12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 08:00

 

 

 

 

La semaine passée, le thème du Top Ten Tuesday était vraiment parfait pour commencer l’année. Mais faute de temps, j’ai raté le coche, alors je m’y colle avec une semaine de retard.

 

 

« Les 10 livres de votre PAL à lire

absolument en 2O16 »

 

 

 

Bon, j'en ai évidemment sélectionné plus que 10  parce que sur une PAL de presque 500 livres, en choisir 25, ça ne fait quand même que 5 % 

 

 


Parce que La Fée lit a adoré :

 

 

 

Parce que Charabistouilles, Stellabloggeuse, Cess et Mycoton ont adoré :

 

 

 

Parce que Stephanie-Plaisir-de-Lire, Pretty Books et Ingrid ont adoré :

 

  

 

 

Parce que Léa Touch Book a adoré :

 

 

 

 

Parce que Noukette et Jérôme ont adoré :

 

 

 

Parce que La Fée Lit a adoré (oui encore!) :

 

 

 

 

Parce qu'Yvan a adoré :

 

 

 

 

Parce que Dupinette a adoré :

 

 

 

Parce que j'ai très envie de les lire aussi :

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour la petite anecdote, je me suis replongée dans ma liste de l'an passé, afin de voir si j'avais atteint mes objectifs ... Toujours aussi gourmande, j'en avais choisi 20 à sortir impérativement de ma PAL...

 

Couverture La fin de l'innocence Couverture Pas Raccord / Le Monde de Charlie Couverture Le langage secret des fleurs / Victoria ou le secret des fleurs Couverture Défendre Jacob Couverture Les oreilles de Buster

Couverture Room Couverture Beignets de tomates vertes Couverture Les mères Couverture New Victoria, tome 1 Couverture Avant d'aller dormir 

Couverture Meurtres pour rédemption Couverture Le Pays du nuage blanc Couverture Une Ombre Japonaise Couverture Wonder Couverture Les Chroniques de MacKayla Lane, tome 1 : Fièvre noire

Couverture Demain est un autre jour Couverture Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 1 Couverture La Couleur des sentiments Couverture Skippy dans les étoiles Couverture Les Portes du secret, tome 1 : Le Poison écarlate

 

 

Bilan :

 

Je suis complètement nulle, je n'en ai lu que 5 (Beignets de tomates vertes, Les mères, Meurtres pour rédemption, Wonder, Demain est un autre jour). Haha, c’te honte. Mais j’y crois, et j’espère faire mieux cette année !

 

 

Allez, à vous, dites-moi quels sont les romans que vous souhaiteriez absolument sortir de votre PAL en 2016 ?

 

Cajou

 

Partager cet article

Repost 0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 20:39

 

 

 

 

Résumé : Dernier vendredi avant les vacances de février, dans un collège de Marseille. Alors que rien ne l'annonçait, la communauté des élèves et des enseignants est victime d'un virus foudroyant. Au fur et à mesure de la journée, les morts se multiplient, le collège est mis en quarantaine, l'isolant du reste de la ville...

 

 

C'est doublement grâce à Jérôme que j'ai eu la chance de lire ce roman : parce que c'est son billet qui m'a donné très envie (ICI) et parce qu'il me l'a offert (merci ). Et l'on peut dire que cette lecture vaut le détour. Car comme ça sur le papier, ça promet déjà de l'action, ... mais on ne s'attend pas à ce que ça secoue autant !

 

Ce que j'ai préféré, c'est que que Guillaume Guéraud, ce sadique, n'a aucune pitié pour ses personnages, leur infligeant les pires horreurs. Il ne les épargne pas, et par la même occasion, n'épargne pas le lecteur qui voit devant ses yeux s'étaler tripes et boyaux, mares de sang, os qui craquent, mâchoires qui se déboitent, ou têtes qui implosent. Ça gicle, ça saigne, ça souffre, ça craque, ça se fissure, ça gratte, ça hurle... Bref, ça déménage. Un livre-catastrophe, carrément gore, parfois bien beurk à lire !

 

Je l'ai fait lire à l'une de mes classes (faibles lecteurs entre 16 et 18 ans) et même si 3-4 élèves ont trouvé que ça manquait de vraisemblance, tous les autres ont été convaincus, puis cerise sur le gâteau, plusieurs ont a-do-ré d'un bout à l'autre, dévorant pour la première fois de leur vie un roman sans pouvoir s'arrêter (#profdefrançaisravie ). Parce que l'auteur nous enferme dans ce Collège en quarantaine avec les héros et on ne peut que tourner les pages, vite, plus vite, toujours plus vite, à la recherche d'une porte de sortie, d'une bouffée d'air, d'une échappatoire...

 

Le rythme est soutenu, et la plume suit le mouvement avec un style hâché et très vif, des phrases courtes et des enfilades d'adjectifs rendant l'atmosphère palpable. Le vocabulaire est parfois très cru, afin de coller parfaitement à l'histoire et à son rythme .

 

Un petit bémol : parfois c'est un peu too much, et un peu répétitif, mais pas de quoi entamer le plaisir de lecture.

 

 

En bref, un roman jeunesse qui dépote.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : elles ont également adoré, Noukette par ICI, et Stéphanie, par ICI.

Partager cet article

Repost 0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 18:42

 

 

 

 

 

Résumé : Deenie Nash est une adolescente typique. Avec ses meilleures amies, Lise, Gabby et Skye, elles ne parlent que d’une chose : qui l’a déjà fait ? est-ce que ça fait mal ? Elles échangent ragots et potins par textos interposés. Un matin, en classe, Lise est soudain prise d’une violente crise de convulsions et emmenée à l’hôpital. Dans les couloirs du lycée, on ne parle que de ça. Deux jours après, une autre élève subit le même type de crise. La panique s’étend à la famille, au lycée et à toute la communauté. Que leur est-il arrivé ? Est-ce un virus ? Ou, comme le pense la mère de Lise, désemparée, la faute des garçons et l’attrait du sexe ? Les théories du complot les plus fumeuses circulent dans le lycée, d’autant plus que d’autres jeunes filles sont saisies d’étranges symptômes, qui laissent les autorités médicales perplexes...

 

 

 

L'année 2016 commence bien sur le blog ! Parce que j'ai lu le dernier Megan Abbott pour terminer l'année, parce que je l'ai adoré et que je ne lui ai trouvé aucun défaut !

 

Pourquoi  ?

 

Tout d'abord parce que Megan Abbott c'est la reine des romans adultes qui mettent en scène des adolescents. Elle a un talent sans pareil pour nous parler des joies et des affres de l'adolescence (des complicités et rivalités, des premiers émois amoureux et sexuels, etc.) avec beaucoup de justesse, et donc de crédibilité. Et c'est assez rare que pour être souligné.

 

Une fois le premier chapitre lu, j'avais déjà l'impression de vivre parmi ce trio d'inséparables, Deenie, Lise et Gabby. Ce sont des lycéennes américaines types (la reine du bal de promo, les cheerleaders, les jeux de pouvoir, les flirts, le capitaine de l'équipe sportive, etc.) mais elles cachent toutes une part d'ombre, ce qui fait qu'on s'y attache tout en gardant une certaine forme de méfiance. En effet, si tout est lisse en apparence, on sent que de sombres secrets sont à l'affût et ne demandent qu'à voir le jour...

 

Sans oublier le cadre, cette petite ville de Dryden, son lac toxique et son climat particulier qui sont un élément à part entière de l'histoire, un peu à la Stephen King.

 

Puis cerise sur le gâteau, il y a le suspense qui vous colle à la peau dès les premières pages et qui ne vous lâche plus. Ça débute avec une scène de convulsion en plein cours, avec le corps complètement désarticulé de la sculpturale Lise... Et personne n'arrive à comprendre quelles en sont les causes. Un vaccin nocif ? Une MST ? Une intoxication ? Une cause surnaturelle ? Le mystère et le suspense sont de plus en plus présents jusqu'à rendre l'atmosphère stressante, et on ne cesse d'y aller de ses hypothèses. Comme les héroïnes, on sent que quelque chose est sur le point d'être révélé et cette attente aveugle rend la lecture très prenante.

 

 

 

 

En bref, un vrai roman psychologique sans fausse note.

 

 

Ma note :

 

 

 

PS : Dommage que les Éditions Lattès n'accordent pas autant de lumière à cette auteur qu'à d'autres de leur catalogue car avec un marketing un peu plus appuyé (easy de passer d'inexistant à un peu + appuyé), avec des couvertures un peu plus parlantes, je suis sûre que Megan Abbott séduirait un très large public. Il m'est avis que les Éditions JC Lattès ne se rendent pas tout à fait compte de l'or qu'ils ont entre les mains...

 

Partager cet article

Repost 0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 08:00

 

 

 

 

 

Lors de mon bilan 2O14, j'avais misérablement échoué à mon Challenge GoodReads pour lequel je m'étais donné un but de 100 livres à lire : je n'en avais lu que 66  Mais j'avais quand même vibré pour 5 romans inoubliables (la trilogie "Silo", "Bird Box", "Dieu me déteste", "Contrecoups" et "Un tout petit rien").

 

Alors je suis repartie pleine de confiance et d'entrain au début de 2O15, pour enfin atteindre mon objectif de 100 lectures durant une année. Et ..........  j'ai ENCORE échoué ... tout près du but cette fois :

 

 

91 romans lus en 2O15

 

 

 

 

Je suis quand même très contente de ce bilan, j'y étais presque  Espérons que 2016 sera enfin l'année de mon sacre  

 

 

Parmi ces 91 lectures, j'ai choisi 10 romans que j'ai adorés puis également 5 autres qui furent une pénitence.

 

 

On commence avec la crème de la crème, mes chouchous, les romans que j'ai adorés, que je n'ai pas pu lâcher, ceux qui m'ont fait vibrer et ressentir une multitude d'émotions. Et ce ToP Ten est tout à fait à l'image de mon blog et de mes goûts hétéroclites : Science-fiction, Contemporain, Thriller, Young-Adult, Romance, Historique, Récit de vie... un peu de tout !

 

 

 

 

ToP 10

(clic sur les couvertures pour lire mes billets)

 

 

1

 

 

2

 

 

3

 

 

4

 

 

5

 

 

6

 

 

7

 

 

8

 

 

9

 

 

10

 

 

 

 

 

Voici encore 5 romans avec lesquels je me suis régalée  et que je n'avais pas envie de passer sous silence 

 

     

 

 

 

 

 

Et enfin, voici 5 lectures que je n'ai pas (du tout) appréciées -voire détestées- pour diverses raisons

 

 

 

FLoP 5

(clic sur les couvertures pour lire mes billets)

 

 

1. Le calvaire de l’année

 

 

 

 

2. La daube déception de l’année

 

 

 

 

3. Le prétentieux de l’année

 

 

 

 

4. Le Jesuiscomplètementpasséeàcôté de l’année

 

 

 

 

5. Le somnifère de l’année

 

 

 

 

6. L’imposture (le bandeau-imposture) de l’année

 

 

 

 

 

Et vous, avez-vous un top/flop 2O15 ?

 

 

J'espère que vous avez passé un beau réveillon  et je vous souhaite une très belle année 2O16.

 

Cajou

Partager cet article

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 12:47

 

 

 

 

 

 

 

Résumé : Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ? D’où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d’autres commencent-ils à agir étrangement ? Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n’aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler… Félicitations, la mort vous offre une seconde chance…

 

 

 

"Les enfants de Peakwood" est un thriller fantastique qui, en ce qui me concerne, a tenu toutes ses promesses ! Pour l'apprécier, il faut accepter l'irruption du surnaturel -la magie ancestrale des Chaman indien- dans le monde réel. Une fois accepté, on ne peut que plonger à pieds joints dans cette histoire tant ses qualités sont nombreuses.

 

Le premier chapitre nous fait découvrir un dramatique accident de bus scolaire où de nombreux enfants perdent la vie. Mais le médecin de la ville, Chayton, ne peut se résoudre à la mort de sa petite Sacheen et décide donc de demander à son Chaman de père, Ogima, d'essayer de les ramener d'entre les morts... et dès le chapitre suivant, nous retrouvons ces personnages une dizaine d'années plus tard...

 

La plus grande qualité de ce roman, ce sont ses personnages, autant des ados que des adultes. Ahh que je les ai aimés (ou détestés) : en très peu de mots, Rod Marty parvient à dresser des portraits très complets et très justes, ce qui fait que nous prenons part aux aventures à leurs côtés, en s'émouvant et en tremblant pour eux. Il y a Tom & Nora, mais aussi Jenny & Andrew, ou encore mes 2 chouchous Bob & Helen : ils sont tous un peu cabossés par la vie, et ça ne les en rend que plus attachants.

 

Rod Marty maîtrise également très bien l'art de la tension dramatique. En effet, dès les premiers mots, on est pris dans l'histoire des habitants de Peakwood, et l'auteur sait faire monter son suspense tout en douceur pour arriver jusqu'à une angoisse presque insoutenable ! Ça commence par des manifestations bizarres comme des rêves ou des blessures fantômes,... puis tout finit par partir en sucette. Une atmosphère mystérieuse et de plus en plus oppressante très réussie.

 

Bon, j'avoue que j'ai un peu moins apprécié la seconde moitié du roman où le côté surnaturel de cette malédiction indienne devient presque omniprésent, je préférais quand il était sous-jacent et que l'angoisse grondait avant d'éclater. Mais c'est une question de goût parce que cet aspect fantastique est savamment inséré à l'histoire.

 

 

En bref, du Young Adult bien ficelé et conté avec talent. Que demander de plus ?

 

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

PS : mention spéciale à Scrinéo pour cette magnifique couverture, très fidèle à l'histoire !

 

 

D'autres avis : un roman sublime pour LePetiteÉtagère ICI, un gros gros coup de coeur pour FrenchDawn ICI, un cocktail détonnant pour Preskillia ICI, un rythme entraînant pour Lelf ICI, et un avis mitigé chez Lectures Trollesques ICI.

 

Partager cet article

Repost 0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 18:17

 

 

 

 

 

 

Résumé : Vous, les gens normaux, vous êtes tellement habitués à la réalité que vous n'envisagez pas qu'elle puisse être mise en doute. Et si vous n'étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, Alex se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l'incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d'une volonté farouche, elle livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d'esprit suffisamment longtemps pour aller à l'université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu'elle était persuadée d'avoir imaginé de toutes pièces... Avant même qu'elle s'en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l'adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l'âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n'est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu'où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu'où pouvons-nous la croire ?


 

 

La quatrième de couverture promettait "Un premier roman bouleversant écrit par la jeune prodige de 22 ans qui a conquis John Green". Alors je n'ai pas pu résister. Et au final, malgré pas mal de qualités, je ressors un peu déçue par cette lecture.

 

 

Pourtant, nombreux sont les aspects qui m'ont séduite. Tout d'abord, le thème du roman : la maladie mentale. L'héroïne souffre de paranoïa et de schizophrénie, et j'ai trouvé le sujet bien traité. Il faut d'ailleurs une bonne centaine de pages pour apprivoiser cette histoire, car c'est assez déstabilisant d'être dans la tête d'une parano-schizophrène pour qui il est quasi impossible de distinguer le vrai du faux. Forcément, par contamination, le lecteur est continuellement obligé de mettre en doute ce qu'elle dit voir ou entendre : réalité ou hallucination ? Et le tour de force de l'auteur, c'est de réussir à nous perdre dans l'esprit d'Alex sans nous perdre (totalement) dans son histoire. Une expérience de lecture aussi déroutante que plaisante

 

 

J'ai également beaucoup apprécié tous ces éléments du décor qui sont partie intégrante de l'histoire : des cheveux rouge Ketchup (ou homard), une boule magique à réponses aléatoires, Erwin le vélo, une odeur de croissant chaud et de savon à la menthe, Charlemagne et Alexandre le Grand, ou le Pont de la Sorcière Rouge. Vraiment très original Puis il y a surtout Alex & Miles. Alexandra est une jeune fille pleine de vie, drôle et pétillante, tout à fait unique. Elle porte un regard plein d'humour et de lucidité sur sa maladie, ce qui la rend vraiment très attachante. Quant à Miles Richter, il est aussi mystérieux qu'irrésistible et on ne peut que l'aimer. Deux héros très bien construits.

 

 

Venons-en à l'objet de ma déception : autant l'aspect "schizophrénie" développé dans toute la première partie du roman est crédible (et très réussi), autant celui de la pseudo-enquête liée au Proviseur (qui parasite toute la seconde moitié du roman) est complètement WTF. Ça part dans tous les sens jusqu'à en devenir complètement abracadabrant. Tellement inutile. Et tellement dommage. C'est vraiment too much et ça affaiblit (gâche ?) tout le reste. Quant à la fin, elle nous laisse sur notre faim, avec beaucoup de questions en suspens... mais c'est tout à fait cohérent avec le thème de la schizophrénie : réalité ou hallucination, on ne peut jamais vraiment savoir...

 

 

Ma note :

 

 

 

D'autres avis : sur Livraddict, les 11 commentaires sont dithyrambiques ICI. Lea Touch Book ICI et Mylène ICI ont adoré ; puis des coups de coeur qui pleuvent, notamment chez Le Souffle des Mots ICI, chez Songe d'une Nuit d'été ICI, chez MilleEtUneLectures ICI, et chez Mezou ICI. Puis sur Amazon, c'est une pure merveille pour tous les commentateurs ICI.

 

 

Partager cet article

Repost 0
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 10:45

 

 

 

 

 

Hello Hello

 

 

Ça fait déjà 15 jours que je n'ai rien posté ici, trop accaparée par la fin de l'année scolaire, les cadeaux de Noël, les divers préparatifs etc. Il est temps de remédier à cela, avec un IMM aujourd'hui, et des billets à venir durant la semaine. Et voici donc en images quelques cadeaux que j'ai eu le grand plaisir de recevoir sous le sapin de Noël.

 

 

 

 

Des livres, tout d'abord. Avec un énorme merci    tout spécial à Léa Touch Book et à Stéphanie-Plaisir-de-Lire qui m'ont gâtée pour mon anniversaire-Noël. Merci de tout coeur pour ces excellents choix  Puis s'ajoutent à cela, diverses réceptions dont les 3 romans du mois du Grand Prix des Lectrices de ELLE (tout en bas de la pile), le dernier Megan Abbott, et les 2 premiers épisodes d'une série à sortir chez Fleuve Éditions.

 

 

 

 

 

Ensuite, j'ai reçu 2 "Spot" de la part de Minicajou garçon et Minicajou fille. La peluche est pour mettre sur notre robot aspirateur (déjà biennommé Spot) et l'autre pour mettre avec ma petite figurine Pascal pour qu'il ne soit plus tout seul. Je suis ravie

 

 

 

 

 

 

De la part de Monsieur Cajou, ce sera un spectacle aux Folies Bergères pour aller voir Pietragalla. Waouh !!   (entre ceci et Muse, nous allons passer tout février à Paris ).

 

 

 

 

Un jeu de société que j'avais envie d'avoir depuis longtemps

 

 

 

 

Et enfin, un bon pour des livres chez Amazon et un bon pour des livres chez mon libraire

 

 

 

 

Et vous, qu'avez-vous trouvé sous votre sapin ?

 

Bon dimanche à vous, et à demain pour un billet

 

Cajou

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 16:53

 

 

 

 

 

Résumé : Brooklyn, années 30, quartier irlandais. Marie vit avec ses parents, immigrés avant sa naissance, et son grand frère Gabe dans un minuscule appartement bien astiqué. Son père boit trop mais il aime sa fille tendrement. Sa mère a la rudesse des femmes qui tiennent le foyer. Tandis que Gabe se destine dès le plus jeune âge à la prêtrise, Marie traîne sur les trottoirs de New York avec ses copines, colportant les cancans du bloc d'immeubles, assistant aux bonheurs et aux tragédies d'une quartier populaire.... (suite du résumé de l'éditeur supprimée car il dévoile l'histoire de A à Z).

 

 

Dans "Someone", Alice McDermott nous conte l'histoire d'une famille irlandaise du Brooklyn des années 30 et suivantes. J'en avais lu une critique négative qui disait que ce roman était d'un ennui pas possible étant donné l'absence d'intrigue. Certes, ce roman n'est "qu'une" histoire de famille, cependant, c'est très loin d'être ennuyeux, car il  nous offre une très jolie tranche de vie, autour du destin d'une héroïne et d'une famille ordinaires, mais également d'un quartier et d'une époque.
 


Car à mon sens, il n'est nul besoin de tueurs en série, de lourds secrets ou d'intrigues complexes pour capter l'attention du lecteur : Alice McDermott brosse un portrait tout en nuance et en bienveillance d'une femme libre et de sa famille. On y parle de l'amour, de la guerre, de la mort et surtout, de la vie. Et on ne peut qu'entrer en empathie avec Marie et attendre avec impatience de découvrir ce que le destin lui réserve. Marie avec ses lunettes en cul-de-bouteille, Marie la petite païenne, Marie l'effrontée, Marie qui est tout sauf une Amadan. Marie qui est tellement attachante, non seulement dans les détails de sa vie, mais également dans ses rôles successifs d'amie, de soeur, de fille, de fiancée éconduite, d'épouse et de mère ; à travers les petites et grandes joies, mais aussi les tracas et les drames du quotidien.

 

La chronologie est éclatée, ce qui évite adroitement toute lourdeur et toute lassitude ; et on voyage avec plaisir d'une époque à l'autre de la vie de l'héroïne. De plus, on trouve entre ces pages beaucoup de tendresse et de délicatesse, mais aussi une bonne dose d'humour, ce qui rend cette histoire pleine de charme.
 


J'ai enfin beaucoup aimé la finesse d'écriture de l'auteur qui ne se contente pas de créer des personnages mais qui leur donne vie et les fait évoluer devant nos yeux dans une histoire que j'ai trouvée très visuelle, ce qui permet de passer quelques heures au coeur de ce Brooklyn au charme un peu désuet.

 



En bref, je vous invite à découvrir Marie, pour un joli moment de tendresse.

 

 

Ma note :

 

 

16ème lecture de la rentrée littéraire 2015

 

 

Partager cet article

Repost 0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 12:25

 

 

 

Hello Hello 

 

 

Voici les derniers arrivés dans ma Pile à Lire, ainsi que quelques cadeaux que j'ai reçus vendredi pour mon anniversaire  

 

 

 

 

 

 

Tout d'abord, je me suis réveillée avec Antoine Dole dans mon lit grâce à la complicité de La Fée Lit et Mamzelle Minicajou. Un merveilleux cadeau, inestimable grâce à sa magnifique dédicace Merci La Fée et merci Antoine, pour ce cadeau qui m'a touchée énormément. J'ai laissé le dessin mais flouté la dédicace parce qu'elle est pour moi

 

 

 

 

Ensuite, j'ai reçu un roman de chacun de mes MiniCajou  et j'ai hâte de les lire.

 

 

 

 

Monsieur Cajou m'a offert un petit Pascal (en photo avec ma pile ci-dessus) (j'en cherche depuis des années et je n'en avais jamais trouvé!), une lampe d'ambiance faite de ses mains, ainsi qu'un clin d'oeil à mon blog également fait de ses mains (avec beaucoup de patience)

 

 

 

 

 

 

Quelques réceptions aussi de la part des éditeurs, tout d'abord de chez Belfond Vintage, une duologie qui a l'air très plaisante.

 

 

 

Puis 2 romans Young Adult qui sont mes lectures en cours (et avec lesquelles je me régale!)

 

 

 

Et enfin, les 3 romans reçus dans le cadre du Prix des Lectrices de ELLE 2016.

 

 

 

 

Je vous souhaite un beau dimanche,

 

Cajou

Partager cet article

Repost 0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 12:17

 

 

 

Résumé : Dans ma famille, on se tuait de mère en fille. Mais c’est fini. Il y a longtemps déjà, je me suis promis qu’accidents et suicides devaient s’arrêter avec moi. Ou plutôt, avant moi. Sauve qui peut la vie ! J’aime cette expression. C’est le titre d’un film de Jean-Luc Godard de 1980. Mais lui, il avait mis des parenthèses à (la vie), comme une précision, une correction de trajectoire. Le sauve-qui-peut, c’est la débandade, la déroute. Le sauve qui peut la vie, c’est la ligne de fuite, l’échappée parfois belle. J’en fais volontiers ma devise. Il m’a fallu du temps pour comprendre que ce qui était une manière d’être ? une tendance à parier sur l’embellie, un goût de l’esquive, un refus des passions mortifères, une appétence au bonheur envers et contre tout ?, avait aussi profondément influencé ma façon de penser. J’aimerais que ce livre, écrit sur fond de drames passés, collectifs et privés, soit une lecture revigorante, une sorte de fortifiant pour résister au mauvais temps présent.

 

 

"Sauve qui peut la vie" : un très joli titre pour un récit qui ne m'a pas vraiment parlé malgré ses qualités. Dans cet essai, Nicole Lapierre nous offre un traité de "socio-anthropologie" avec comme point de départ l'histoire tragique de sa famille, remplie de disparus, de morts et de suicidés. Elle s'interroge et offre une réflexion sur des thèmes liés à son vécu comme ceux de l'Exil, du Suicide, de la Séparation, de la Transmission ou encore des Relations entre Générations. C'est intelligent et très documenté et cela trouve écho dans l'actualité à plus d'un titre (les Migrants en tête, mais également la montée des préjugés et de l'intolérance, illustrée de façon effrayante lors des élections d'hier en France).

 

 

Malgré ces qualités, ce texte ne m'a ni touchée, ni vraiment intéressée. J'ai trouvé que Nicole Lapierre se cantonnait à sa vie et à son histoire, sans jamais réussir à me prendre par la main pour m'y faire entrer. Une histoire familiale tragique que l'auteur a réussi à surmonter, mais une histoire qu'elle n'a pas réussi à me faire partager.

 

 

En ce qui me concerne, avec ce livre, j'ai eu l'impression de lire une compilation de souvenirs, de références à des auteurs, politiciens, sociologues, philosophes (Durkheim, Georges Perec, Saint-John Perse, Alain Finkielkraut, Daniel Cohn-Bendit, etc.), d'anecdotes, de faits historiques, de réflexions sur la Judéité et sur l'institionnalisationde  la Shoah, d'analyses, de digressions sur la campagne ou la confiture, de mentions et d'extraits de romans ou essais, etc. Et je m'y suis perdue.

 

 

En bref, une rencontre ratée.

 

 

Ma note :

 

 

D'autres avis : de très belles critiques 100% séduites, sur Babelio ICI.

 

 

 

 

15ème lecture de la rentrée littéraire 2015

Partager cet article

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 18:36

 

 

 

 

 

 

Résumé :

Pierre Sauvé. À l'orée de la quarantaine, veuf, père d'une fille de 20 ans. Sergent-détective à la police municipale de Drummondville, il enquête sur un quadruple meurtre qui toutes les apparences d'un crime passionnel.

Frédéric Ferland. Début de la cinquantaine, divorcé, père de 2 adultes qu'il ne voit guère, il cherche depuis des années l'excitation ultime, celle qui donnera un sens à son existence et à la vie en général, qu'il a toujours trouvée terne. Psychologue, il exerce sa profession dans la ville de Saint-Bruno.

Maxime Lavoie. Trente-sept ans, célibataire, idéaliste... et milliardaire. Il y a deux ans, il a quitté ses fonctions de président de Lavoie inc. pour devenir le producteur et l'animateur de Vivre au Max, l'émission de télé-réalité la plus controversée de l'heure... mais aussi la plus populaire.

Trois hommes différents, trois existences que tout sépare. Or, contre toute attente, leurs chemins se croiseront bientôt et leur vie en sera bouleversée à jamais. Tout comme celle de milliers de gens... tout comme la vôtre !

 

 

 

Il m'a fallu 15 jours pour venir à bout de cette brique de 730 pages bien tassées : un roman dense qui vous immerge totalement dans le monde (effrayant) dépeint par Patrick Sénécal.

 

On entre dans l'histoire avec une première scène qui décoiffe, aussi stressante que terrible. Une femme, tout ce qu'il y a de plus banal, assassine de sang-froid et sans aucun remord, son ex-mari, sa compagne et.... leurs 2 bébés. La scène est carrément choc et ce ne sera pas la seule : on a également droit à une belle scène de partouze sans fards ou encore, à une scène très trash d'une violence crasse et sordide mettant en scène un enfant. L'auteur n'est pas là pour ménager son lecteur : il est là pour nous secouer et pour nous faire réfléchir.

 

 

Le point fort de ce roman fut incontestablement pour moi son découpage hors du commun : on commence en lisant le chapitre 21, puis le 8 puis retour au 22, puis le 1, etc. On reçoit ainsi dans le désordre 40 pièces d'un puzzle, formant ainsi un mystère très habile. Une chronologie complètement éclatée, et pourtant limpide : un bel exploit de la part de l'auteur de réussir à ne pas nous perdre tout en nous perdant sciemment. Une expérience de lecture unique.

 

 

Au coeur du roman, il y a une émission de télé- poubelle réalité : Vivre au Max. Spectaculaire, indécent, voyeur et immoral. Son présentateur est un milliardaire, qui aide des participants à réaliser leurs rêves les plus fous en direct à la télé : des fantasmes sexuels (coucher avec une actrice porno), des défis extrêmes et dangereux, des vengeances pathétiques (humilier son patron en direct) ou, beaucoup plus rarement, des causes humanitaires. Ainsi, à travers les destins croisés de plusieurs personnages, l'auteur nous livre sa vision du monde contemporain, aussi fataliste que pessimiste. Et ça fait froid dans le dos puisque tout s'appuie sur notre monde et ses dérives. Notre égoïsme, notre ignorance, notre naïveté, nos désillusion, notre paresse, notre négligence... qui conduisent à un vide abyssal. La vacuité totale de notre vie et de nos aspirations. Un portrait affligeant de la race humaine.

 

 

Par contre, en ce qui concerne le rythme, j'ai trouvé que Sénécal était un peu trop long à donner des pistes de réponse, et parfois, j'avais l'impression de suivre une émission de téléréalité au teasing-intempestif-à-3-sous (coucou TPMP). La première moitié du roman, celle où l'on reçoit les pièces du puzzle une à une, est vraiment très prenante, mais dans la seconde moitié, quand les pièces s'imbriquent, il y a vraiment quelques aspects "too much" et c'est dommage parce que le propos étant d'une grande pertinence, il n'y avait pas besoin de ces exagérations. Bref, parfois trop tiré par les cheveux à mon goût... Quoique finalement, le roman ne dépasse pas tant que cela la réalité...

 

 

La fin nous offre un feu d'artifice de folie, non sans rappeler l'actualité (parisienne, notamment) à divers degrés. Un déluge. BAM. BAM BAM BAM.

 

 

En bref, même si tout ne m'a pas convaincue, c'est indéniablement une lecture que je n'oublierai pas.

 

 

Ma note : 4 b pn

 

 

D'autres avis : un livre exceptionnel pour Yvan (ICI), Laura a beaucoup aimé (ICI), et un livre qui prend aux tripes pour Fille de Lecture (ICI).

 

Partager cet article

Repost 0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 20:35

 

 

 

 

C'est sur la page Facebook du blog de Pretty Books (ICI) que j'ai découvert ce challenge de décembre (qui a été créé sur Instagram par Annreads), que je trouve parfait pour terminer mon année de lecture, en réalisant une petite rétrospective en 31 images des romans qui ont compté pour moi en 2015.

 

 

 

 

 

Chaque jour de décembre, je posterai donc sur ma page Facebook (ICI) une photo pour honorer la consigne du jour, avec le hashtag #allthebooksof2015.

 

Et je remplirai également ce billet au fur et à mesure avec lesdites photos.

 

N'hésitez pas à participer si vous en avez envie, je checkerai régulièrement le hashtag #allthebooksof2015 sur Twitter et Instagram afin de découvrir vos choix ! Chaque jour (ou pas), il suffit de trouver un roman que vous avez lu en 2015 et qui répond à la consigne du jour.

 

 

Une petite traduction pour celles qui ne sont pas amies avec l'anglais (j'ai modifié des items en les mettant au singulier afin de n'avoir le droit de choisir qu'un roman par jour, mais libre à vous d'opter pour le pluriel) (et n'hésitez pas à me corriger si j'ai fait des erreurs de traduction)

 

 

1. Première lecture de 2015

2. Le livre le plus court que vous ayez lu

3. Votre nouvel auteur préféré

4. La plus grande surprise

5. Un livre avec une belle couverture

6. Votre nouveau petit ami livresque (book boyfriend, ça sonne quand même mieux)

7. La meilleure suite

8. Votre nouveau personnage féminin préféré

9. Un livre qui vous a rendue heureuse

10. Le meilleur "one-shot" (roman en 1 seul tome)

11. Une lecture unique

12. Le personnage le mieux construit

13. Votre nouvelle amitié préférée

14. Un livre qui mériterait d'être + connu

15. Votre méchant préféré

16. Un livre que vous avez relu

17. Votre nouveau personnage masculin préféré

18. Le livre le plus long que vous ayez lu

19. Votre début de roman préféré

20. Le livre qui n'a pas tenu ses promesses

21. Un livre merveilleusement bien écrit

22. Votre nouveau couple préféré

23. Un livre qui vous a fait pleurer

24. Votre nouveau personnage secondaire préféré

25. Une lecture magique

26. Le genre que vous avez le plus lu

27. Le meilleur dernier tome d'une série

28. Votre citation préférée

29. Un livre que vous avez ENFIN lu cette année

30. La sortie de 2016 qui vous fait le plus envie

31. Votre meilleure lecture de 2015

 

 

 

Alors, qui m'accompagne dans ce December Book Challenge ?

 

Partager cet article

Repost 0

Le petit grain de sel de Cajou

http://yelims1.free.fr/Animaux/Animaux23.gifPour chaque livre sur lequel j'écris un billet, j'attribue une note de plaisir (ou déplaisir) de lecture.


1_b_pn.jpg = J'ai détesté http://smileys.sur-la-toile.com/repository/M%E9chant/fache-censure.gif
 2_b_pn.jpg= Je n'aime pas http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Triste/tristounet.gif
 3 b pn = J'ai apprécié mais... http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/smile.png
4_b_pn.jpg = J'aime http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Amour/0060.gif
 5_b_pn.jpg= J'adore !  http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Respect/respect1.gif 

= Coup de coeur !

Trouver Un Billet

Rejoins-moi sur Facebook

Challenge GoodReads

2017 Reading Challenge

2017 Reading Challenge
Cajou has read 5 books toward her goal of 100 books.
hide

Nombre Visiteurs