufflant à cette histoire un espoir salutaire, et rendant cette noirceur éblouissante.
 
Je pourrais continuer à écrire sur ce roman, encore et encore, pour vous dire combien j'ai aimé et vécu cette lecture, mais ce serait une erreur de vous en dire plus : je vous invite simplement à le découvrir et j'espère que vous vibrerez (tremblerez) autant pour Caitlin et sa famille que moi.

 

En bref, une histoire unique qui ne ressemble à aucune autre, des personnages charismatiques, une tension et une violence grandissantes, un malaise plus que palpable, et des émotions intenses, ... vous l'aurez compris : j'ai adoré.

 

(Un seul bémol : l'absence de marqueurs typographiques de dialogues, brrr, je n'aime pas du tout cela)

 

Ma note :

 

 

 

 

D'autres avis : un avis mitigé pour Girlkissedbyfire qui l'a trouvé trop violent et choquant ICI, une perle littéraire pour Léa Touch Book ICI, et une énorme claque pour Séverine Ilestbiencelivre ICI.

Partager cet article

Repost 0

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs