6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:43

http://3.bp.blogspot.com/-mdKrCkAslJo/TyVqP5n4VoI/AAAAAAAACXE/xPWvV-XRZ3U/s1600/l%27armoire.jpg

 

Depuis quelques années, la littérature venue du grand froid a le vent en poupe et c’est avec bonheur que j’y ai (enfin) fait ma première incursion grâce à « L’armoire des robes oubliées » de Riikka Pulkkinen, une jeune auteure finlandaise dont c’est le second roman.


Voici le résumé : Alors que sa grand-mère Elsa se meurt d'un cancer foudroyant et que tous ses proches se rassemblent pour adoucir ses derniers jours, Anna découvre que, derrière le mariage apparemment heureux de ses grands-parents, se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. Une vieille robe trouvée par hasard, et dont elle apprend qu'elle aurait appartenu à une certaine Eeva, va réveiller le passé. Cette Eeva, dont on ne lui a jamais parlé, aurait été, dans les années 60, la nourrice de sa mère, Eleonoora. Mais Anna ne tarde pas à comprendre qu'elle a été beaucoup plus qu'une employée…

 


Je suis décidément très gâtée ces derniers temps car je viens de nouveau de passer de très agréables heures de lecture grâce à ce roman, tout aussi joli que sa couverture et son titre.


J’y ai trouvé beaucoup de sensibilité, et un regard tellement vrai sur les relations humaines : la séduction, la jalousie, l’envie de liberté, la rébellion, l’enfance, le chagrin, l’amitié, la famille, la mort, l'amour… sans jamais aucune mièvrerie. Riikka Pulkkinen n’a que 30 ans et pourtant, elle semble avoir déjà vécu de nombreuses vies tant son histoire est universelle et trouve de multiples résonnances en nous. Une grande sagesse émane de son écriture, et elle parle avec brio de la complexité de l’âme humaine… Elle a vraiment un talent certain pour décrire avec force et douceur tous les petits malheurs et bonheurs du quotidien.


« Ils ont eu une étrange dispute avant de partir. Leurs phrases guettent au-dessus d’eux » (p. 185)

 

Comment décrire plus justement que cela les instants qui suivent une dispute ? Comment ?!


Un livre dans lequel chacun trouvera donc un miroir et de quoi s’identifier à l’une ou l’autre situation, à l’un ou l’autre des personnages, à l’une ou à l’autre de ses failles et faiblesses. Car il s’agit bien plus que du récit du destin de la famille Ahlqvist, il s’agit de l’histoire universelle des hommes et des femmes, et de leurs relations : entre mère, femme, fille, collègue, épouse, grand-père, petite-fille, grand-mère, amie, mari… Il y a tellement de vérités entre ces lignes que j’aurais voulu citer des dizaines de passages.


« Martti était souvent repris par l’idée qui le hantait depuis qu’Eleonoora était devenue une adulte : cette femme lui avait volé sa fille, elle avait dissimulé Ella, avec ses tresses et son sourire, dans les profondeurs de son impassibilité. Si seulement il retrouvait une formule magique venue des années d’enfance d’Eleonoora, il la réciterait, et alors Eleonoora redeviendrait Ella, elle sautillerait dans le couloir, ferait des grimaces à son reflet dans le miroir et ils iraient s’acheter un cornet de glace. » (p. 12)


L’auteure alterne les points de vue parmi ces 3 générations de femmes : Elsa, la grand-mère ; Eleonoora, la fille, Eeva, la nourrice, ainsi qu’Anna, la petite-fille. Et au milieu de toutes ces femmes, Martti, l’artiste peintre, homme, mari, amant, père et grand-père. C’est une histoire émouvante qui prend vie sous nos yeux, avec parfois pour toile de fond les années de révolte, celles qui précèdent mai 1968.

 

Comme à travers les pages d’un journal intime, nous suivons les destins de ces personnages dans des allers retours entre aujourd’hui et les années 60, ce qui nous permet de les connaitre aux différents âges de leur vie et de nous les rendre tellement… humains. Et au cœur de cette histoire, il y a un secret de famille, sorti d'une armoire aux robes oubliées, que nous découvrons au fil des retours en arrière et ainsi, le passé refait surface et éclaire le présent d’un œil nouveau. De temps en temps, Riikka nous annonce également la suite et nous donne envie de dévorer les pages pour comprendre comment on en arrivera à ce futur annoncé...

 

« Elle possède déjà certaines expressions, mais le chagrin n’a encore jamais imprimé ses contours sur son visage. Je vois qu’il ne l’a jamais fait. C’est une vision tout à fait spéciale : ce qui n’est pas encore, mais dont vous savez que cela va arriver. Je suis celle qui dessinera le chagrin sur le visage de la petite. Je l’ignore encore, de même que j’ignore qu’elle s’en tirera. Moi, je m’en sortirai moins bien. Elle sera celle qui dessinera en moi le chagrin. » (p. 101)

 

J’aime également tout particulièrement ces romans qui font des références à MON monde et non à des éléments obscurs (ou intello) qui ne me parlent pas. Ainsi, dans cette histoire, on trouve plusieurs clins d’œil à Dirty Dancing (la scène de danse sur l’arbre couché sur la rivière) (si si !), à Catherine Deneuve, aux Beatles, à Jackson Pollock, à Pierrot le Fou ou encore à Jane Birkin.


Quant à l’écriture, elle est fluide, riche, très riche, évocatrice et tellement mélodieuse, ne fut ce que dans le choix des noms des personnages : Anna, Maria, Eleonoora, Ella, Eeva, Elsa, Liisa, Saara… Très métaphorique aussi, avec beaucoup de légèreté et de profondeur à la fois. Une écriture douce et subtile, qui nous permet également de découvrir la nature et les paysages finlandais avec beaucoup de bonheur.

 

J'espère que ce billet vous donnera l'envie d'ouvrir la porte de l'armoire des robes oubliées car c'est un très joli voyage qui vous attend...

 

Ma note : 4 b pn



Merci aux Editions Albin Michel et tout particulièrement à Aliénor pour ce très beau voyage.

 

http://gwencyclopedie.free.fr/BD/bd%20gestion/img/editeur/Logo_Albin-Michel.jpg


Partager cet article

Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 11:33

 

Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire initialement créé par The Broke and the Bookish, qui a été repris en français par Iani. Il consiste à dresser sous forme de liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.

 

http://charabistouilles.files.wordpress.com/2011/09/toptentuesday.jpg?w=200&h=154

 

Voici donc le thème de cette semaine :

 

Les 10 livres que vous avez l'impression d'être la seule
à ne pas avoir aimé

 

http://glowmoonlight.unblog.fr/files/2010/11/genesispolefiction.jpg http://www.deslivres.com/images/products/image/Reves-de-garcons.jpg http://img.over-blog.com/250x383/2/65/43/20/couvertures/policiers/9782702141045-G.jpg http://yspaddaden.files.wordpress.com/2010/09/erre.jpg http://3.bp.blogspot.com/-kgnDkH-LQlE/TWiokQPnZ9I/AAAAAAAAAgE/hlc8CcG0gwM/s1600/hushhu10.jpg     http://3.bp.blogspot.com/_bmQ2EaZJC28/S_P1NEBBW6I/AAAAAAAAAK4/p0Gq49KiWFo/s1600/L-echappee-belle.jpg      http://3.bp.blogspot.com/-jhs7m9_18ac/TsAllISoJcI/AAAAAAAABI4/KDVCvec2MrY/s1600/Le+Dernier+hiver.jpg      http://www.culture-cafe.fr/site/wp-content/uploads/2011/05/1Q84_Livre-1p.jpg

 

  • Rêve de garçon, de Laura Kasischke Une des plus grosses daubes que j'ai lues. Le réusmé est alléchant, les critiques sont très positives mais moi j'ai trouvé ça nunuche, mièvre et sans queue ni tête. beurk, un très mauvais moment de lecture.
  • Genesis, de Bernard Beckett... parce que là pour le coup, je me suis sentie vraiment toute seule au milieu de  cette masse impressionnante d'avis enthousiastes.
  • Hush Hush, de Becca Fitzpatrick… j’ai essayé de rédiger un avis nuancé au terme de ma lecture mais vraiment j’avais trouvé que c’était presque une daube… Un sujet hautement intéressant, traité de façon superficielle. Si on moins on ne le vendait pas pour un chef d’œuvre, ça passerait sûrement mieux.
  • L’échappée belle, d’Anna Gavalda… je suis très étonnée de voir la multitude de commentaires sur la Bibliomania qui le vantent comme un roman rafraichissant, adorable, un bon petit moment. de bonheur. Pour moi, en résumé : creux, vide, du vent, et même pas bien écrit.
  • Le Chuchoteur, de Donato Carrisi… de nouveau, le problème, c’est la campagne marketing de masse ("Le thriller le plus attendu de l'année", qu'ils disaient !). Si je l’avais juste acheté comme n’importe quel thriller, je l’aurais certainement trouvé sympathique. Mais de là en faire le thriller du siècle… Faut arrêter de rire hein… En plus la fin (pour ce que je m’en rappelle) est complètement tirée par les cheveux (Vous en connaissez beaucoup vous des personnages qui vivent 24 sur 24 dans une pièce et qui arrivent à ne laisser aucune trace corporelle ?). De plus, faire stresser/émouvoir les gens à coups de meurtres d’enfants, je trouve cela facile. Bien trop facile.
  • 1Q84, de Murakami… je reste encore très dubitative face à l’engouement face à ce livre. Néanmoins, je suis heureuse d’avoir lu des billets en demi-teintes de passionnées de Murakami qui estimaient que ce roman était un peu un mélange de toutes ses ficelles habituelles mais de façon édulcorée et moins efficace.
  • Le Dernier Hiver, de Jean-Luc Marcastel. Alors que de nombreuses lectrices ont été bouleversées par le message « profond » (hum) de ce roman, moi je suis restée en lisière de forêt… trop tiré par les cheveux, trop dans tous les  sens, trop de bons sentiments, trop de surnaturel.
  • Prenez soin du chien, de JM Erre… incompatibilité d’humour je pense car ce livre a fait se tordre de rire de très nombreuses lectrices. Moi j'ai beaucoup ri au début avec l'épisode du chie, justement, mais après... nada.

 

 

Bon, ça ne fait que 8 mais je ne pense plus à d'autres...

 

A vous de me citer quelques uns de ces romans pour lesquels vous n'avez pas vibré comme les autres lecteurs !

 


Partager cet article

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 16:11

 

Voilà un roman dont on peut lire le plus grand bien un peu partout. Par exemple, sur la fiche Bibliomania du livre (sur le site Livraddict), TOUS les avis sont unanimement positifs, et les notes attribuées vont de 7 à 10.


Lasardine, « n'a pas pu le poser », Hécléa l'a « dévoré d'une traite », Brize « a été captivée par le suspense d’un bout à l’autre », Véro nous dit que ce roman « a été difficile à poser une fois commencé », Flo « a lu ce récit avec avidité », Cacahuète a été « complètement bluffée par ce livre », pour Lenelaï, c’est « un livre coup de poing », pour Flof13, c’est « un livre palpitant », Glow lui attribue la note de 10/10 et nous dit qu’il est « à lire sans modération » et Arlavor « a été totalement conquise ».

 

Dorénavant, ce sera un roman dont on peut lire le plus grand bien un peu partout… sauf chez Cajou (admirez la rime).

 


http://glowmoonlight.unblog.fr/files/2010/11/genesispolefiction.jpg

 

Alors, de quoi est-il question dans ce livre ? Anaximandre se présente aujourd’hui à l’examen d’entrée de l’Académie. Lors de cet examen, elle fait face à 3 examinateurs qui l’interrogent sur son « sujet de thèse » : Adam Forde (2058-2077) et elle va devoir répondre à leurs questions pendant 5 longues heures. A travers les réponses d’Anaximandre, nous découvrons les événements mondiaux qui ont amené à la création de cette nouvelle société, comme avec l’instauration de la République de Platon qui fit suite à la pandémie de peste noire et à la Dernière Guerre. Nous découvrons ainsi les règles et les buts de cette nouvelle Société gouvernée par l’Académie : il y a des classes (ouvriers, soldats, philosophes et techniciens), les hommes et les femmes vivent séparés, les enfants sont séparés de leurs parents, etc. Mais en répondant aux questions du Jury, Anaximandre sent le piège se refermer sur elle…


 

 

Commençons par ce qui m’a plu dans ce roman. Il est tout d’abord très intéressant de découvrir ce monde futuriste à travers les réponses de l’héroïne, j’ai trouvé cela assez original et bien ficelé. Il y a également un certain suspense car si Anaximandre reste sur ses gardes au début et leur offre des réponses conventionnelles, très vite elle est poussée dans ses retranchements et on sent un danger planer et la tension devient de temps en temps palpable.


J’ai également aimé les avancées technologiques développées dans ce roman, comme les hologrammes utilisés en guise de PowerPoint… de quoi faire pâlir d’envie la prof que je suis !


Bon j’ai déjà fait le tour de ce qui m’a plu. Venons-en à ce qui aurait pu me plaire. J’ai beaucoup aimé les passages concernant Adam et Joseph, présentant la Grande Barrière Maritime et les survivants de « l’autre côté » ainsi que l’arrivée d’ « Eve »… mais tout cela n’est qu’évoqué... Ce qui fait que j’ai tout de même lu ce livre très rapidement, dans l’espoir (vain) d’en apprendre davantage sur leur Passé (notre futur) (Oula, je sens que je vais vous embrouiller mais ce n’est pas grave, c’est assez fidèle au sentiment que m’a procuré le livre).


Quant à ce qui ne m’a pas plu… Alors certes, les parties dialoguées sont assez plaisantes car on prend (presque) plaisir à observer les réactions des personnages : celles d’Anaximandre face au jury, celles d’Adam face à Joseph ou face à Art. Mais pour le reste, j’ai trouvé que c’était indigeste. Ce blabla politico-philosophico-réflexif. Doh. Arf. Pouah. Je ne suis jamais rentrée dans ce monde, la République de Platon, Périclès, Aristote, le philosophe Wiliam, ArtPensant et blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif  blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif blablabla http://www.surfbasar.com/images/smilies/BlahBlah.gif. Cette réflexion philosophique (l’être, l’âme, la conscience, l’essence de l’être, etc.) m’a peu intéressée (ça c’est la version gentille, … en vrai, ça m’a laissée de marbre et/ou ennuyée, selon les passages).


Quant à la chute finale sur laquelle tout le monde semble s’extasier… ok, c’est vrai, elle est très très surprenante mais bon, comme l’histoire ne me faisait ni chaud ni froid, je me suis juste dit « Ah oui, quand même, je ne l’avais pas vu venir ça ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/eek.gif » sans que cela ne me touche ni ne m’émeuve…


Mais tout ce que j’en dis n’en fait pas un mauvais roman, loin de là… c’est juste que je n’ai pas du tout envie de cela quand je lis. Je n’ai pas envie de me faire mal à la tête pour comprendre des idées qui me dépassent (et oui, il semblerait que je sois moi aussi moins intelligence que Art).

 

Donc voilà un roman intéressant, très original et assez bien ficelé mais qui ne m’a pas procuré de plaisir de lecture car ce n’est tout simplement pas ma tasse de thé. Incompatibilité intellectuelle. Un bon résumé de mon ressenti.


Quant au classement du livre en « jeunesse », je doute que beaucoup d’ados de 14 ans puissent se coltiner les 180 premières pages de réflexions philosophiques pour patienter jusque la chute…


Alors à la question « Est-ce qu’une fin surprenante et une chute vraiment digne de ce nom peuvent sauver une lecture peu attrayante ? ». Ma réponse, toute personnelle, est NON.

 


Ma note : 2 b pn



Heureusement pour moi, vous trouverez ici l’avis de Paikanne qui n’a pas eu l’air d’apprécier davantage que moi mais qui arrive à formuler les choses de façon beaucoup plus nuancée et positive.

 

Et s'il vous plait... LISEZ-LE pour m'expliquer comment j'ai pu passer à côté d'un livre aussi prometteur et tellement encensé !

 




Partager cet article

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 01:41

 

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/PC/P3/9782258088795.JPG

 

Me voici pour vous donner mes impressions de lecture sur « La Maitresse de Rome », de Kate Quinn, en librairie depuis ce 26 janvier 2012. Je vous le dis de suite, j’ai adoré http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0001.gif, au point de rogner sérieusement sur mes heures de sommeil et d’avaler hier… 300 pages  d’affilée, sur les 541 pages que compte ce roman.

 

Merci de tout cœur à Sophie et aux Presses de la Cité pour cette découverte. J’avais déjà été conquise par « Rien n’est trop beau » de Rona Jaffe et « La Maîtresse de Rome » a dépassé toutes mes espérances !

 

Thea est une jeune esclave juive, soumise aux caprices de sa maîtresse, l'arrogante Lepida Pollia et aux assauts de son Père, Quintus Pollio. Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s'emploie de son mieux à les séparer. Cette dernière n'est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. En effet, grâce à nombreux talents, la belle esclave ne tarde pas à être remarquée de l'aristocratie romaine... et d'un dangereux admirateur : l'empereur Domitien, un homme aussi brillant que cruel…

 

J’ai toujours aimé l’Empire romain (mes 10 ans de cours de latin n’y sont pas étrangers) et j’ai retrouvé avec un immense bonheur cette époque dans ce roman, dans lequel Kate Quin (ré)écrit l’histoire romaine de main de maître(sse) ! Ce livre est très bien documenté (avec quelques clins d’œil à « La vie des Douze Césars » de Suétone ainsi qu’à Sénèque, Tite-Live, Cicéron, Titus et Vespasien, Junon, Vesta, Mars, etc.) et nous immerge entièrement dans Rome, sous le règne du cruel empereur Domitien, de 81 à 96.

 

Et c’est la première chose qui m’a passionnée dans ce roman : ce subtil mélange de vérité historique (la majorité des personnages sont réels et une partie des intrigues sont historiquement avérées), de romance (de magnifiques histoires d’amour passionnées), de drame et d’action. Une histoire pal-pi-tante !

 

Ce roman est une véritable saga antique, avec ses complots, ses intrigues, ses histoires d’amour et de pouvoir, ses cohortes prétoriennes, ses combats de gladiateurs et ses jeux du cirque mais aussi ses fêtes, ses palais, ses banquets, ses débauches et ses orgies. C’est vraiment avec un grand plaisir que je me suis plongée dans l’univers dépravé et sanglant de la Rome du Ier siècle.

 

Pourtant, les débuts ont été un peu difficiles. En effet, dans la première partie (le roman en compte 5), j’ai trouvé la mise en place assez lente, certes intéressante et intrigante mais laborieuse. Cependant une fois les 100 premières pages passées, alors là, que de rebondissements ! Aucun temps morts, les aventures se succèdent sans arrêt ! Mes doigts sont littéralement restés scotchés aux pages et je me suis retrouvée propulsée à Rome.

 

Dans cette fresque historico-romanesque, l’auteure alterne 2 points de vue qui se croisent au fil des chapitres : le JE de Thea, l’esclave et celui de sa maitresse, Lepida Pollia. Et que vous dire de ces personnages à part qu’ils sont captivants ? L’héroïne, Thea est une jeune orpheline que l’on va suivre de ses 14 à ses 30 ans. Elle est belle, courageuse, insolente, cultivée et la vie ne l’a jamais épargnée : elle sera tour à tour esclave, musicienne, courtisane et va parcourir bien du chemin sous le soleil de Rome.

 

Quant à sa maîtresse, Lepida Pollia, c’est, selon moi, le personnage le plus fort du roman : elle est magnifique, prétentieuse, odieuse, sotte, désinvolte débauchée, arriviste, superficielle, nymphomane, une petite égoïste cruelle et méprisante. You got it ? Une sale petite peste. On aime à la haïr et on lui souhaite les pires tourments (mais vraiment les pires des pires !). Un personnage délicieusement insupportable. Et autour de ces deux héroïnes gravitent une multitude de personnages très variés : Arius le Barbare, le gladiateur rustre et amoureux, Marcus, le sénateur érudit, intègre et bienveillant, Domitien, l’empereur, Maître et Dieu, des Vestales, Sabina et Vix, des enfants attachants, et encore tellement d’autres que je vous laisse le plaisir de découvrir.

 

Je souhaite vraiment de tout cœur que ce roman rencontre le succès qu’il mérite, ce qui permettra peut-être ainsi de nous offrir davantage d’histoires d’un genre qu’il me plairait beaucoup de voir devenir « à la mode ».

 

Donc, si vous aimez les romans historiques et que vous avez soif d’aventures et de romance, il ne faut pas passer à côté de celui-ci !

 

Ma note :  (et oui, après plus d'1 an de disette, voilà enfin un coup de coeur !)

 

Edit : au fil des mois, les coups de coeur pleuvent pour ce roman, pour mon plus grand bonheur : Bidules et Petits riens - Rozetta - Lilou - Juliah - Stellabloggueuse  - Bibliobulle

 

Et ce qui est certain, c’est que je n’en ai pas fini avec Kate Quinn. En effet, j’espère pouvoir lire un jour « Daughters of Rome », un « prequel » (roman dont l’histoire se situe avant celui-ci, dès 69, à la mort de Néron) dans lequel on trouve déjà quelques personnages de « La maitresse de Rome ». Mais surtout, j’espère découvrir bientôt « Empress of the Seven Hills », second volet du roman, dans lequel je pourrai retrouver avec plaisir Trajan devenu empereur ainsi que Vix et Sabina maintenant adultes (et amoureux si j’en crois le résumé !). Il sort en avril 2012 aux USA… espérons qu’il sera très vite traduit !

 

Plus d’infos sur le site de l’auteure http://www.katequinnauthor.com

 

   

Partager cet article

Repost 0
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 22:57

 

http://s.excessif.com/mmdia/i/63/3/affiche-du-film-intouchables-10548633bnovk.jpg?v=2

 

Voici mon ressenti à chaud (je sors tout juste de la salle http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0081.gif) sur le film que des millions de gens ont déjà vu, aimé, adulé et encensé avant moi.


Alors, évidemment, j’espérais passer un bon moment de cinéma, mais j’avais un peu peur de l’effet « Ch’tis » qui m’avait laissé un peu  sur ma faim...


Et bien, ici, au final, je serai du côté de l’immense majorité. J’ai passé un très bon moment de cinéma. Alors, non, je ne dirai pas que c’est un chef d’œuvre mais ce n’est pas ce que je lui demandais non plus.


J'ai beaucoup aimé http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0078.gif


J'ai même pleuré http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/pleure-mouchoir-977.gif : de rire et d'émotion. Des petites larmes au bord des yeux, des larmes qui serrent la gorge, des larmes de sourires(si si ça existe !). Et surtout, un bon litre de larmes de rire ! Pour ceux qui ont vu (en gros, presque tout le monde sauf moi si on en croit les chiffres), la scène de l’opéra (l’arbre qui chante http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/MDR-mort-de-rire.gif) m’a juste fait mourir de rire. Presque au propre tant j’ai eu du mal à maitriser mon fou rire ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/rire-20060614.gif

 

D'ailleurs, pour que je puisse la regarder jusqu'à plus soif, je la remets ici !

 

 


 

Du côté des acteurs, je fais faire court et efficace : Omar est fort. Très fort, et son rire est diaboliquement communicatif http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/laugh.gif Mais dans l’émotion il a pas mal de talent aussi (et quand il danse, miam miam miam, j’en ferais bien mon 16h http://www.livraddict.com/forum/img/smilies/621876.gif) Quant à François Cluzet, il est tout aussi fort et, comme à son habitude, il excelle dans le registre des émotions… ses yeux sont d’une telle expressivité …Une sacrée paire !


Et enfin, concernant le contenu du film, ça dégouline quand même de bons sentiments et de clichés (t'es dans la cité alors ton petit frère trempe forcément dans des trafics de drogue et son vilain dealer roule dans un gros 4X4 http://www.mamanpourlavie.com/forum/templates/smilies/icon_rolleyes.gif (heureusement on a quand même échappé au gros Humer http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Langue/0004.gif)). C’est un peu too much mais on s’en fout parce qu’au final, c’est BON et les histoires d’amitié, c’est quand même beau.


Et les quelques rares avis qui disent que ce film ne mérite pas ses millions d’entrées parce que c’est guimauve, parce que ceci, parce que cela et blablabla, et bien ils se trompent (oui oui je suis péremptoire http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Langue/0006.gif) car n’est-ce pas ce qu’on demande à un film, de passer du bon temps ?


Et moi, je viens de passer 1h30 de bon temps ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0062.gif


Partager cet article

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 00:01

 

Comme vous le savez déjà (puisque je n’arrête pas de le répéter http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/icon_mrgreen.gif), j’avais adoré « Un Sur Deux », le premier roman de Steve Mosby. Non que ce soit un thriller original (Un enquêteur y poursuit un très très vilain psychopathe) mais parce qu’il m’avait fait trembler de peur http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/peur.gif. C’est donc avec un très grand plaisir que j’ai trouvé dans ma BAL « Les Fleurs de l’ombre », son 3e thriller traduit en français (il en a écrit 6 en tout, je pense). Je remercie d’ailleurs très chaleureusement Fabienne et les Editions Sonatine de m’avoir permis de le découvrir en avant-première http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0007.gif


http://storage.canalblog.com/90/04/377445/71144544_p.jpg

 

Alors de quoi parle ce thriller ? « Ce n’est pas l’histoire d’une petite fille qui disparaît. C’est l’histoire d’une petite fille qui réapparaît. Un matin, sur une promenade de bord de mer, venue de nulle part, une fleur noire à la main et une histoire atroce à raconter. »

Ainsi commence La Fleur de l’ombre, un thriller écrit en 1991 par un certain Robert Wiseman, mystérieusement disparu alors qu’il en écrivait la suite. Après que le corps de son père ait été retrouvé sans vie au pied d’un viaduc, Neil Dawson apprend que celui-ci nourrissait une étrange obsession pour ce roman. Bientôt il constate de troublantes similitudes entre les derniers jours de Robert Wiseman et ceux de son père. Pire encore, c’est peu à peu la réalité qui semble s’inspirer de l’abominable récit de La Fleur de l’ombre. Et Neil ne tarde pas à se retrouver aux prises avec un psychopathe d’un genre très particulier.

 

 

Voilà pour moi un thriller qui sort incontestablement du lot et ce, pour plusieurs raisons.


Tout d’abord parce qu’à la différence des thrillers « de masse » qui trustent les premières places des meilleures ventes, la langue n’est pas juste « utile », elle est ici très soignée. Steve Mosby a parcouru bien du chemin depuis « Un sur deux » : cette fois, tous les ingrédients d’un bon thriller sont de nouveau réunis (suspense, noirceur, hypothèses en série, personnages  mystérieux ou inquiétants, tension psychologique) mais le tout est servi par un style très travaillé.


En outre, ce livre est un véritable labyrinthe, savamment construit, et d’une densité rare. En effet,  il y a ces mises en abyme successives, ces histoires dans l’histoire, qui se croisent, s’entrecoupent et s’éclairent petit à petit les unes les autres, égarant parfois le lecteur entre réalité et fiction. Similitudes inquiétantes entre un roman « La fleur de l’ombre » écrit par Robert Wiseman, un des personnages du roman, et la disparition du père du héros mais également celle de l’auteur dudit roman ! J’ai beaucoup aimé échafauder des hypothèses sur ces liens, tenter de remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre et j’ai pris autant de plaisir à découvrir petit à petit l’histoire du roman « La fleur de l’ombre » que celle du roman à proprement parler « Les fleurs de l’ombre »… Un double suspense pour le prix d’un !


Dans cette histoire, 2 narrateurs se croisent : Neil Dawson et Hannah Price. Tous deux se posent des questions suite à la disparition de leur père respectif. Et tous deux ont un lien avec le roman « La fleur de l’ombre ». Et en reconstituant le puzzle (je me répète mais ce mot est vraiment de mise ici !), on comprend enfin les tenants et aboutissants de cette histoire menée de main de maitre : tout d’abord trois intrigues distinctes mais qui très vite se ressemblent pour finalement se superposer et ne plus faire qu’une.


Plusieurs fois, je me suis dit « Mon Dieu ! Waouh ! » http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/eek.gif Je n’ai rien vu venir. Et un rebondissement surprenant en cache un autre d’autant plus déstabilisant, de plus en plus, jusqu’au dénouement.


Sachez également que ces différents aspects que j’estime être des qualités ont perdu en route quelques lecteurs. Je peux le comprendre car ce n’est pas une lecture qu’on lit sur un coin de table entre ses courses et le goûter des enfants. C’est un roman qui demande qu’on s’y immerge de façon intense.


Du côté des bémols : je n’ai pas vraiment réussi à me mettre dans les basquets du héros, Neil Dawson. En effet, le psychopathe s’en prend directement à lui avec un odieux chantage impliquant la vie d’un de ses proches et pourtant, je me suis surprise plusieurs fois à oublier complètement cet enjeu (et donc à n'en avoir cure). Mais il y a d'autres personnages qui ont su me toucher comme la petite fille de la jetée http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/triste-frown.gif, l’inspecteur Sullivan, et Hannah.


Et de plus, j’ai, encore une fois, trouvé la fin trop rapide : pif paf pouf http://www.vegegifs.com/smiley-emoticon/magiciendisparait.gif, voilà la solution… mais je pense que comme c’est souvent ce que je reproche aux thrillers, ça tient davantage à moi qu’aux auteurs ou peut-être deviens-je juste de plus en plus exigeante au fur et à mesure de mes lectures ?


Alors, si vous avez envie de découvrir un thriller savamment construit, si vous aimez vous perdre dans des hypothèses, n’attendez pas pour découvrir « Les Fleurs de l’Ombre », qui est disponible dans toutes les librairies depuis quelques jours.


Ma note : 4 b pn



Et si vous hésitez, voici l’avis de MyaRosa qui en a fait un coup de cœur et celui de Nelfe qui n’a pas adhéré à ce roman, notamment à cause du manque d’empathie durant sa lecture.



Partager cet article

Repost 0
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 09:44


 

http://media.paperblog.fr/i/514/5148683/sortie-paradise-simone-elkeles-L-WPf9kn.jpeg

 

Hier, j'ai eu la chance de remporter un exemplaire de "Paradise" de Simone Elkeles chez Les chroniques d'Evenusia (merci encore à toi!). Mais les Editions de La Martinière ont sorti le grand jeu pour la promotion de ce livre et toute une série de concours sont encore... en cours !

 

Voici une petite liste qui vous permettra de tenter plusieurs fois votre chance !

 

Pour celles qui ne connaissent pas bien, Simone Elkeles a connu un franc succès aux USA mais aussi chez nous avec "Irrésistible Alchimie", que j'avais chroniqué ici.

 

Et elle revient avec cette nouvelle saga en 2 tomes qui a déjà conquis de très nombreuses lectrices !

 

 

Voici sans plus attendre tous les liens qui vous permettent de tenter votre chance. Ils sont classés par ordre chronologique (la date de fin du concours est à chaque fois entre parenthèses).

 

 

 

J'en profite aussi pour vous indiquer un Partenariat que vous pouvez obtenir chez NewsBook, pour 2 titres de chez Black Moon (Hachette jeunesse) : La probabilité statistique de l’amour au premier regard, de Jennifer E. Smith ainsi que  Witch & Wizard Les Rebelles du Nouvel Ordre, tome 1, de James Patterson. Vous avez toute la journée pour postuler. Sachez qu'il faut juste avoir un blog et aimer lire. Ys attribue les partenariats en priorité aux "nouveaux" et puis selon le nombre de Partenariats dejà obtenus chez elle. Donc n'hésitez pas à tenter votre chance et je vous conseille de suivre son blog, qui fourmille d'infos très riches sur le monde du Livre au sens large. C'est par ici pour postuler : Partenariat Black Moon NewsBook.

 

 

Merci à toutes ces blogueuses ainsi qu'aux Editions de La Martinière, et à NewsBook et bonne chance à vous toutes !

 

Cajou

 


Partager cet article

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 21:14

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782874230776.jpg

 

En me promenant dans les rayons de ma librairie, mon œil a été attiré par cette délicieuse couverture et ce très joli titre. J’avais d’ailleurs déjà lu, et adoré, une très courte nouvelle de Nadine Monfils, intitulée « Les larmes noires ».


De plus, le résumé était très alléchant : deux ados glandeurs, Ralph et Tony, décident de ne pas accompagner leurs parents, partis en vacances avec la mémé.  Après un mois de nouba, la maison est sens dessus dessous. La baignoire est remplie de vaisselle et le canari est retrouvé calciné! Seul Bubulle, le poisson rouge, est sauvé. Gros problème, les parents et l'infernale mémé rentrent le lendemain. L'aîné a une idée géniale : kidnapper une nana du coin pour faire le ménage. Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu...


On trouve également sur la quatrième de couverture cette critique « Humour noir et suspense sont au rendez-vous de ce roman jubilatoire dont on ressort essoufflé et réjoui » qui me laissait espérer un excellent moment de lecture.

 

Et pourtant...


Alors, certes ce roman se lit vite car on a envie de savoir comment ces deux frères vont se dépêtrer de cette situation explosive dans laquelle ils se sont fourrés. Le livre est découpé en de très petits chapitres qui rendent la lecture dynamique et les rebondissements rocambolesques et le suspense sont au rendez-vous.

 

Du côté des personnages, la mémé-ventriloque-carrément-fêlée-du-ciboulot est vraiment insolite et cocasse et, dans l’ensemble, cette famille groseille belge est plutôt pas mal. On a aussi un malabar-à-2-neuronnes qui ne se sépare jamais de sa bûche, un canari rôti, une baronne nymphomane  et bien d’autres personnages tout à fait atypiques. Malheureusement, j’ai trouvé les 2 héros (les frères) en deçà : des ados jeunes et cons, … attention gros mot à venir… des petits branleurs quoi.


En ce qui concerne la langue, on passe de mots très (trop) fleuris (voire carrément grossiers) à des citations pleine de tendresse de Jacques Brel, tout en croisant des expressions savoureuses issues de patois belges (que je ne connaissais pas du tout, soit dit en passant). Un ensemble pour le moins étonnant...


Quelques personnages savoureux, des rebondissements et pourtant un sentiment très mitigé au terme de ma lecture. Je me suis donc demandé ce qui n’avait pas fonctionné entre « Nickel Blues » et moi… Et je pense que c’est l’humour (belge ?) auquel je n’ai pas adhéré. Oui, j’ai parfois souri mais j’ai trouvé qu’il y avait une surenchère dans le rocambolesque, la grossièreté, le déjanté et l’humour noir. Jusqu'à la nausée parfois.

 

De plus, cette histoire part tellement dans tous les sens (« déjanté » me parait encore faible en regard de certaines scènes) que j’ai trouvé que le récit manquait d’unité, de « coulé », et de transitions. Des scènes bizarres, des scènes surprenantes, des scènes à ne pas laisser entre toutes les mains, des scènes horribles, de la tendresse, du cocasse, du glauque… au bout du compte, j’ai trouvé le ton tellement disparate que le tout en est devenu quelque peu décousu.

 

J’ai tout de même lu ce roman rapidement car on a vraiment envie de savoir comment tout cela va se terminer mais pour que ça fonctionne, il faut partager le même humour que Nadine Monfils, ce qui n’est vraisemblablement pas mon cas… Je dois tout de même reconnaitre que l’auteure a une imagination débordante... (trop ?)

 


Ma note : 2 b pn1 b pn

 

 

Et par ici, vous pourrez lire des avis trèèèèèèèès enthousiastes d'autres lecteurs : pour Dorot', c'est à consommer tout de suite et sans modération ; pour actu-du-noir, c'est du bonheur, rien que du bonheur et pour Sabine, c'est une histoire ébouriffante avec un humour décapant ! Et finalement, l'avis de Stephie qui est aussi perplexe et dubitative que moi.

 


Partager cet article

Repost 0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 00:05

http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif Résultats du concours http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif


The D-Day est arrivé, le jour des résultats http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0009.gif

 

Voici tout d'abord les participations validées et puis, en-dessous, le tirage au sort (finalement fait par le logiciel « Hasard » étant donné que ma libellule n’était point à la maison).


Catégorie 1 (livre de votre choix chroniqué sur mon blog)

  • Agathe « Rien n’est trop beau »
  • Fée-Tish, « Rien n’est trop beau »
  • Jacqueline « Rien n’est trop beau »
  • Joanna « Rien n’est trop beau »
  • MyaRosa « Rien n’est trop beau »
  • Vanessa « Rien n’est trop beau »
  • Myriam « La petite fille qui aimait la lumière »
  • Paikanne « La petite fille qui aimait la lumière »
  • Acsylé « Le Dernier Hiver »
  • Freelfe « Le Dernier Hiver »
  • Isabelle A. « Le Dernier Hiver »
  • Bykiss « Irrésistible Alchimie »
  • Stellabloggeuse « Irrésistible Alchimie »
  • Lupa A’Croc « Divergent »
  • Yukarie « Divergent »
  • Nelfe « Simple »
  • Noukette « Jude R »
  • Petite Fleur « Délicieuses Pourritures »
  • Platinegirl « Promise »
  • Read-with-me « Quand souffle le vent du nord »
  • Stéphanie Plaisir de Lire « Hunger Games »

Catégorie 2 ("Rien ne s’oppose à la nuit", de Delphine de Vigan)

  •  Floly
  • Revelation
  •  Anou

 Catégorie 3 ("Non Stop", de Frédéric Mars)

  •  Myrddin
  •  Reveline
  •  Sophie
  •  Kllouche

Les gagnantes et.... bonus ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0026.gif

 

Catégorie 1  

freelfe.jpg

Catégorie 2

Floly.jpg

Catégorie 3  

Reveline.jpg


C’est vraiment très sympa d’organiser des concours mais le tirage est un crève-cœur http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/frown.gif tant j’aurais aimé faire gagner tout le monde...


Alors j’ai décidé de ne pas m’arrêter en si bon chemin et je suis allée voir du côté de mes « top commentateurs » et j'ai décidé de récompenser les plus assidu(e)s.

 

Voici le top 10 :


Jacqueline (64)

Argali (38)

Philippe D (29)

Frankie (27)

Paikanne (26)

MyaRosa (18)

Joanna (18)

Noukette (16)

Freelfe - Revelation - Reveline - Stellabloggeuse (15)


 

Et donc, voici 2 gagnants de plus que prévu http://smileys.sur-la-toile.com/repository/F%EAtes/fetard-tuuut.gif


Jacqueline, la top commentatrice absolue, parce que même si je n’avais qu’elle comme lectrice, je ne me sentirais jamais seule avec mon écho !

 

Et un tirage au sort parmi les autres qui ont participé au concours :

 

(Au premier tirage, c'est de nouveau Freelfe qui est sortie ! Alors j'ai fait un second tirage et...)


Stellabloggeuse

 

Donc, pour récapituler, voici les gagnantes et les livres remportés. Vous n'avez plus qu'à m'envoyer un e-mail avec vos coordonnées complètes (christine.marquet[a]gmail.com) et j'envoie le tout aussi rapidement que possible !

 

http://img.over-blog.com/281x448/3/62/60/67/Le_dernier_hiver.jpg Freelfe 


http://static.lexpress.fr/assets/267/poster_136846.jpg Floly


http://1.bp.blogspot.com/-dhOX-Ri4-pY/TvXhrGLJhLI/AAAAAAAAA3M/hVwvInhRGbA/s1600/Non+Stop.jpg Reveline


http://thatmakeswonders.files.wordpress.com/2011/12/rien-nest-trop-beau.jpg?w=304&h=483 Jacqueline


http://i69.servimg.com/u/f69/14/89/90/26/97827310.jpg Stellabloggeuse


 

Et pour les autres, sachez que je suis au moins autant déçue http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/0056.gif que vous et que j'aurais aimé pouvoir faire gagner tout le monde !


J'organiserai très bientôt un autre concours, promis ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Cligne/a_wink.gif

 

A bientôt,

 

Cajou

 


 

Partager cet article

Repost 0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 12:29

 

Grâce au site News Book et aux Editions Le Masque, j’ai eu la chance de découvrir ce premier roman de Megan Abbott (paru en 2005 aux USA) et je les remercie chaleureusement car il vaut le détour !


Nous sommes en 1950, dans la banlieue de Los Angeles. Lora, jeune enseignante, et son frère Bill vivent en harmonie dans la maison héritée de leurs parents. Un soir, une jolie inconnue a un accident de voiture. Bill, qui est policier, l’emmène à l’hôpital, en tombe amoureux et l’épouse 6 mois plus tard. Maîtresse de maison irréprochable, la belle Alice Steele cartonne dans la communauté avec ses barbecues du dimanche et tourne la tête de tous les hommes. Lora, contrainte de quitter la maison familiale au bénéfice du jeune couple, pressent chez elle une tension inexplicable et s’interroge : pourquoi son énigmatique belle-sœur est-elle si discrète lorsqu’on lui parle de sa vie passée ? Il y a forcément une face cachée de l’iceberg, encore que « iceberg » soit tout sauf le mot juste… 

 

http://medias.sauramps.com/media/catalog/product/cache/1/image/x500/17f82f742ffe127f42dca9de82fb58b1/i/581/9782702434581_1_75.jpg


« Red Room Lounge » est un roman noir, comme on dit, qui m’a fait passer de très agréables, et intenses, heures de lecture. Son atout majeur est, me semble-t-il, la force de l’atmosphère que Megan Abbott arrive à créer au fil des pages. Ce n’est pas un thriller au sens strict, bien qu’il soit très addictif, c’est plutôt un roman psychologique, qui détaille avec beaucoup de talent les rapports humains. Les personnages sont dépeints avec une grande précision, et l’analyse des relations et sentiments est d’une subtilité remarquable.


On découvre toute l’histoire à travers les yeux de Lora, cette gentille enseignante bien sous tous rapports, qui va, peu à peu, perdre son innocence. Les débuts sont assez nébuleux, parce que le doute plane et le mystère est tel qu’on ignore où cette histoire va nous emmener mais très vite, on n’a qu’une hâte, en savoir plus, toujours plus, au sujet d’Alice Steele, aussi séduisante qu’inquiétante, qui attire les hommes, et les femmes, de façon magnétique. Elle va envahir et submerger la vie de son mari, elle va s’immiscer subrepticement entre Bill et Lora King, les frères et sœurs inséparables. Lora a de plus en plus de soupçons, et va constamment osciller entre fascination, jalousie et méfiance, nous emmenant avec elle dans ses doutes.


Dans son enquête, Lora va pénétrer dans un monde dangereux et noir, dont elle n’imaginait même pas l’existence et la confrontation de ces deux mondes se révèle passionnante. Les deux femmes vont s’observer, se toiser et se jauger tout au long du roman et l’on se demande sans cesse laquelle des deux l’emportera. Les autres personnages gravitant autour d’Alice et Lora sont tout aussi forts et ambigus et servent l’histoire à merveille, à commencer par Loïs, personnage dramatiquement sombre. Et grâce à ces personnages, il y a des scènes fortes, où les dialogues sont efficaces, l’atmosphère tendue au plus haut point, électrique, et le tout est parfois d’une intensité rare.


Enigmatique, c’est certainement l’un des mots qui qualifie le mieux l’ambiance de ce roman : l’auteure nous livre les informations au compte-gouttes, ce qui ne fait qu’attiser la curiosité du lecteur face à tant de mystère. Et au fil des pages, le puzzle se forme petit à petit, nourrissant de plus en plus le désir brûlant et impatient de découvrir le fin mot de l’histoire.


J’étais partie pour le coup de cœur, j’y étais, j’y étais, j’y étais mais les 30 dernières pages clôturent l’histoire d’une façon qui, personnellement, ne me convainc pas. Ni bien, ni mal, c’est juste que je trouve que cette fin dénote par rapport à l’atmosphère intense dans laquelle j’ai baigné durant les quelques jours où j’ai lu ce roman.


A noter aussi : le titre français n’est pas particulièrement bien choisi et le titre original était bien plus fidèle à l’ambiance sombre : « Die A Little ».


Mais de manière générale : Dieu que c’était bon ! Bon ! Bon ! Divinement captivant (sauf la fin).

 

Ma note : 4 b pn

 

 

Et voici l'avis de Stéphanie-Plaisir-de-Lire qui a, elle aussi, beaucoup apprécié cette lecture et qui s'attarde sur d'autres aspects qui font la réussite de ce roman.

 



Partager cet article

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 20:00

 

http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif Oyé Oyé gentes Dames et preux Damoiseaux ! http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif


 

Et voilà, comme pour toutes les choses que l'on aime, le temps passe à toute vitesse et c'est avec étonnement, voire stupéfaction http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/eek.gif que je me suis rendue compte la semaine dernière que mon blog soufflerait sa première bougie ce 05 janvier 2012 !

 

 http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/youpi-12.gifhttp://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/youpi-12.gif

http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/youpi-12.gif

 

Grâce à lui, j'ai fait de belles découvertes, j'ai lu plus que les années précédentes, j'ai trouvé Livraddict (grâce à Frankie et Lisalor) et j'y ai rencontré des lecteurs et lectrices tout aussi passionnés (voire bien plus!) que moi. 

 

Grâce à ce blog, j'ai aussi fait la connaissance d'éditeurs/éditrices, attaché(e)s de presse, etc. et je garde surtout en mémoire la rencontre virtuelle de Cécile T. (qui se reconnaitra si elle me lit mais j'en doute vu son emploi du temps de ministre) qui m'a donné un énorme coup de main pour le projet "Dystopie" avec mes élèves et qui s'est révelée être une Dame hors du commun et tellement humaine à la fois.

 

Enfin, grâce à ce blog ("à cause de" serait plus adéquat), j'ai lu des centaines de billets sur tout un tas de blogs et ma PAL (Pile à Lire) qui était d'une trentaine (peut-être 40 ?) de livres est devenue une PAAL (Pile Ahurissante de Livres) qui atteint aujourd'hui http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Confus/embaras.gif... hum hum http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Confus/icon_redface.gif... 205 romans http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Confus/oops-panneau-confus.gif

 

Je vais en oublier mais tant pis, je n'aime pas éviter de remercier nominativement sous prétexte que je pourrais en oublier. Nanapomme, Stellablogueuse, Revelation, Reveline, Paikanne, Argali, MyaRosa, Charabistouilles, Nelfe & Mr. K, Melisende, Acsylé, Fée-Tish, Lololecture, Elise, Frankie, Lisalor, Mypianocanta, Mylène, Asilys, Azilis, Karline, Plaisir de Lire, Jess, Naminé, Moody, Philippe, Priline, Tessa, NewsBook, Archessia, Hécléa, Chouille, ... et tous ceux que j'oublie (pardon mais comme je laisse souvent des commentaires sur vos blogs, vous savez que je vous lis!) : merci pour vos blogs  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif grâce auxquels je me régale en découvertes et en tentations ! Last but not least, merci également aux amies fidèles pour les nombreux échanges littéraires : Jacqueline, Sophie B., Lucy, Pascale, Vanessa M., Angie et Emilie C. http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0079.gif

 

Alors en 1 an d'existence, j'ai lu et chroniqué 61 romans et vous avez été 9000 visiteurs (je me rappelle encore le premier mois quand j'étais émerveillée de voir que j'avais dépassé les 200 visites héhéhé).

 

http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/0027.gifhttp://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/0027.gifhttp://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/0027.gifhttp://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/0027.gifhttp://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/0027.gif

 

Je vous remercie tous : les blogueuses et blogueurs, la Team de Livraddict, les Maisons d'Edition, et surtout, VOUS, mes lecteurs et lectrices, que vous soyez fidèles ou épisodiques, c'est toujours un grand plaisir de vous retrouver dans mes pages. Merci http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/enaccord9.gif

 

 

 

http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif Place au concours ! http://www.smiley-lol.com/smiley/musique/musicien/tambourbleu.gif


 

Trève de http://www.lepartisan.ca/forum/images/smilies/anime/blah.gif, pour vous remercier, voici un petit concours (car voilà aussi un des bienfaits de ce blog, j'ai remporté pas mal de livres chez vous durant cette année!) qui permettra à 3 d'entre vous de remporter 1 livre parmi ceux-ci.

 

  • Catégorie 1 : Un livre au choix parmi ceux auxquels j'ai consacré un billet sur ce blog, que je vous ferai parvenir via Amazon, comme Le Dernier Hiver de J.L. Marcastel (bon, moi je ne l'ai pas beaucoup aimé mais je vois partout des lectrices qui meurent d'envie de le lire) ou Rien n'est trop beau, de Jona Jaffe, que j'ai envie de vous faire découvrir, ou n'importe quel autre livre chroniqué sur le blog.
  • Catégorie 2 : Rien ne s'oppose à la Nuit, de Delphine de Vigan, que j'ai reçu en double exemplaire.
  • Catégorie 3 : Non Stop, de Frédéric Mars, ce sont des épreuves non corrigées mais aussi soignées que l'original. 

 

 

concours-cajou.jpg

 

Le concours est ouvert à la France, Suisse et Belgique.

 

Que faire pour remporter un de ces livres ?

  • Choisir la catégorie pour laquelle vous voulez participer (et précisez pour quel roman si c'est dans la catégorie 1).
  • Devenir (ou déjà être http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0057.gif) membre de la Page Facebook de mon blog "Plume de Cajou" (et, si vous avez envie, partager le concours sur votre page). Si vous "n'avez pas" Facebook et bien on se passera de cette étape http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Cligne/clin-oeil-bleu-clair.gif
  • Je n'ai pas envie de vous poser mille et une (inutiles) questions dont je devrai (inutilement) dépouiller les (inutiles) réponses alors c'est simple : je vous demande de laisser un commentaire sur le billet que vous avez préféré sur mon blog durant cette année et d'indiquer également dans votre commentaire que vous participez et pour quelle catégorie/livre. C'est tout http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0007.gif
  • Si je ne vous ai jamais croisé sur la blogosphère ou sur Livraddict, et si vous venez d'une plateforme de concours intensifs, bah, ce n'est même pas la peine d'essayer http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0038.gif, passez votre chemin et allez chercher après des concours par ici http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Langue/0014.gif
  • Faire un billet/venir me donner votre avis ici sur le livre que vous aurez reçu pour qu'il s'agisse d'un réel échange littéraire plutôt qu'un marché où l'on vient faire ses emplettes, mais sans impératif de temps, ça peut être dans 1 an http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/0018.gif

 

C'est ma petite libellule qui tirera au sort de sa petite menotte innocente les 3 noms des gagnants http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/0083.gif

 

Le concours est ouvert dès... tout de suite, et se terminera le vendredi 13 (niark niark niark http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/0052.gif) janvier à 21 heures. J'annoncerai les résultats le samedi ou le dimanche selon mon EDT. Vous aurez 3 jours pour vous manifester sur le billet des résultats et me faire parvenir votre adresse postale. Sinon, je ferai un nouveau tirage.


 

Je vous remercie encore pour cette belle année en votre compagnie et je me souhaite à moi toute seule (Ouh La La l'égocentrique http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0052.gif) une aussi belle année 2012 livresquement parlant que ce que fut 2011 !

 

De gros bisous et encore merci à vous ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/bisou-bleu.gif

 

Cajou ^^

 

 

PS : ah oui, j'oubliais, je compte déménager mon blog un jour quand j'aurai le temps (ça fait juste 3 mois que j'y travaille pfff http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/0018.gif) et si vous voulez jeter un oeil et me donner votre avis sur cette mise en page de test, c'est par ici : Plume de Cajou chez WordPress !

 


Partager cet article

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 09:00

 

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un tout petit livre que je viens de lire en moins de 2 heures : « Les tribulations d’une caissière » d’Anna Sam. Cette auteure, bardée d’un diplôme de littérature, a travaillé pendant 8 ans en tant qu’« hôtesse de caisse » dans une grande surface. Après ses heures de travail, elle a décidé de tenir un blog pour raconter son quotidien de façon un peu décalée. Et après avoir été remarquée par la presse, elle a publié ses textes, qui se retrouvent aujourd’hui sur les écrans de nos cinémas. Quelle belle aventure !


Les avis sont très positifs sur ce livre et je ne dérogerai pas vraiment à la règle, car c’est une petite lecture sympathique, drôle, croustillante et rafraichissante.

 

http://www.macultureconfiture.com/wp-content/uploads/2010/01/9782253127550.jpg


Anna Sam nous livre son quotidien de caissière, sous forme de petits instantanés, comme des polaroïds pris sur le vifs, dans des petits chapitres aux titres souvent déjà très amusants. Elle nous parle des uniformes (over mega sexy http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0009.gif), des pauses (honteusement minuscules http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Surpris/eek.gif), des collègues, des horaires, de l'impolitesse, du manque de considération, des conditions difficiles mais surtout, des clients.

 

http://www.mizztissa.com/forum/images/smilies/group2/shopping1.gif

Et j’ai pris pas mal de plaisir à suivre les aventures d’Anna et de la voir ainsi scanner les différents types de personnes qui faisaient la file devant sa caisse : les pros des bonnes affaires et des réductions qui demandent 15 tickets de caisse, les grossiers, les dragueurs, les très odorants qui laissent des fluides en guise de pourboire (si si ! beurk ! http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Confus/roule-yeux.gif), les bêtes et méchants, les hautains, les pressés, les skotchés-du-gsm, les malhonnêtes de la caisse à 10 articles, etc. Le tout dans un joyeux mélange de dérision, d’humour, mais aussi parfois de détresse et de lassitude. 


En effet, c’est drôle de se moquer des clients http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/P_SHIN%7E1.GIF et de leur reprocher leur manque d’humanité cependant ça le devient moins quand on en fait la règle générale. Où sont donc tous les autres clients sympathiques, comme moi (qui zieute toujours dans les différentes files pour trouver mes 2-3 caissières préférées dont je connais même le prénom) qui sont polis sans trop en faire ? Certes, le livre aurait moins « fait le buzz » mais je n’aime pas trop les amalgames et les caricatures qui ne font finalement que rendre le propos un peu moins crédible. Et j’ai d’ailleurs l’impression qu'au sujet des clients, l’auteure nous livre là quelques perles rares (mais authentiques) plutôt que ce qui constitue réellement son quotidien (mais peut-être me trompai-je). Ce qui n'empêche que ça fait sérieusement réfléchir à ce que doivent endurer ces hôtesses de caisse.


Quant au style de l'auteure, je l'ai beaucoup aimé car il est très parlé et elle a ce ton typique des blogs que j’adore lire :  frais , parfois caustique,  et souvent  jubilatoire. Mais mais mais… ça c’est le style que j’aime lire quand je traine sur la blogosphère. Dans ce livre, c'est moins efficace (même si c’est tout de même très agréable http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/0007.gif) parce qu’autant je me serais régalée à lire les billets quotidiens d’Anna, autant ici, ça marche un peu moins bien, à cause de l’accumulation (qui lirait l’entièreté d’un blog en 2 heures ?)


Néanmoins, le but recherché par Anna Sam est 100% atteint, me semble-t-il, car les personnes qui avaient pour habitude de confondre la femme invisible et la caissière devraient changer leur fusil d’épaule suite à cette lecture. C'est donc un livre plein de peps, drôle et sympathique, que je vous conseille entre deux romans plus consistants.

 

Ma note : 3 b pn

 

 

En bonus, la bande-annonce du film en ce moment sur nos écrans et que j'ai très envie de voir :

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs