23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 19:45

 

Aujourd’hui, c’est d’un livre entre romance, drame et littérature contemporaine dont je vous parle : De l'air!, le premier roman d’une jeune auteure, Ange L. Curt, publiée chez Rebelle en septembre. Je l’ai lu en version e-book mais il sortira en version papier ce 15 décembre 2013 !


http://www.didactibook.com/images/thumbnails/0044/5935/9782365381734_large.png

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/18/Logo_rebelle.png/640px-Logo_rebelle.png

 

 

Résumé : Hugo et Lana ont tout pour être heureux : un beau mariage, une charmante maison, des enfants, de l’amour. Enfermée dans son rôle d’épouse et de mère, Lana décide de tout quitter lorsqu’elle reçoit plusieurs messages anonymes l’invitant à franchir le pas. N’écoutant que son besoin d’évasion, elle part, en pleine nuit, vers l’inconnu. Fait-elle le bon choix ? Sait-elle seulement où elle met les pieds ? Et si tout ceci était irréversible…


 

Voilà un roman qui, je le pense, saura parler aux femmes trentenaires (mais aux autres également, évidemment!) car cette histoire aborde notamment le thème de la « réussite de sa vie » : à l’âge où l’on s’est mariée, où l'on a eu des enfants, une maison… il arrive que  l’on puisse se demander si on est vraiment heureuse, si on a fait les bons choix, si une vie trépidante ne nous attendait pas ailleurs. Lana prend la décision que peu oseraient prendre : tout lâcher du jour au lendemain pour se lancer dans une aventure dont elle ignore tout.


De manière globale, voilà une lecture que j’ai appréciée malgré quelques faiblesses. Et je commencerai par ces bémols. Tout d’abord, l’héroïne, Lana, que j’ai souvent trouvée insupportable et trop centrée sur son nombril. Je n’ai pas aimé certaines de ses décisions (que je vous laisse découvrir par vous-même) et j’ai surtout été agacée par ses sautes d’humeur et son caractère ô combien versatile, oscillant sans cesse entre éclats de rire, euphorie/spleen de son ancienne vie/tristesse. En outre, j’ai trouvé que l’histoire était parfois un peu redondante : on change le cadre et on rejoue les mêmes scènes avec les mêmes interrogations et le même schéma. Enfin, je n’ai pas trouvées très pertinentes ni crédibles les nombreuses interrogations de Lana quant à son éventuelle mission de futur agent double… bof.


Pour le reste, ce roman se lit d’une traite parce qu’on ne peut faire autrement : on VEUT savoir qui est l’instigateur de cette « évasion », on veut en savoir plus sur Rick ; bref, les pages défilent toutes seules, notamment grâce à une langue moderne, avec des dialogues plein de peps et d’humour.


Ce que j’ai préféré, ce sont les souvenirs -très bien insérés dans la narration- de la rencontre d’Hugo et Lana, leurs premiers émois, leur amour naissant… à chaque fois, j’ai trouvé ces épisodes pleins d’émotion http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/amoureuxcoeur.gif (soOoOoo romantic ! Aaahhhhh ce Hugo, i fell in love ! http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/tresamoureux.gif). J’ai également beaucoup aimé tous les liens avec les USA, que ce soit les endroits qu’on y découvre (je n’y suis jamais allée), ou tous les anglicismes insérés çà et là qui donnent encore davantage de modernité au texte.


Enfin, last but not least, et c’est tellement rare pour moi que ça mérite d’être souligné : la FIN qui a comblé tous mes espoirs et que je n’avais pas vue arriver. Sans cette fin, j’aurais ajouté aux bémols un manque de crédibilité dans certains épisodes, une romance un peu trop « bisounours », des stéréotypes un peu trop récurrents, mais ça c’était AVANT d’avoir lu cette fin, qui explique beaucoup de choses. En outre, au début du roman, j’étais certaine de savoir, d’avoir compris le fin mot de l’histoire. Et que nenni !! Un retournement mené de main de maître par l’auteure, qui a effacé la rancœur que j’avais accumulée envers l’héroïne, qui apporte de nombreuses réponses et qui  donne une profondeur inespérée à ce que je pensais être une romance plutôt légère. Une fin qui m’a également beaucoup émue.


Il va sans dire que je suivrai avec intérêt les parutions futures d’Ange L. Curt, car malgré quelques petites maladresses, ce premier roman promet de très jolis petits frères et sœurs, j’en suis certaine.


Ma note : 3 b pn1 b pn



Sur Amazon, vous trouverez déjà une quinzaine d’avis, tous plus  enthousiastes et élogieux (génial, incroyable, magnifique, surprenant, etc.) les uns que les autres, par ICI.  


 


 

challenge 1 %

1er % : 6/6

2ème pourcent : 1/6


Partager cet article

Repost 0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 09:29

 

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/bc/b2/51/5354172/1507-1.jpg

 

 

Il y a 15 jours, on apprenait l'arrivée de la suite des aventures de Bridget Jones, faisant pousser des cris de bonheurs aux uns et laissant dubitatifs les autres (mon billet ICI).

 

Je découvre aujourd'hui la sortie d'un autre roman phare de la (bonne) chick-lit : "Le Diable s'habille en Prada" de Lauren Weisberger. Voici la bande annonce, et sa sortie est annoncée chez Fleuve Noir, pour le 07 novembre !

 

.

  
 

 

Résumé : Cela fait 10 ans qu'Andrea Sachs a démissionné du magazine Runway, 10 ans qu'elle a plaqué la capricieuse Miranda Priestly et ce job d'assistante pour lequel "des milliers de filles se damneraient". La papesse de la mode et ses exigences infernales ont eu raison de sa détermination. Depuis, Andy et Emily, son ex-collègue et ancienne ennemie jurée, sont devenues inséparables et ont joint leurs forces pour fonder un magazine de mode haut de gamme, "The Plunge", devenu la référence incontournable pour un public jeune et trendy. Eh oui, la roue tourne ! Andy a tout juste 30 ans, elle a du succès et elle est sur le point de se marier. Ses années de calvaire lui paraissent loin désormais, bien qu'elle fasse toujours attention de se tenir à distance de Miranda. Seulement, cette dernière sait reconnaître une opportunité quand elle en voit une et le magazine lui fait envie. Autant dire qu'elle ne va pas manquer de se rappeler à leur bon souvenir... La voilà de retour, plus diabolique que jamais !



Autant j'ai pris peur avec le résumé du troisième opus de Bridget Jones (la cougar, arf), autant ici, je suis plutôt très impatiente de m'offrir une nouvelle tranche de cynisme et de rires. J'ai adoré le premier tome, et j'ai beaucoup aimé l'adaptation cinématographique. Alors Oooh que oui, j'ai envie de retrouver la vilaine Miranda Priestly, j'adoOoOore cette méchante ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/diable-t-es-mort-974.gif


 

     http://images.fan-de-cinema.com/affiches/large/37/29698.jpg http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/FNO/P3/9782265085268.jpg http://a400.idata.over-blog.com/4/50/56/04/le_diable_s_habille_en_prada.jpg 

 

 

Et vous, ça vous fait envie ?

 

Bonne semaine,

 

Cajou

Partager cet article

Repost 0
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 10:56

 

http://cache.20minutes.fr/illustrations/2013/08/24/plus-beau-tous-pays-1398189-616x0.jpg


Une couverture très réussie, un titre qui fait envie, un book trailer mystérieux et un bon pitch : tous les éléments étaient réunis pour que je lise ce roman de la rentrée littéraire, écrit par Grace McCleen.

Résumé : Judith McPherson n’a pas grand-chose dans la vie. Elle vit avec son père au pied des montagnes, dans un pavillon silencieux, plein de reliques poussiéreuses, de souvenirs de sa mère qu’elle n’a jamais connue. Les McPherson vivent sous l’autorité de la sainte Bible : ils appartiennent à une secte, les Frères, qui étudient quotidiennement le texte et effectuent tous les dimanches du porte-à-porte dans les rues environnantes pour avertir de l’imminence de l’Apocalypse. Victime de brimades à l’école, Judith trouve du réconfort dans la création, loin des regards, d’un monde en miniature avec des montagnes de papier mâché et des rivières en film alimentaire, des champs de velours côtelé marron et un miroir pour la mer. Judith l’appelle « Le Plus beau de tous les pays ». Un soir, elle a une idée : peut-être que si elle fait tomber la neige dans le plus beau de tous les pays, il n’y aura pas d’école le lundi. Lorsqu’elle ouvre les rideaux de sa chambre le lendemain, le monde par-delà sa fenêtre est devenu blanc. C’est là que les ennuis commencent….


 

Et si vous regardiez le Book Trailer ? Il est très bien fait et très évocateur de l'ambiance du roman ! (attention, vous risquez de succomber à l tentation héhé http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/lol/lol-16.gif)

 

.

.

 

A cause de son père psychorigide, aveuglé par sa Foi, véritable handicapé de l’affection, et de sa vie réglée toute entière selon les préceptes des « Frères » (Economie, Parcimonie, Silence, Prière, Prédication, lecture quotidienne de la Bible et salade de mesclun cuit http://www.smiley-lol.com/smiley/malade/smaladevert.gif), Judith vit donc complètement recluse, et se sentant ainsi exclue ou différente, se construit son propre monde, sa bouffée d’oxygène, « Le Plus Beau des Pays » http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/multiplescoeurs.gif, une maquette géante dans sa chambre, qu’elle construit jour après jour, à l’aide de brics et de brocs. Ce Plus Beau de Tous les Pays est un peu la colonne vertébrale de l’histoire, et c’est une belle idée, très bien exploitée.


Judith est juste adorable, elle déborde d’imagination, elle est pleine  de vie : un vrai rayon de soleil dans ce monde tout à fait austère. Vous ne pourrez que vous attacher à elle car on n’a qu’une seule envie durant ces 400 pages : lui donner l’affection et la tendresse qui lui manquent http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/g106.gif.


Le propos religieux, qui est forcément présent dans tout le livre n’est pas pénible, mais plutôt intéressant. Et évidemment inquiétant étant donné qu’il s’agit d’une secte, faisant d’ailleurs fortement penser aux Témoins de Jehovah (du porte à porte pour porter la bonne parole, la fin du monde, le refus du don de sang, …). Quant aux dialogues avec Dieu, ils sont TRES bizarres et très dérangeants. Très très très. Dieu est colérique, manipulateur, autoritaire, méchant et cruel (Judith : « J’ai demandé à Dieu si ma mère était morte par ma faute et Il a répondu que oui »). Alors soit, l’auteure  a un problème avec la religion et règle ses comptes, ou alors (hypothèse la plus plausible selon moi), ce Dieu là n’est qu’une métaphore des Dieux/Gourous des Sectes, les Dieux qui vengent, qui punissent, qui tiennent les fidèles sous leur coupe, dans la peur et la menace. Le fait que l’auteur semble avoir grandi dans ce genre d’environnement extrémiste amène à penser qu’il s’agit donc en effet d’une critique (violente) du monde religieux sectaire.

 

C'est également un roman plein de métaphores et c'est une des raisons qui font que je l'ai tant apprécié. J'ai notamment beaucoup aimé cette métaphore de la Barrière, illustrant parfaitement l'(auto)enfermement des gens vivants dans des Sectes.

 

Des bémols ? Oui, 3. Tout d’abord, j’ai trouvé quelques petites longueurs, mais rien de rédhibitoire car à chaque fois s’ensuivaient des dialogues qui rendaient du rythme au roman. D’autre part, du côté de la relation entre Judith et Dieu, j’ai trouvé que certains dialogues étaient trop complexes (et donc peu plausibles) pour une petite fille de 10 ans (aussi intelligente soit-elle). Ainsi quand je lis « La croyance n’est pas assujettie à la preuve », je hausse un peu du sourcil. Enfin, je ne suis pas vraiment satisfaite de la fin que je trouve … PIF PAF POUF… inachevée


Malgré ces quelques détails, j’ai beaucoup aimé cette lecture, que j'ai trouvée très originale : une petite fille atypique et très attachante, « Le plus beau des pays » extrêmement bien raconté et très visuel, une institutrice salutaire, un poncho magnifique (lol), pas mal d’humour, un vilain méchant garçon qu’on a envie de baffer, etc. Je sais que je m’en souviendrai longtemps. Je suis d’ailleurs ravie que ce soit celle-ci qui me permette d’atteindre mon premier % de cette rentrée littéraire 2013. Merci aux Editions NiL pour la découverte !


Bref, pour moi, une lecture qui vaut le détour.

 

Ma note : 4 b pn



D'autres avis : par ici, les billets « coup de cœur » de Cryssilda, et de Syl, ainsi que celui de Fanny qui a trouvé ce roman magistral . Et pour être complète, voici le billet de Mlle Alice qui n’a pas apprécié cette lecture et vous explique pourquoi.

 

 


http://1000etunepages.files.wordpress.com/2013/09/logorl2013.png

6/6

Partager cet article

Repost 0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 20:24

 

http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/readers_awards_image/public/inscriptions.jpg

 

 

C'est reparti pour une année encore (et ce, pour la 25ème fois !) Le Livre de Poche constitue son nouveau jury pour le "Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2014" ! Si vous êtes séletionné, vous recevez entre février et juillet 2014, 24 romans dans le jury "Littérature" et 16 romans dans le jury "Polar".

 

 

 

Pour vous donner une idée du genre de livres que vous auriez à lire si vous étiez sélectionné, voici quelques titres parmi ceux qu'ils ont reçus lors de l'édition de l'année dernière pour le Prix 2013 (les titres sélectionnés pour l'édition 2014 ne sont bien évidemment pas encore connus).


Littérature 2013

       http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253173366-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253164524-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253164265-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253168539-T.jpghttp://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253161677-T.jpg   

 

Polar 2013

     http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253166375-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253173625-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253158288-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2013/9782253175728-T.jpg http://prixdeslecteurs.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253173618-T.jpg

 

 

Comment participer ?

  • Il ne faut pas être blogueur, c'est ouvert à tous les lecteurs.

  •  Il y aura 130 personnes dans le Prix des Lecteurs "Littérature" et 130 autres dans le jury "Polar".

  •  Les inscriptions sont ouvertes à partir du 15 octobre et jusqu’au 30 novembre 2013. Chacun des jurés sélectionnés recevra 24 livres (pour la Littérature), ou 16 livres (pour le Polar) et votera pour son livre préféré, ceci de février à août 2014.
  • Si vous êtes tenté (comme moi) (j'ai choisi "Polar") (pour la 4ème année consécutive), il faut aller ICI où vous trouverez la marche à suivre (très simple) pour vous inscrire !

 

 

Bonne chance à toutes et tous,

 

Cajou

Partager cet article

Repost 0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 12:53

 

Dans 5 jours, chez Calmann-Lévy, sortira "L'écorchée", la suite du best-seller de Donato Carrisi, "Le chuchoteur".

 

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/CALMANNLEVY/2013/9782702153888-T.jpg

 

Résumé : Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. L’enquêtrice excelle dans son domaine. Peut-être parce qu’elle est incapable d’éprouver la moindre émotion. Ou peut-être parce qu’elle-même porte dans sa chair la marque des ténèbres.On a tous ressenti l’envie de s’évanouir dans la nature. De fuir le plus loin possible. De tout laisser derrière soi. Or chez certains, cette sensation ne passe pas. Elle leur colle à la peau, les obsède, les dévore et fi nit par les engloutir. Un jour, ils se volatilisent corps et biens. Nul ne sait pourquoi. Bientôt, tout le monde les oublie. Sauf Mila. ET PUIS, SOUDAIN, CES DISPARUS RÉAPPARAISSENT POUR TUER. Face à eux, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une hypothèse du mal. Mais pour les arrêter, il lui faudra à son tour basculer dans l’ombre.

 

 

 

Aujourd'hui a été dévoilé sur Facebook un extrait et je trouve que le teasing fonctionne à merveille, car je n'ai qu'une envie : le lire as soon as possible !

 


Dossier 397 - H/5
Transcription de l’enregistrement de 6 h 40 du 21 septembre XXXX.
Objet : appel au numéro d’urgence de la police de XXXX. Standard : agent Clara Salgado.


Standard : Police. D’où appelez- vous ?
X : …
Standard : Monsieur, je ne vous entends pas. D’où appelez- vous ?
X : Je m’appelle Jes.
Standard : Vous devez me dire votre nom en entier, monsieur.
X : Jes Belman.
Standard : Quel âge as- tu, Jes ?
X : Dix ans.
Standard : D’où appelles- tu ?
X : De chez moi.
Standard : Pourrais- tu me donner l’adresse ?
X : …
Standard : Jes, pourrais- tu me donner ton adresse, s’il te plaît ?
X : J’habite à XXXX.
Standard : Bien. Que se passe- t-il ? Tu sais que ceci est le numéro de la police, n’est- ce pas ?
X : Je sais. Ils sont morts.
Standard : Tu as dit « ils sont morts », Jes ?
X : …
Standard : Jes, tu es là ? Qui est mort ?
X : Oui. Ils sont tous morts.
Standard : Ce n’est pas une blague, Jes, n’est- ce pas ?
X : Non, madame.
Standard : Tu veux me raconter ce qu’il s’est passé ?
X : Oui.
Standard : Jes, tu es toujours là ?
X : Oui.
Standard : Pourquoi tu ne me racontes pas ? Prends ton temps, si tu veux.
Jes : Oui. Il est venu hier soir. On était en train de dîner.
Standard : Qui est venu ?
X : …
Standard : Qui, Jes ?
X : Il a tiré.
Standard : D’accord, Jes. Je veux t’aider mais là, c’est toi qui dois m’aider. OK ?
X : OK.
Standard : Tu me disais qu’à l’heure du dîner un homme est entré chez toi et a tiré ?
X : Oui.
Standard : Ensuite il est parti, sans tirer sur toi. Tu vas bien, n’est- ce pas ?
X : Non.
Standard : Tu veux dire que tu es blessé, Jes ?
X : Non, qu’il n’est pas parti.
Standard : L’homme qui a tiré est toujours là ?
X : …
Standard : Jes, s’il te plaît, réponds- moi.
X : Il dit que vous devez venir. Vous devez venir tout de suite.

Conversation interrompue. Fin de l’enregistrement.

 

 

 

Alors, ça ne vous donne pas envie de le découvrir, avec cette superbe couverture et cet extrait déjà effrayant ?


 

   http://2.bp.blogspot.com/-NURr3K1buNQ/T7_INVVXjeI/AAAAAAAAA7s/HV07P7ZOiqM/s1600/9782702141045.jpg  http://www.longanesi.it/copertine/donatocarrisi.jpg  http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/CALMANNLEVY/2013/9782702153888-T.jpg

 

 

Sortie : 16 octobre 2013

432 pages

Prix : 20.81 €

Partager cet article

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 10:48

 

http://images.fan-de-cinema.com/visuels/618.jpg

 

 

Vite vite vite, plus que 6 fois dormir http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/treshappy.gif


 

http://lesdecouvertesdedawn.files.wordpress.com/2013/09/21006006_20130913150332044-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg?w=442&h=600

 

 

En 2010, sortait chez NiL ce roman au synopsis (ici) tellement alléchant et... irrésistible : L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet de Reif Larsen. Et en 2011, il est sorti en poche.

 

              http://img.over-blog.com/252x300/0/43/41/22/livres/L-Extravagant-Voyage-du-jeune-et-prodigieux-T.-S.-Spivet.jpg  http://a404.idata.over-blog.com/4/07/34/11/Livres/L-extravagant-voyage-du-jeune-et-prodigieux-T.S.-Spivet.gif

 

Résumé : T. S. Spivet est un enfant prodige de douze ans, passionné par la cartographie et les illustrations scientifiques. Il dessine tout ce qu'il observe : la carte de ses rêves, les expressions de sa famille, le volume des voix, les distances qui séparent l'Ici de l'Ailleurs, les sauterelles mormones, et même les variations rageuses des ellipses de petits pois lors des repas... Mais T. S. se sent très seul. Il vit dans un ranch du Montana, entouré d'un père mutique, un cow-boy qui déteste les sciences, une mère entomologiste qui cherche depuis vingt ans une espèce fantôme de coléoptère, une soeur qui pense être (à juste titre) le seul individu normal de la famille, et leur chien, Merveilleux, dépressif depuis la mort accidentelle du fils aîné. Un jour, T. S. reçoit un appel inattendu du musée Smithsonian lui annonçant qu'il a reçu le très prestigieux prix Baird (un proche de la famille a envoyé ses dessins), et qu'il est invité à venir faire un discours. Il décide alors de traverser les États-Unis, à l'insu de tous, pour rejoindre Washington D.C., et tant pis si là-bas personne ne se doute qu'il n'est qu'un enfant.

 

 

Et la semaine prochaine, le 16 octobre, son adaptation par Jean-Pierre Jeunet (Amélie Poulain) sera sur nos grands écrans !

Je vous invite à regarder cette vidéo ULTRA PASSIONNANTE http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/tresamoureux.gif dans laquelle Jeunet nous livre la genèse de son film, sa façon de procéder pour trouver une histoire digne d'être adaptée (engagez-moi, engagez-moi http://www.smiley-lol.com/smiley/drague/amour/animrougit.gif), la façon dont le livre se retrouve découpé (au sens figuré ET au sens propre !), ses échanges mails (passionnants eux aussi) avec l'auteur du livre. Bref, regardez cette vidéo ! http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/heureux071.gif

 .

. 

 

Par ICI, le site officiel de Jean-Pierre Jeunet pour davantage d'informations, avec 3 autres vidéos tout aussi intéressantes! Et par ICI, la page Facebook du film, avec plein d'autres infos.

 

Et enfin, voici la bande-annonce du film (le jeune acteur a juste l'air.... prodigieux!)

.

 

 

Quant à moi, je vais d'urgence sortir ce livre de ma PAL. IL est temps, il y traine depuis bientôt 3 ans (la honte !!). Puis j'irai le voir au cinéma, en 3D, puisque de source sûre, on m'a dit que cela apportait un réel plus à l'univers de l'histoire.

 

Bref, vous l'aurez compris, j'ai rarement été aussi emballée par la sortie d'un film ! En plus, c'est Helena Bonham Carter qui joue le rôle de la maman. Une actrice que j'ai toujours admirée jusqu'au jour où... elle devint Bellatrix Lestrange : cela va peut-être ENFIN me réconcilier avec elle  http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/hap.gif

 

Et vous, avez-vous déjà lu ce livre ? Allez-vous le lire ? Avez-vous envie de voir ce fim ?

 

Cajou

 

http://1.bp.blogspot.com/-6Rb3O9NYi5w/UaUva7oDCuI/AAAAAAAAAW0/KShK_iD4Ajs/s1600/the-young-and-prodigious-spivet-poster.jpg


Partager cet article

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:17

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle//LATTES/2013/9782709644747-T.jpg

 

 

Aujourd’hui, je vous présente encore un roman « court » de cette rentrée littéraire (186 pages) : « La ruche », écrit par Arthur Loustalot, jeune écrivain de 25 ans et publié chez JC Lattès


Résumé : De l'appartement où vivent Marion, Claire et Louise, le ciel n'est pas visible. Les portes sont ouvertes ou closes selon des règles tacites. Les mots circulent, vibrent et s'épuisent. Les murs de carton filtrent à peine les secrets. Depuis le départ de son mari, Alice sombre chaque jour davantage. Ses trois filles n'ont plus que leur amour à lui offrir. Mais l'amour peut-il nous sauver de nous-même ?


Premier roman de la rentrée qui ne me convainc pas. Non que ce roman soit mauvais (il est d’ailleurs encensé par tout un tas de critiques littéraires professionnels, bien plus connaisseurs que moi) mais cela n’a pas fonctionné avec moi.


Au niveau de la langue, Loustalot signe un roman original car les voix des 3 sœurs se confondent dans une espèce de melting-pot grammatical : pas de tiret pour insérer des dialogues, discours direct et indirect indistincts, des phrases qui interrompent sans cesse les précédentes, ce qui créé une espèce de bourdonnement incessant, rappelant le titre. Malheureusement, j’ai trouvé cette écriture peu claire –voire brouillonne- et donc, peu agréable à lire.


Si l’on ajoute à cela la chronologie sans cesse bousculée avec des allers retours incessants entre le passé et le présent, ça donne vraiment un ensemble… plutôt confus.


Et si la langue est étouffante, ce huis clos familial l’est tout autant. On découvre petit à petit des souvenirs du passé douloureux du couple des parents, par bribes. Les 3 sœurs assistent aux disputes qui s’enveniment et qui en arrivent aux mains, elles connaissent des secrets qu’on ne devrait pas connaitre à cet âge (« Papa a une maitresse depuis 2 ans, maman ») et la mère confie tous ses états d’âme à ses filles, depuis leur enfance. Ecœurant. Et l’odeur de cigarette (j’aurais dû compter le nombre de clopes qu’elles allument dans ce roman, une centaine au moins !) accompagnée des vapeurs d’alcool terminent de saturer l’atmosphère irrespirable de cet appartement.


Outre la plume, l’élément majeur qui a sans doute fait de cette lecture un échec est le personnage de la mère. Suite à sa séparation avec son mari, elle sombre dans la folie et elle entraine ses filles, sans aucun remords, dans cette spirale dépressive et hystérique. Le tout accompagné d’un chantage affectif à peine dissimulé. Une mère toxique qui crie, qui s’avachit, qui se lamente, qui se plaint, qui hurle, qui devient de plus en plus odieuse. Au début, j’ai sans cesse oscillé entre la pitié face à Alice (son mari ne l’a pas épargnée) et la rancœur en la voyant infliger cette vie qui n’en est pas une à ses filles sous prétexte de sa souffrance. Mais au bout du compte, elle a fini par m’insupporter au plus haut point.

 

Cependant, je dois reconnaitre à Arthur Loustalot un talent pour créer une véritable atmosphère. Car au final, tous ces éléments qui ont assombri ma lecture (la syntaxe, les dialogues mêlés, l’absence de chapitres, la mère, les portes continuellement fermées, l’odeur de cigarette, …) sont savamment utilisés afin de rendre ce huis clos asphyxiant,… Mais voilà, c’est trop, et ça fonctionne tellement bien que la lecture m’est devenue désagréable. Quand je lis, je n’ai pas envie de me retrouver prisonnière d’émotions négatives pendant 200 pages.


De plus, ce roman finit par être très répétitif et j’ai parfois eu l’impression de tourner en rond.


Quant à la fin…. Mouais ?


Une rencontre ratée donc. Mais finalement, je me demande si ce n’est pas intrinsèque au roman, si ce n’est pas la volonté de Loustalot de nous plonger à tel point dans cet univers désagréable qu’il en devient insupportable.


Ma note : 2 b pn1 b pn


Et voici 3 billets qui vous offrent un autre éclairage sur cette lecture : le billet de Vivelesbetises qui n’a pas du tout aimé, le billet tout à fait convaincu et enthousiaste de Dominique, et enfin, l’avis mitigé de Stéphanie-Plaisir-de-Lire

 


Un exemple (parmi tant d'autres) de cette langue qui ne m’a pas du tout plu (p.43) :

 

IMG_2460-copie-1.JPG

 

challenge 1 %

5/6

 

Partager cet article

Repost 0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 19:01

 

 

  http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/tresheureux.gifOhé Ohé http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/tresheureux.gif



L'été dernier,  j'ai littéralement dévoré "Les Apparences" http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/loveyourose.gif de Gillian Flynn (Sonatine), avec passion et angoisse.

 

Aujourd'hui, il sort (ENFIN!) en format poche et à cette occasion, Le Livre de Poche vous offre la chance de remporter 5 exemplaires de ce magnifique roman ! http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/thumbup.gif


 

http://serial-lecteur.com/wp-content/uploads/2013/09/les-apparences.jpg

 

Résumé : Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari Nick, propriétaire d’un bar, forment, selon toutes apparences, un couple idéal. Ils ont quitté New York deux ans plus tôt pour emménager dans la petite ville des bords du Mississipi où Nick a grandi. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, en rentrant du travail, Charlie découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. Quelque chose de grave est arrivé. Après qu’il a appelé les forces de l’ordre pour signaler la disparition d’Amy, la situation prend une tournure inattendue. Chaque petit secret, lâcheté, trahison quotidienne de la vie d’un couple commence en effet à prendre, sous les yeux impitoyables de la police, une importance inattendue et Nick ne tarde pas à devenir un suspect idéal...

 

 

Pour participer

  • Signaler votre participation en commentaire de ce billet (c'est ici que je prends vos noms pour le tirage au sort).
     
  • Etre fan des 2 pages Facebook : celle des Éditions Le Livre de Poche ainsi que celle de mon blog, Plume de Cajou.
  • Répondre à cette question toute simple « Quelle note ai-je attribué à ce roman ? » Vous trouverez la réponse dans mon billet, par ICI
  • Vous pouvez partager le concours sur vos blogs, pages FB, Twitter, etc. mais ce n’est pas obligatoire.
  • Envoyez votre participation à plumedecajou[a]gmail.com, avec en objet « Concours Les Apparences ».
  • Les 5 exemplaires vous seront envoyés par Le Livre de Poche et donc, n’oubliez pas d’indiquer vos coordonnées complètes dans votre e-mail.

  • Le concours débute aujourd'hui et se terminera le 16 octobre à 21h. Les résultats seront annoncés, après tirage au sort, sur la page Facebook du blog le lendemain matin, jeudi 17.

 


Bonne chance http://www.smiley-lol.com/smiley/heureux/goodluck.gif à toutes et tous, et merci beaucoup au Livre de Poche pour ce concours !

 

Cajou

 


http://www.le-symbole-perdu-livre-de-poche.com/logo_ldp.png

Partager cet article

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:21

 

http://www.unitheque.com/UploadFile/CouvertureC/O/9782709642491-comment-eskimos-gardent-bebes-chaud_g.jpg


Résumé : Jeune mère américaine installée à Buenos Aires, Mei-Ling Hopgood a été choquée par l’heure tardive à laquelle les Argentins couchent leurs enfants. Était-ce bon pour leur développement, tant physique que social ? Poussée par sa curiosité de journaliste et ses interrogations de jeune maman, Mei-Ling Hopgood s’est lancée dans un tour du monde des méthodes éducatives, étudiant des problématiques aussi universelles que l’heure du coucher, l’apprentissage de la propreté, les repas, ou les activités ludiques.  Aux quatre coins de la planète, elle a interrogé des parents issus des cultures les plus diverses, ainsi que des anthropologues, des éducateurs, et des experts en puériculture.  Ainsi, les Chinois sont les rois de l’apprentissage de la propreté. Chez eux, le pot, ça commence à six mois ! Quant aux Kenyans, ils portent leurs bébés sur le dos, sanglés dans des écharpes colorées. Et ce n’est pas seulement par tradition – essayez donc de manœuvrer une poussette sur les trottoirs défoncés de Nairobi ! Les Français, eux, réussissent à faire de leurs bambins des gastronomes en culottes courtes. Toutes ces découvertes - et il y en a bien d’autres-, Mei-Ling Hopgood les a testées sur sa propre fille, dès la naissance. Et les résultats parlent d’eux-mêmes !

 

 

Voici un livre que j’ai trouvé d’une part richement documenté : tout semble vrai, réellement tiré du quotidien de ces autres parents (l’auteur prend d’ailleurs soin de citer ses –nombreuses- sources et références,) et on apprend quelque chose au détour de chaque page. Et d’autre part, il est tout à fait décomplexant. Car quand vous devenez parent, vous vous posez mille et une (euphémisme !) questions, notamment en comparant votre façon de faire et celles des autres parents (Zut, le mien, il n’est pas encore propre, il ne marche pas encore, il ne connait pas encore son alphabet, etc.).  Et dans cet ouvrage, l’auteure nous montre qu’il n’y a pas une seule façon d’élever votre enfant. On peut mettre son enfant dormir très tard, le trainer partout avec soi, lui donner de la viande à mâchouiller quand il n’a même pas  encore de dents, le poser sur le pot quand il crapahute à peine, choisir d’être skotché presque 24H/24 avec lui ou au contraire lui laisser une grande liberté alors qu’il n’est haut que comme 3 pommes : peu importe, tant que le bien de l’enfant est la priorité. Une grande leçon de tolérance donc !


Mei-Ling Hopgood nous emmène ainsi aux quatre coins du monde (on y rencontre des Libanais, des Pygmées, des Japonais, des Argentins, des Français, des Tibétains, des Polynésiens, des Kényans, des Américains, etc.) afin de découvrir les bénéfices/curiosités/particularités de chaque mode d’éducation, à l’aide de tout un tas d’anecdotes et d’exemples, sans jamais porter de jugement  (dans sa conclusion, Mei-Ling Hopgood nous conte un fait divers arrivé à New York, illustrant parfaitement nos différences culturelles et notre facilité à juger les uns et les autres… Edifiant !) et avec pas mal de traits d’humour, ce qui a le grand mérite de rendre cette petite « encyclopédie de l’éducation dans le monde » tout sauf indigeste.

 

On apprend et on sourit, on se reconnait (ou pas), on fronce le sourcil, on rit, on est parfois interloqué voire même choqué. Plus que comme une source d’information, j’ai vécu cette lecture comme un grand voyage autour du monde et mon exemplaire est maintenant truffé de post-it ! Vous y rencontrez des parents et des enfants étonnants, comme le petit Hiroki (qui sort son zizi en plein milieu de sa classe de maternelle), ou comme ces papas Akas (et leur incroyable dévotion paternelle) (je sais maintenant d'où Monsieur Cajou tient ses origines héhé).


Je me suis également posée beaucoup de questions pendant la lecture (comme l'auteure par rapport à sa petite Sofia, questionnement qui constitue le squelette de l'ouvrage) et je me suis surprise à avoir parfois envie d’ « autre chose » pour mes enfants, comme pourquoi pas une vie parmi les petits Polynésiens, car même s’ils ont l’air parfois cruels entre eux (certains exemples sont rudes héhé), ils vivent dans une liberté rare et je pense qu’ils s'offrent entre eux la meilleure école de la vie.



Bref, un livre que j’ai trouvé vraiment très original, à mettre entre les mains de tous les parents, futurs parents, ou simplement curieux !


Ma note : 4 b pn

 

Un grand merci à Sophie Hérisson et aux Editions JC Lattès, pour cette heureuse découverte.

 

Voici la bande-annonce du livre et ICI, le site de l'auteure.

.

 

.


 

 

challenge 1 %

 

4/6

Partager cet article

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 07:54

 

http://i.huffpost.com/gen/855744/thumbs/r-BRIDGETJONES2-large570.jpg?7

 

 

J'en parlais hier sur Facebook : Helen Fielding a finalement décidé d'écrire un troisième opus aux aventures de la délicieusement maladroite Bridget.

 

Amazon.com annonce la sortie de ce tome intitulé "Mad about the boy" le 10 octobre 2013. En français, ça devrait donner "Folle de lui" (j'ai aussi trouvé dans un article "Raide Dingue de ce mec", arf) mais je ne trouve pas de date officielle de sortie, ni sur Amazon, ni sur le site d'Albin Michel qui avait traduit les 2 premiers.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/519iZTlWV8L.jpg

 

J'ai adoré la lecture du premier tome, apprécié le second, et j'ai littéralement fait des bonds de joie en apprenant la nouvelle.

 

Mais.

 

Mais j'ai lu le résumé :  La plus célèbre des célibataires londoniennes est désormais veuve et... mère de deux enfants ! Mark Darcy est mort, Bridget Jones affiche 51 ans et élève seule ses enfants. Elle est toujours obsédée par son poids, mais aussi désormais par ses rides et le nombre de ses suiveurs sur Twitter. Et c'est sur Twitter que Bridget, devenue cougar, rencontre son nouveau petit ami, un "toy boy" de tout juste 30 ans...

 

Ahum... Bridget en cougar, fana de Twitter et exit Mark Darcy... rien de très folichon pour moi, et j'avoue que j'ai un peu peur de voir Bridget dénaturée...

 

Et sinon, niveau $$$, on a bien sûr droit à une nouvelle édition poche des 2 premiers tomes, qui sortiront également en octobre. Les droits cinématographiques sont déjà achetés et donc nous aurons également un troisième volet sur nos écrans (j'ai envie de dire : à quoi bon sans Mark Darcy ?).

 

                    http://ecx.images-amazon.com/images/I/41k6KbH6nYL.jpg     http://ecx.images-amazon.com/images/I/41iNzA3rigL.jpg

 

Alors, hâte ou pas hâte de découvrir cette nouvelle Bridget (perso, j'ai presque la nausée en lisant l'association Bridget+cougar) ?


Partager cet article

Repost 0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:29

 

Hello Hello les bibliovores/philes/phages http://www.smileys-gratos.com/Smile/Bonjour/BJR023.gif

 

 

C’est dimanche alors voici un petit IMM de ce que j’ai reçu ce mois-ci.

 

Ces deux-ci, je les ai déjà prêtés avant même de les avoir lus héhé.

 

              http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KRLREh03L.jpg     http://www.images-booknode.com/book_cover/4118/full/la-fille-automate-4117993.jpg

 


 

Première photo, tous les rentrées littéraires (certains lus, certains en cours, certains encore à lire) (et ce n’est pas tout, j’ai encore commandé 2 autres titres hier + les 2 de Priceminister qui vont arriver en octobre). Et jusque-là,  je dois dire que cette rentrée 2013 est un très bon cru !

 

- Kinderzimmer

- Idiopathie

- Outre-Atlantique

- Le premier vrai mensonge

- Arrête, arrête

- Pas assez pour faire une femme

- Le plus beau de tous les pays

- Sulak

- La cravate

- Comment les eskimos gardent les bébés au chaud

- La ruche

- La nuit en vérité

 

IMG_2456.JPG


Seconde photo, mes petits achats/réceptions récents, 

 

- "Ever Dark", la suite de mon coup de coeur "Never Sky" (reçu en ENC pseudo reliées, il y a 2 mois mais je n'arrive pas à lire sous ce format donc je l'ai acheté dès sa sortie).

- "Prodigy", la suite de "Legend" (impressionnée par la taille, il fait le double du tome 1)

- 3 épreuves non corrigées dont le nouveau Ruta Sepetys à sortir en octobre.

- Mon exemplaire dédicacé par Anne Rice de « Entretien avec un vampire ».

 

IMG_2457.JPG


Et enfin, un partenariat numérique avec les Editions Rebelle : « De l’air » d’Ange L. Curt, une jeune auteure dont je vous invite à suivre l'actualité sur sa page Facebook ICI.

 

http://rebelleeditions.com/SITE/wp-content/uploads/2013/09/DA.jpg


 

Et vous, qu’avez-vous reçu/acheté/découvert/déniché ?



Bon dimanche (il parait que l’après-midi sera ensoleillé yoouhhoouu)


Cajou

Partager cet article

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 20:11

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/NIL/P3/9782841116744.JPG

 

Résumé : A quelques mois de la fin de sa peine, un condamné coupe son bracelet électronique et se retrouve en cavale. Il rend une visite furtive à sa fille, lui dit au revoir, lui emprunte sa voiture et roule vers Paris. Est-il devenu fou ? Veut-il se suicider ? Prépare-t-il un coup ? Il remonte à pied les Champs-Élysées, se met à l'abri sous un porche pendant une averse, croise le regard d'une femme troublante. Puis il se réfugie dans une boîte échangiste ou, jadis, il avait des intérêts. Dans la pénombre rassurante, il veut régler une affaire, mais il le regard d'une femme…


La lecture de ce 3ème titre de ma rentrée littéraire, Arrête, Arrête (NiL) fut tout aussi plaisante que le laissait espérer son résumé. Le point de vue change à chaque chapitre et l’on découvre ainsi les pensées et actions de Vincent, le héros en cavale, de sa fille, de son petit frère ou encore de la police. Le cadre change également souvent : les Champs Elysées, un café, un club échangiste ou encore un hôtel désaffecté. Et donne un réel rythme à cette histoire.


En outre, sitôt ce roman ouvert, il est presque impossible de le reposer car on n’a qu’une envie : savoir. Comprendre. Comprendre pourquoi Vincent a fait ce choix totalement déraisonnable alors qu’il n’était plus qu’à quelques petits centimètres de la ligne d’arrivée… la liberté tant attendue. J’ai donc lu ce roman comme un page-turner, assoiffée de la découverte finale. Découverte qui m’a un peu déçue car je m’attendais à autre chose ou en tout cas à une raison moins « évidente ».


Le seul reproche que je fais à ce roman, c’est sa taille, sa trop courte taille. 135 pages. Et je lui fais d’autant plus ce reproche que j’ai été étonnée de voir à quel point je me suis attachée à Vincent, à son frère et même à Anne-Gisèle, en si peu de pages.  Quand on a autant de talent que Serge Bramly pour brosser des personnalités, des atmosphères et des émotions, en si peu de mots, on ne  peut pas séparer le lecteur si rapidement de l’univers à peine découvert !  


Mais vraiment, j’ai trouvé que c’était une belle histoire et je suis encore toute étonnée d’avoir ressenti tant d’émotions et de m’être autant attachée à Vincent et son entourage durant le temps éclair de cette lecture.


Une jolie découverte donc !


Ma note : 4 b pn


 

challenge 1 %

 

3/6

Partager cet article

Repost 0

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs